par James Petras.

« Le Venezuela a les plus grandes réserves de pétrole du monde ; il les possède et nous les voulons » (fonctionnaire anonyme de Trump).

Introduction

L’hostilité des États-Unis et les efforts déployés pour renverser le gouvernement vénézuélien s’inscrivent dans une longue et peu glorieuse histoire d’intervention américaine en Amérique latine, qui remonte à la deuxième décennie du XIXe siècle.

En 1823, le président américain Monroe a déclaré, en son nom, la « doctrine Monroe » – le droit des États-Unis de maintenir les Européens hors de la région, mais le droit des États-Unis d’intervenir pour défendre leurs intérêts économiques, politiques et militaires.

Nous allons maintenant décrire les phases historiques de l’intervention politique et militaire américaine au nom des intérêts des entreprises et des banques américaines dans la région, ainsi que les mouvements politiques et sociaux latino-américains qui s’y sont opposés.

La première période s’étend de la fin du 19e siècle aux années 1930 et comprend les invasions maritimes, l’installation de dictatures clientes des États-Unis et la résistance des révolutions populaires menées par plusieurs leaders révolutionnaires au Salvador (Farabundo Marti), au Nicaragua (Augusto Sandino), à Cuba (Jose Marti) et au Mexique (Lazaro Cárdenas).

Nous aborderons ensuite les interventions américaines de l’après-guerre, le renversement des gouvernements populaires et la répression des mouvements sociaux, notamment au Guatemala (1954), le coup d’État au Chili (1973), l’invasion américaine de la République dominicaine (1965), Grenade (1982) et Panama (1989).

Nous examinerons ensuite les efforts américains pour renverser le gouvernement du Venezuela (de 1998 à aujourd’hui).

La politique américaine en Amérique latine : Démocratie, dictature et mouvements sociaux

Le général américain Smedley Butler a résumé ses 33 années passées dans l’armée comme un « homme de main des grandes entreprises, de Wall Street et des banquiers… ». J’ai aidé à sécuriser le Mexique pour les intérêts pétroliers américains en 1914. J’ai aidé à faire d’Haïti et de Cuba un endroit approprié pour la National City Bank, pour la collecte de revenus… ». . . J’ai aidé à violer une demi-douzaine de républiques d’Amérique centrale au profit de Wall Street. J’ai aidé à purifier le Nicaragua pour la… Maison des frères Brown entre 1902 et 1912. J’ai apporté une lumière à la République dominicaine pour les intérêts sucriers américains en 2016. J’ai aidé à rendre le Honduras convenable pour les entreprises fruitières américaines en 1903… En y repensant, j’aurais pu donner quelques conseils à Al Capone !

Au cours des 40 premières années du 20e siècle, les États-Unis ont envahi Cuba, l’ont transformé en quasi-colonie et ont répudié son héros de l’indépendance Jose Marti ; ils ont fourni des conseillers et un soutien militaire au dictateur du Salvador, ont assassiné son leader révolutionnaire Farabundo Marti et ont assassiné 30 000 paysans sans terre qui cherchaient à obtenir une réforme agraire. Les États-Unis sont intervenus au Nicaragua, ont combattu son leader patriotique Augusto Sandino et ont installé une dynastie dictatoriale dirigée par le régime Somoza jusqu’à son renversement en 1979. Les États-Unis sont intervenus à Cuba pour installer une dictature militaire en 1933 afin de réprimer un soulèvement des travailleurs du sucre. Entre 1952 et 1958, Washington a armé la dictature de Batista pour détruire le mouvement révolutionnaire du 26 juillet dirigé par Fidel Castro. À la fin des années 30, les États-Unis ont menacé d’envahir le Mexique lorsque le président Lazaro Cardenas a nationalisé les compagnies pétrolières américaines et redistribué des terres à des millions de paysans sans terre.

Avec la défaite du fascisme (1941-45), on assiste à une montée en puissance des gouvernements sociaux-démocrates en Amérique latine. Mais les États-Unis s’y opposent. En 1954, ils ont renversé le président élu du Guatemala, Jacobo Arbenz, pour avoir exproprié les plantations de bananes de la United Fruit Company. Ils ont soutenu un coup d’État militaire au Brésil en 1964, les militaires sont restés au pouvoir pendant 20 ans. En 1963, les États-Unis ont renversé le gouvernement démocratiquement élu de Juan Bosch en République dominicaine et ont envahi le pays en 1965 pour empêcher un soulèvement populaire. En 1973, les États-Unis ont soutenu un coup d’État militaire renversant le président socialiste démocratique Salvador Allende et ont soutenu le régime militaire du général Augusto Pinochet pendant près de 20 ans. Par la suite, les États-Unis sont intervenus et ont occupé la Grenade en 1983 et le Panama en 1989.

Les États-Unis ont soutenu des régimes de droite dans toute la région, qui ont apporté leur soutien aux banques et aux oligarques des entreprises américaines qui ont exploité les ressources, les travailleurs et les paysans.

Mais au début des années 1990, de puissants mouvements sociaux dirigés par les travailleurs, les paysans, les employés publics, les médecins et les enseignants de la classe moyenne ont défié l’alliance des élites nationales et américaines. Au Brésil, le mouvement des travailleurs ruraux (MST), fort de 300 000 personnes, a réussi à exproprier de grands domaines en friche ; en Bolivie, les mineurs et les paysans indigènes, y compris les cultivateurs de coca, ont renversé l’oligarchie. En Argentine, des grèves générales et des mouvements de masse de travailleurs sans emploi ont renversé des dirigeants corrompus alliés à la City Bank. Le succès des mouvements populaires nationalistes et populistes a conduit à des élections démocratiques remportées par des présidents progressistes et de gauche dans toute l’Amérique latine, notamment au Venezuela.

Venezuela : Élection démocratique, réformes sociales et élection du président Chavez

En 1989, le président du Venezuela, soutenu par les États-Unis, a imposé des programmes d’austérité qui ont provoqué des manifestations populaires. Le gouvernement a alors ordonné à la police et à l’armée de réprimer les manifestants : plusieurs milliers de personnes ont été tuées et blessées. Hugo Chavez, un officier militaire, s’est rebellé et a soutenu le soulèvement populaire. Il est capturé, arrêté, puis libéré et se présente aux élections présidentielles . Il est élu avec une large marge en 1999 sur un programme de réformes sociales, de nationalisme économique, de fin de la corruption et d’indépendance politique.

Washington a commencé une campagne hostile pour faire pression sur le président Chavez afin qu’il accepte le programme de guerre globale de Washington (président Bush) en Afghanistan et dans le monde entier. Chavez a refusé de se soumettre. Il a déclaré : « On ne combat pas le terrorisme par le terrorisme ». Fin 2001, l’ambassadeur des États-Unis a rencontré l’élite économique et un secteur de l’armée pour évincer le président élu Chavez par un coup d’État en avril 2002. Le coup d’État a duré 24 heures. Plus d’un million de personnes, pour la plupart des habitants des bidonvilles, ont défilé jusqu’au palais présidentiel, soutenus par des loyalistes militaires. Ils ont vaincu le coup d’État et rétabli le président Chavez au pouvoir. Il a remporté une douzaine d’élections et de référendums démocratiques au cours de la décennie suivante. Le président Chavez a réussi en grande partie grâce à son vaste programme de réformes socio-économiques en faveur des travailleurs, des chômeurs et de la classe moyenne.

Plus de 2 millions de maisons et d’appartements ont été construits et distribués gratuitement aux classes populaires ; des centaines de cliniques et d’hôpitaux ont fourni des soins de santé gratuits dans les quartiers populaires ; des universités, des écoles de formation et des centres médicaux pour les étudiants à faibles revenus ont été construits avec des frais de scolarité gratuits.

Dans les centres communautaires de quartier et les « collectifs locaux », des milliers de personnes discutaient et votaient sur des questions sociales et politiques – y compris la critique et la révocation des politiciens locaux, même des élus de Chavez.

Entre 1998 et 2012, le président Chavez a remporté quatre élections présidentielles consécutives, plusieurs majorités au Congrès et deux référendums nationaux, obtenant entre 56 % et plus de 60 % du vote populaire. Après la mort de Chavez, le président Maduro a remporté les élections de 2013 et 2018, mais avec une marge plus étroite. La démocratie a prospéré, les élections étaient libres et ouvertes à tous les partis.

En raison de l’incapacité des candidats soutenus par les États-Unis à remporter les élections, Washington a eu recours à de violentes émeutes de rue et a fait appel aux militaires pour se révolter et inverser les résultats électoraux. Les États-Unis ont appliqué des sanctions en commençant par le président Obama et en s’aggravant avec le président Trump. Les États-Unis ont saisi des milliards de dollars d’actifs vénézuéliens et des raffineries de pétrole aux États-Unis. Les États-Unis ont choisi un nouveau président (non élu) (Guaido) qui a reçu l’ordre de subvertir les militaires pour qu’ils se révoltent et prennent le pouvoir.

Ils ont échoué : une centaine de soldats sur 267 000 et quelques milliers de partisans de droite ont répondu à l’appel. La révolte de l’ »opposition » a été un échec.

Les échecs américains étaient prévisibles car la masse des électeurs a défendu ses acquis socio-économiques, son contrôle du pouvoir local, sa dignité et son respect. Plus de 80 % de la population – y compris la majorité de l’opposition – a rejeté une invasion américaine.

Les sanctions américaines ont contribué à l’hyperinflation et à la mort de 40 000 citoyens vénézuéliens en raison de la pénurie de produits médicaux.

Conclusion

Les États-Unis et la CIA ont suivi les traces du siècle dernier en cherchant à renverser le gouvernement vénézuélien et à prendre le contrôle de ses ressources pétrolières et minérales. Comme par le passé, les États-Unis ont cherché à imposer une dictature soumise qui réprimerait les mouvements populaires et subvertirait les processus électoraux démocratiques. Washington a cherché à imposer un appareil électoral qui garantirait l’élection de dirigeants soumis (et collaborationnistes) comme il l’a fait dans le passé et comme il l’a fait récemment au Paraguay, au Brésil et au Honduras.

Jusqu’à présent, Washington a échoué, en grande partie à cause de la défense par les peuples de leurs acquis historiques. La plupart des pauvres et des travailleurs savent qu’une invasion et une occupation américaines entraîneront des massacres et la destruction de la souveraineté et de la dignité.

Le peuple est conscient de l’agression américaine ainsi que des erreurs du gouvernement. Il exige des corrections et des rectifications. Le gouvernement du président Maduro est favorable à un dialogue avec l’opposition non violente ; les Vénézuéliens développent des liens économiques avec la Russie, la Chine, l’Iran, la Turquie, la Bolivie, le Mexique et d’autres pays indépendants.

L’Amérique latine a connu des décennies d’exploitation et de domination américaines ; mais elle a également créé une histoire de résistance populaire réussie, notamment des révolutions au Mexique, en Bolivie et à Cuba ; des mouvements sociaux et des résultats de vote réussis ces dernières années au Brésil, en Argentine, en Équateur et au Venezuela.

Le président Trump et sa cohorte meurtrière de Pompeo, Bolton et Abrams ont déclaré la guerre au peuple vénézuélien, mais ils [et maintenant leur successeur Biden] ont jusqu’à présent été vaincus.

La lutte continue.

James Petras

Traduit par Avic pour Réseau International

source : https://www.greanvillepost.com/2021/11/07/united-states-and-venezuela-a-historical-background/



-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *