par Laurent Lagneau.

En septembre 2020, un avion de combat Su-30 s’était écrasé près du village de Dornikovo [ouest de la Russie] alors qu’il effectuait un vol d’entraînement. Dans un bref communiqué, le Ministère russe de la Défense indiqua que l’équipage de l’appareil avait pu s’éjecter à temps et qu’il était sain et sauf.

Seulement, une rumeur sur cet accident commença à prendre de l’ampleur après qu’un blog militaire eut révélé que le Su-30 avait en réalité été accidentellement abattu par un Su-35 « Flanker E » alors qu’il tenait le rôle de plastron.

Si l’accès à ce blog fut rapidement bloqué, ses affirmations furent par la suite corroborées par un membre des services d’urgence de l’oblast de Tver, lequel confia à l’agence TASS que le Su-30 avait, a priori, été touché au niveau de sa dérive par un « obus tiré par un autre avion ». Puis… officiellement confirmées par l’enquête menée sur cette incident.

Et, plus d’un an après les faits, le pilote du Su-35, un commandant de 34 ans, affecté au 790e régiment d’aviation, va passer en jugement au titre des article n°347, n°349 et n°351 du code pénal russe. Ces textes, relatifs à la « destruction ou dommages aux biens militaire par négligence » ainsi qu’aux « violations des règles en matière de maniement des armes ayant entraîné la destruction de matériel militaire », prévoient jusqu’à sept ans de prison.

Selon les conclusions de l’enquête, le Su-35 a tiré cinq obus sur l’aile droite du Su-30, ce qui a endommagé son système hydraulique et entraîné sa perte de contrôle, obligeant son équipage à s’éjecter. Son pilote aurait confondu le bouton actionnant la caméra vidéo avec celle du canon, les deux portant la mention « BK ». Cependant, l’accusé conteste cette version des faits en faisant valoir que le canon aurait dû être déchargé par le personnel au sol avant le vol d’entraînement.

source : http://www.opex360.com



-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *