3) Un nouveau fléau s’abat

En février et au début du mois de mars 2020, il est devenu évident que le désastre qui avait balayé Wuhan devenait catastrophique à Bergame. Alors que les professionnels de santé de première ligne mouraient en Chine et en Italie, le virus s’est également propagé en Europe occidentale et est arrivé en Amérique du Nord. Selon les premiers rapports, le taux de létalité a atteint plus de 14,5 % en Italie au printemps, et plus de 11 % en Espagne, en Suède et dans d’autres points chauds, décimant les personnes âgées dans tous les pays touchés. Les EPI [Equipement de Protection Individuelle – NdT] étaient souvent inexistants pour les travailleurs de santé de première ligne. Les corps étaient stockés dans des camions réfrigérés. On a dit aux citoyens que les masques ne les protégeraient pas, et il n’y avait aucun traitement clinique connu. Les hôpitaux pouvaient fournir de l’oxygène, mais c’était souvent insuffisant, et les victimes étaient donc placées sous ventilateur, ce qui a pu aggraver certains cas, et était une façon horrible de mourir.

Alors que la majeure partie des États-Unis était terrifiée, il y avait une certaine lumière : Le Dr Anthony Fauci, le médecin-scientifique qui dirige aujourd’hui la défense du pays contre la pandémie, semblait pouvoir répondre à la plupart des questions de la presse, projetait un personnage affable et avenant, et s’exprimait dans des termes compréhensibles par tous, ce dont la nation avait besoin. Même les sceptiques avaient des espoirs : Fauci semblait serein lorsque les événements prenaient des tournures inattendues, expliquant que nous apprenions au fur et à mesure. Il a dit que le confinement serait de 15 jours, pour “aplanir la courbe”. Lorsque cela n’a pas fonctionné, il a expliqué pourquoi, a plaidé en faveur d’une prolongation, et une grande partie de la nation a suivi. Dans des États-Unis épuisés par leur scène politique hyper polarisée, voici quelqu’un qui avait travaillé avec les deux partis, conseillant chaque président depuis Ronald Reagan. Pour ceux de droite, il pouvait être considéré comme un employé et un messager du président Donald Trump ; pour ceux de gauche, c’était un fonctionnaire de longue date qui avait dirigé la même institution, l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NIAID), depuis 1984, et joué des rôles essentiels dans les luttes contre le sida et Ebola. Le sentiment général était que Fauci était l’homme de la situation.

Mais il a ensuite fait volte-face sur les masques : Après avoir affirmé que la science montrait que les masques n’étaient pas nécessaires, Fauci a ensuite déclaré qu’ils étaient absolument nécessaires, mais qu’ils ne le seraient pas pour les personnes vaccinées, jusqu’à ce qu’ils le soient finalement. Les confinements ont également été contestés : Initialement introduits comme temporaires pour aplanir la courbe, ils ont ensuite été étendus pour devenir un nouveau mode de vie, afin de sauver des vies. Mais certains États, comme la Floride, qui n’imposaient pas de confinement long et sévère, présentaient une mortalité ajustée à l’âge inférieure à celle d’États comme New York, qui le faisaient. Ensuite, un autre problème est apparu, qui n’était pas simplement scientifique, mais aussi politique.

Dès les premiers jours de la pandémie, de nombreuses personnes ordinaires ont eu du mal à comprendre ses origines. Le Parti communiste chinois avait affirmé que le virus avait émergé d’un marché tout en niant tout lien avec les laboratoires de virologie situés à proximité. Une opération de camouflage était manifestement en cours en Chine, avec des arrestations de journalistes citoyens et des détentions et disparitions de médecins de Wuhan qui avaient été témoins des premiers cas, et qui auraient pu avoir des idées sur l’origine du virus. [mouais… NdT]

Divers observateurs ont affirmé qu’il y avait des raisons de penser que le COVID avait pu fuir de l’Institut de virologie de Wuhan et qu’il avait peut-être même été créé par la recherche sur le gain de fonction (GdF), qui consiste à rendre un virus naturel plus contagieux et plus mortel, apparemment pour voir si les scientifiques peuvent “devancer” la nature et étudier son fonctionnement afin de fabriquer de nouveaux vaccins ou médicaments, ou pour la guerre biologique. Le GdF est si controversé qu’en 2014, le président Barack Obama a décrété un moratoire à son sujet. En 2017, les docteurs Fauci et Francis Collins, alors directeur des NIH, qui s’étaient opposés au moratoire, ont réussi à le faire lever.

Mais Fauci a affirmé que les scientifiques qui étaient en mesure de juger de la situation du COVID ont conclu que son origine était naturelle. Les médias lui emboîtèrent le pas et traitèrent ceux qui pensaient le contraire de “théoriciens du complot”. Le New York Times, le Washington Post et d’autres ont qualifié la possibilité d’une fuite en laboratoire de “théorie du complot” qui avait été “démystifiée“.

Entre-temps, un autre récit principal a commencé à émerger : Il était une fois une vie relativement normale et sûre, puis la pandémie est arrivée, et la vie telle que nous la connaissions a soudainement changé de façon terrible. La seule façon de s’en sortir, le seul moyen de revenir à un monde sans COVID, serait de fabriquer un vaccin – aussi vite que possible. D’ici là, chacun devrait faire sa part pour “arrêter la propagation”, ce qui signifie que les fonctions sociales de base devraient cesser, y compris l’école pour des millions d’enfants. Des milliers de petites entreprises devront fermer et les libertés civiles seront réduites. Ce serait une période difficile, mais nous finirions par avoir le vaccin, et le COVID serait terminé – à condition que tout le monde le reçoive, bien sûr. Mais alors, qui n’en voudrait pas ?

Sur ce point, Bill Gates, de Gavi, l’Alliance pour les vaccins, et le plus grand contributeur privé de l’OMS, a été très direct : “La solution ultime, la seule chose qui nous permette vraiment de revenir complètement à la normale et de nous sentir bien… est de créer un vaccin”, a-t-il déclaré.

Si vous aviez demandé à des chercheurs ou à la plupart des médecins, au printemps 2020, combien de temps il fallait normalement pour produire un vaccin suffisamment sûr pour être administré aux patients, beaucoup auraient fait remarquer que le vaccin rapide moyen prend de 7 à 10 ans, et que le premier vaccin pourrait n’être que l’un de plusieurs nécessaires pour mettre fin à une crise donnée – parce que souvent le premier n’est pas le meilleur.

Cela semblait trop long. M. Gates a prédit qu’il serait difficile d’agir rapidement, car les entreprises devraient produire un vaccin unique qui pourrait avoir des effets différents sur différents groupes, notamment les femmes enceintes, les personnes sous-alimentées et les personnes souffrant de comorbidités. “Des gens comme moi et Fauci”, a déclaré M. Gates, “disent qu’il faut 18 mois [pour fabriquer le vaccin]… Si tout se passe parfaitement… il y aurait une contrepartie : nous aurions moins de tests de sécurité que d’habitude… nous ne savons pas comment faire … nous n’avons tout simplement pas le temps de faire ce que nous faisons normalement”. La solution, a-t-il souligné, est que “les gouvernements devront être impliqués parce qu’il y aura un certain risque et une indemnisation nécessaire.”

En août, la solution fut trouvée. Comme le rapportait The Intercept le 28 août, “un amendement à la loi PREP […] stipule que les entreprises “ne peuvent être poursuivies en justice pour des dommages pécuniaires” en cas de lésions causées par des contre-mesures médicales contre le Covid-19. Ces contre-mesures comprennent les vaccins, les produits thérapeutiques et les appareils respiratoires.” La seule exception à cette immunité serait si le décès ou les dommages physiques graves sont causés par une “faute intentionnelle”.” L’indemnisation pour les vaccins n’était, comme nous l’avons vu plus haut, pas unique ; ce qui était nouveau, c’est que les entreprises qui les produisaient étaient indemnisées avant même que le vaccin ne soit fabriqué et entièrement évalué – sachant que tout serait fait plus vite que jamais.

* * *

Alors que la nation agonisait devant le nombre croissant de décès, la course au vaccin avançait rapidement, même si elle était trop opaque pour certains. En septembre 2020, un certain nombre de scientifiques ont commencé à s’inquiéter ouvertement de la non-transparence des essais de vaccins, et à se demander si cela ne risquait pas de provoquer des hésitations.

Le New York Times a publié plusieurs articles à ce sujet, signalant qu’Astra-Zeneca, Pfizer et Moderna avaient chacun caché leurs protocoles d’étude aux scientifiques extérieurs et au public. La rétention des protocoles garantit que les chercheurs extérieurs ne peuvent pas savoir comment les participants sont sélectionnés ou suivis, ni comment l’efficacité ou la sécurité sont définies, de sorte qu’ils ne peuvent pas vraiment savoir ce qui est étudié. Les entreprises pharmaceutiques ont traditionnellement fait valoir que non seulement les brevets des essais mais aussi les données des essais cliniques leur appartiennent – qu’ils en sont propriétaires, même si les résultats des études ont un impact sur des millions de personnes. Cela fait partie d’une sorte de “secret traditionnel” dans le domaine. Retarder la publication des protocoles signifie commodément que ce sont les communiqués de presse d’une entreprise, et non les données scientifiques vérifiées, qui dominent la première impression du public sur son produit.

Le fait que les organismes de réglementation du gouvernement acceptent tout cela – c’est, en fait, une pratique courante – ne rassure pas le public ; pour beaucoup, cela donne l’impression que tout le processus est corrompu. Et le fait que, selon les déclarations de conflits d’intérêts des auteurs des essais cliniques des vaccins Pfizer et Moderna, certains d’entre eux sont employés par ces sociétés et ont souvent des stock-options n’aide pas.

L’essence de la méthode scientifique consiste à mener des expériences que chacun peut voir et vérifier objectivement ; la transparence est le fondement de la science expérimentale, et le moyen de dissiper finalement le doute. De plus, en termes d’ampleur de la participation du public, l’expérience de l’été et de l’automne 2020 ne ressemble à aucune autre dans l’histoire de la médecine. Jamais auparavant des études de cette taille et de cette importance n’avaient été menées aussi rapidement, ni un médicament produit aussi rapidement pour être administré à des centaines de millions de personnes.

Ces études étaient appelées essais cliniques de phase III et, si les résultats étaient positifs, le vaccin pouvait être administré à des centaines de millions de personnes sur la base d’une autorisation d’utilisation d’urgence de la FDA. Mais combien de temps les patients ont-ils été suivis dans ces deux études après leur deuxième dose, pour évaluer la sécurité et l’efficacité ? Deux mois. Sur cette base, les vaccins ont été administrés à plus de cent millions de personnes.

Il ne faut pas confondre le fait, peut-être sans importance, que les vaccins ont été fabriqués rapidement et le fait, sans doute plus important, qu’ils n’ont été testés sur des personnes que sur une courte période. Si ces vaccins ont été développés aussi rapidement, c’est en partie parce que la nouvelle technologie de l’ARNm permet une production plus rapide, et parce que certaines parties des chaînes de production qui, par le passé, étaient échelonnées dans le temps, ont été, dans ce cas, mises en place simultanément grâce à d’importantes rentrées d’argent. Toutes choses égales par ailleurs, on peut sérieusement penser qu’il pourrait être extrêmement avantageux de pouvoir produire de nouveaux vaccins aussi rapidement. “Si vous pouvez intervenir avec, disons, un vaccin efficace à 40 % 4 mois avant d’intervenir avec un vaccin efficace à 80 %, vous sauvez plus de vies avec le vaccin efficace à 40 % livré 4 mois plus tôt”, a souligné le Dr Barney Graham, des National Institutes of Health. “D’une certaine manière, il est plus important d’être rapide dans le cadre d’une épidémie que d’être parfait”.

Pourtant, il était évident, dès l’automne, que certaines étapes des tests seraient sautées. “Les tests de sécurité seront moins nombreux que d’habitude”, a fait remarquer M. Gates. “Nous n’avons tout simplement pas le temps.”

Est-ce que cela doit être un problème ? Pourquoi, en particulier lors d’une pandémie, ne voudrions-nous pas distribuer rapidement tout vaccin qui semble fonctionner, même de manière relativement efficace, à ceux qui sont prêts à prendre les risques potentiels liés à la réduction des tests de sécurité ? Certaines personnes pourraient même décider par elles-mêmes qu’une pandémie qui fait rage est une menace suffisamment dangereuse pour l’emporter sur toute autre préoccupation possible.

Mais ce que nous ne devrions pas faire, si nous voulons maintenir la confiance et la cohésion du public, c’est agir comme s’il n’y avait aucune chance qu’une préoccupation légitime puisse émerger, ou que nous en sachions plus que ce que nous savons réellement après seulement deux mois d’étude. Avec des systèmes biologiques complexes, nous ne pouvons tout simplement pas présumer que, juste parce que nous avons une idée fantastique pour un traitement, la sécurité que nous espérons et constatons au départ se maintiendra nécessairement dans le temps.

Prenons le cas classique de la thalidomide. Il s’agissait à l’origine d’un sédatif, utilisé contre l’anxiété, puis essayé contre les nausées. Il a fonctionné, ce qui a conduit certains à “théoriser” qu’il pouvait prévenir les nausées chez les femmes enceintes. En pratique, une fois sur le marché, c’est ce qui s’est passé. Mais il a également provoqué de graves malformations congénitales chez les enfants. Il a fallu plus de neuf mois, et un nombre suffisant de cas, pour se rendre compte que ces effets secondaires étaient dus au médicament, et encore plus de temps pour surmonter le déni de la société pharmaceutique.

Il en va de même pour tous les grands médicaments retirés du marché pour avoir provoqué des cancers, des crises cardiaques et des diabètes. Ils ne provoquent pas toujours des conséquences désastreuses immédiatement, ou chez tout le monde. Parfois, ces médicaments déclenchent immédiatement un processus, mais il faut aux scientifiques un an ou de nombreuses années pour déceler la tendance dans une population en général. En travaillant à partir des premiers principes scientifiques et en nous basant sur ce que nous savons déjà, nous pouvons souvent élaborer une théorie précise sur ce qui pourrait fonctionner. Mais comme nous ne savons pas ce que nous ne savons pas, il arrive souvent que les choses ne se passent pas comme prévu. C’est pourquoi la science empirique s’est développée comme un moyen de tester nos théories. La science empirique est toujours, par définition, une science qui intervient après coup.

Ceci est particulièrement important étant donné le type spécifique de vaccin en cours d’approbation aux États-Unis – le vaccin à ARNm – qui était une première en son genre. Au lieu d’exposer une personne au virus lui-même sous forme vivante atténuée (comme le vaccin ROR) ou tuée (comme le vaccin contre la polio ou la grippe) – ce qui est le mode de fonctionnement de la plupart des autres vaccins que nous connaissons -, le vaccin à ARNm expose la personne à un messager génétique fabriqué artificiellement, l’ARNm, qui entre dans ses cellules et leur ordonne de fabriquer une partie du virus, ce qui déclenche les anticorps. Au début du lancement du vaccin, l’industrie pharmaceutique et la presse ont souligné la nouveauté de ces vaccins et la rapidité avec laquelle cette technique unique permettait de produire un vaccin. Mais lorsque certains effets secondaires ont commencé à apparaître et que les gens sont devenus nerveux, les responsables et les équipes de relations publiques des entreprises ont modifié leur message : Ces techniques étaient désormais présentées comme n’étant pas nouvelles du tout, mais comme existant depuis longtemps. Les hésitants remarquent les volte-face dans ce type de communication. Au mieux, cela les amène à s’interroger sur la véracité des messages de santé publique ; au pire, cela les rend profondément méfiants.

Au cours de l’été 2020, alors que les essais cliniques étaient en cours, les scientifiques extérieurs n’avaient toujours pas accès à ce qui était exactement mesuré et donc étudié, de sorte qu’il n’y avait pas de contrôle ou d’observation externe du processus, bien qu’une grande partie de la recherche ait été financée par le gouvernement : Le marketing et la distribution seraient effectués par le gouvernement, le gouvernement fournirait les clients, et le gouvernement paierait même les conséquences des problèmes de toxicité qui pourraient survenir. Retenir les protocoles plutôt que de les diffuser le plus largement possible était, dans ces circonstances, un signe de provocation. Et les agences gouvernementales censées défendre les intérêts du public – dans ce cas, la FDA, les CDC et les NIH – l’ont soutenu.

[Wikipedia : Les CDC – Centres pour le contrôle et la prévention des maladies forment ensemble la principale agence fédérale des États-Unis en matière de protection de la santé publique.

Les NIH – National Institutes of Health sont des institutions gouvernementales des États-Unis qui s’occupent de la recherche médicale et biomédicale. Ils dépendent du Département de la Santé et des Services sociaux des États-Unis – NdT]

En septembre 2020, une partie du secret fut levée : Il s’est avéré qu’AstraZeneca avait arrêté son essai clinique deux fois. La première pause n’a même pas été annoncée ; la seconde l’a été, mais ni le public britannique, ni la FDA, ni les scientifiques n’ont été immédiatement informés de la raison. Avant même qu’ils ne le sachent, le PDG d’AstraZeneca, Pascal Soriot, en a révélé la raison en privé – deux cas de dommages neurologiques graves – à la banque d’investissement JP Morgan. Pour certains, cela en dit long sur qui, exactement, était le bénéficiaire réel de ce processus.

“La communication … a été horrible et inacceptable”, a déclaré le Dr Peter Hotez, défenseur des vaccins et virologue. “Ce n’est pas ainsi que le public devrait entendre parler de tout cela”. Les scientifiques ont commencé à demander à voir les protocoles. Hotez et d’autres ont “critiqué les déclarations obtuses faites par les responsables gouvernementaux, y compris les régulateurs britanniques qui, selon lui, n’ont pas fourni de justification pour la reprise des essais”. Les représentants du gouvernement et les régulateurs, dont la plupart des citoyens supposent qu’ils sont là pour assurer l’honnêteté de ces processus, semblent plutôt être des complices de l’obscurcissement.

* * *

En novembre 2020, la nouvelle excitante est arrivée : Nous avions un vaccin. Les essais de phase III des vaccins Pfizer et Moderna se sont révélés efficaces à 95 % et 94,5 %, comme l’ont annoncé Fauci et les communiqués de presse des entreprises, et l’autorisation d’utilisation d’urgence a été accordée sur la base de ces études de deux mois, permettant la distribution des vaccins à des millions de personnes.

“Performant” (’Efficacious’) est le terme utilisé pour décrire l’efficacité d’un traitement dans la situation artificielle d’un essai clinique avec des patients volontaires, un groupe qui n’est pas toujours représentatif de la population en général ; “efficace” est le terme utilisé pour décrire comment un traitement fonctionne dans le monde réel. Les médias ont rapidement supposé que les deux étaient identiques. Pour eux, entendre qu’un vaccin était “performant à 95%” signifiait qu’il était pratiquement parfait, ce que la presse a répété à l’envi.

Mais en quoi exactement les vaccins étaient-ils “performants” ? Pour stopper la transmission virale ? Prévenir les maladies graves, réduire les hospitalisations ou les admissions aux soins intensifs ? Prévenir les décès ? Pendant combien de temps ? Et chez qui ? Chez les personnes âgées, qui sont les plus vulnérables ? En l’absence de définitions et de réponses claires à ces questions – ce qui est typique d’une grande partie de la couverture médiatique – les Américains n’avaient qu’une idée limitée, en réalité, de ce que ces vaccins avaient démontré dans l’univers étroit des essais cliniques, et encore moins de ce qu’ils feraient lorsqu’ils seraient administrés au public. En fait, ils n’ont pas reçu de réponse à une seule de ces questions.

De plus, il y avait toujours un nuage de mystère entourant les essais. Après que la pression ait augmenté à la suite de la révélation d’AstraZeneca en septembre, les quatre principaux fabricants de vaccins occidentaux ont finalement rendu publics leurs protocoles, qui font chacun plus de 100 pages. Après la publication des protocoles, Peter Doshi, rédacteur en chef adjoint au British Medical Journal, qui effectue des recherches sur les processus d’approbation des médicaments et la manière dont les résultats sont communiqués au public, a tenté de tirer la sonnette d’alarme : “Aucun des essais en cours n’est conçu pour détecter une réduction des résultats graves tels que les admissions à l’hôpital, le recours aux soins intensifs ou les décès”, a-t-il déclaré.

Une seule des études, celle d’Oxford AstraZeneca, a cherché à savoir si les personnes vaccinées étaient moins susceptibles de transmettre le virus en effectuant des prélèvements hebdomadaires par réaction en chaîne par polymérase (PCR). Les personnes vaccinées présentaient des charges virales plus faibles, étaient moins susceptibles d’avoir un test COVID positif et étaient positives pendant des durées plus courtes – une très bonne nouvelle en effet, bien qu’elle ne soit pas automatiquement applicable aux autres études sur le vaccin ARNm. Alors, à quoi servaient ces études cliniques qui ont montré une “efficacité” de 95 % et 94 %, si ce n’est à sauver des vies et la transmission virale ?

Considérons que les chercheurs peuvent mettre en place une étude visant à déterminer si un vaccin empêche une personne de subir l’un ou l’ensemble des événements suivants, parfois appelés “critères d’évaluation” :

  • Une infection asymptomatique (le patient est porteur du virus, mais le cas est si bénin qu’il ne le sait pas, même si sa présence est démontrée par un test viral positif).
  • Une infection cliniquement symptomatique qui est légère (et qui peut être confondue avec un simple rhume).
  • Une infection modérée, cliniquement symptomatique.
  • Une infection grave cliniquement symptomatique qui nécessite une hospitalisation. -* Une infection grave cliniquement symptomatique nécessitant une admission en unité de soins intensifs, et même un ventilateur.
  • Une infection grave cliniquement symptomatique qui se termine par la mort.

Quels étaient les événements, ou “les critères d’évaluation”, que les études Moderna et Pfizer de phase III prétendaient examiner ? Elles ont déclaré avoir examiné toute infection cliniquement symptomatique “de toutes gravités” comme critère d’évaluation principal. Mais c’est là que le bât blesse.

Comme l’explique Doshi, “une maladie grave nécessitant une hospitalisation, qui ne survient que dans une petite fraction des cas de covid-19 symptomatique, aurait peu de chances de se produire en nombre significatif dans les essais. … Comme la plupart des personnes atteintes de covid-19 symptomatique ne présentent que des symptômes légers, même les essais portant sur 30 000 patients ou plus ne révèleraient que relativement peu de cas de maladie grave.”

Combien de cas graves, en termes de décès, y a-t-il eu ? Dans l’essai Pfizer, pas une seule personne n’est décédée du COVID-19, que ce soit dans le groupe vacciné ou dans le groupe placebo. Le rapport que Moderna a remis à la FDA le 17 décembre 2020 sur son essai indiquait spécifiquement qu’il considérait la mort comme “un critère d’évaluation secondaire”, et ajoutait qu’”il n’y avait pas de décès dus au COVID-19 au moment de l’analyse intermédiaire pour permettre une évaluation de l’efficacité du vaccin par rapport aux décès dus au COVID-19″. A la date de publication, une personne était décédée dans le groupe placebo.

On recommence : Au cours de la période d’étude des deux nouveaux vaccins à ARNm, une seule personne sur 70 000 est décédée des suites du COVID. Maintenant, posez-vous la question suivante : sans connaître les données démographiques des participants à l’essai, mais sachant pertinemment que des centaines de milliers de personnes mouraient du virus : cela vous semble-t-il une façon appropriée d’étudier une maladie grave ? Moderna a déclaré au BMJ en août 2020 : ” Il faudrait un essai 5 ou 10 fois plus important ou un essai 5 à 10 fois plus long pour recueillir ces événements. “

Dans un exposé basé sur son article du Lancet, donné au webinaire du BMJCOVID19 Known Unknowns : Vaccines” en février 2021, le Dr Susanne Hodgson, maître de conférences académique du National Institute for Health Research en maladies infectieuses à l’Université d’Oxford, a déclaré : ” Les ECR en cours ne sont (…) pas assez puissants pour évaluer l’efficacité contre les admissions à l’hôpital et les décès. “

Lors du même webinaire, Doshi a présenté la question de la transparence. Après avoir lu les protocoles, puis les études de phase III des vaccins Pfizer, Moderna, AstraZeneca et Sputnik (russe), il a voulu vérifier les données brutes des études, c’est-à-dire qu’il ne voulait pas seulement voir les graphiques, tableaux, moyennes, pourcentages et conclusions finaux, mais aussi examiner les cas individuels. La plupart des études comportaient une ligne indiquant que ces données étaient disponibles sur demande. Selon Doshi, il a écrit aux compagnies pharmaceutiques qui avaient rédigé les études et a demandé à les voir. Mais cela lui a été refusé.

“Chaque fois qu’un essai est publié, il y a cette déclaration de partage des données et tout semble bon, jusqu’à ce que vous lisiez les petits caractères”, a-t-il déclaré. “Pfizer, par exemple, dit qu’il partage les données sur demande. Sauf qu’en réalité, il ne prévoit pas de le faire avant très longtemps. J’ai demandé. Même chose pour Moderna. Idem pour l’AstraZeneca d’Oxford et le vaccin russe. Ils ont tous dit qu’ils allaient partager les données, mais pas tout de suite. Et la plupart lient la publication des données à la fin des essais. Nous sommes donc dans une situation où les vaccins sont administrés aux masses mais où les données ne sont pas partagées parce que les sponsors disent que les essais sont en cours.”

Les données de Pfizer, a-t-il appris, pourraient arriver en janvier 2025. Moderna a déclaré qu’elles pourraient être disponibles… une fois l’essai terminé (dans le courant de l’année 2022). D’autres entreprises sont restées tout aussi vagues. À ce jour, environ 4 milliards de personnes ont déjà reçu ces vaccins – dont beaucoup ont reçu une formule génétique ARNm, la première du genre, sans que des sources extérieures n’examinent les données brutes de l’étude. Étant donné que les entreprises ne publient pas ces données en temps voulu, il est raisonnable de supposer que les responsables de la santé publique des différents pays qui ont approuvé les vaccins n’ont pas non plus vu les données brutes, ni effectué de vérifications.

Compte tenu de tout cela, il est difficile d’apaiser ceux qui se méfient des systèmes qui ont fourni les vaccins : Au moins un de ces vaccins, le Moderna, a été soutenu par le NIH et le NIAID, qui peuvent être copropriétaires de la propriété intellectuelle sous-jacente au vaccin. Cela signifie que leurs partenaires pourraient bénéficier des ventes, et que les employés du gouvernement pourraient recevoir des royalties. Bien qu’il revienne à la FDA d’approuver officiellement les vaccins, les conseils visant à rendre les vaccins obligatoires proviendraient d’un petit réseau et seraient basés sur des études rédigées, dans certains cas, par des employés des entreprises elles-mêmes, qui testent leurs propres produits. Et lorsqu’un public remarquablement confiant et quelques scientifiques ont demandé à consulter les données brutes, ils se sont vus opposer une fin de non-recevoir.

On ne peut qu’imaginer à quel point nos connaissances seraient enrichies s’il en était autrement – si, pour ne prendre qu’un exemple, les données brutes étaient disponibles et vérifiées par l’esprit de ruche des scientifiques du monde entier, qui, en creusant, pourraient voir pour qui le vaccin était le plus efficace, et qui était le plus à risque d’effets secondaires graves, afin de les suivre plus longtemps que deux mois et de protéger ces groupes de personnes à l’avenir. La confiance que cela aurait inspirée à l’égard d’un vaccin produit aussi rapidement aurait pu être étonnante – un miracle non seulement du progrès scientifique humain, mais aussi de la capacité humaine de communication persuasive et du progrès social qu’elle peut générer.

Hélas, ce n’est pas ce que nous avons eu. Le train avait déjà quitté la gare à toute vitesse. Lorsque les premiers vaccins ont été déployés en décembre 2020, Fauci a reçu sa piqûre Moderna, annonçant qu’il voulait se faire vacciner publiquement comme un “symbole” pour tous les habitants du pays. “J’ai une confiance extrême dans la sécurité et l’efficacité de ce vaccin”, a-t-il déclaré. Quant à la question de savoir à quel point les patients de l’étude étaient malades, il a déclaré : “En ce qui concerne Pfizer, il a été efficace à 95% non seulement contre la maladie juste cliniquement décelable, mais aussi contre la forme grave.” Il a ajouté que le vaccin Moderna présentait à peu près les mêmes caractéristiques : Il protège des formes graves.

* * *

Au printemps 2021, l’argument principal – la nécessité d’utiliser un outil principal, le vaccin, “pour vaincre l’ennemi” – fonctionnait à merveille. Les données gouvernementales d’Israël et du Royaume-Uni montrent que les vaccins ne sont pas seulement “efficaces” dans les essais cliniques, mais aussi “efficaces” dans le monde réel.

Dans un article de la Harvard Gazette du 28 avril intitulé “Les vaccins peuvent nous amener à l’immunité collective, malgré les variantes”, le Dr Ugur Sahin, directeur général de BioNTech, qui a développé le vaccin à ARNm pour Pfizer, aurait déclaré que l’Europe atteindrait l’immunité collective en juillet ou août. Le virus ne serait plus en mesure de se propager.

Au Royaume-Uni, la Freedom Day [Journée de la liberté] a été fixée au 21 juin (elle a ensuite été reportée au 19 juillet), et le retour à la normale dans les autres pays vaccinés ne semblait pas très éloigné. Le 22 avril, Israël, considéré comme le pays le plus vacciné au monde (à l’exception de quelques nations encore plus petites), a enregistré pour la première fois aucun décès quotidien dû au COVID. Le PDG de Pfizer – qui a qualifié Israël de “laboratoire du monde “, non seulement parce qu’il était hautement vacciné, mais aussi parce qu’il l’a été très tôt, donnant ainsi au monde un aperçu de son avenir – a annoncé en février que l’expérience se déroulait à merveille, déclarant que ” les données actuelles montrent qu’après six mois, la protection est robuste ” et que ” de nombreux indicateurs nous montrent actuellement qu’il existe une protection contre la transmission de la maladie “. Le Royaume-Uni, deuxième grande nation la plus vaccinée, a connu un terrible bilan de décès en janvier. Mais le 10 mai, il n’y a pas eu un seul décès dû au COVID-19 dans toute l’Angleterre, l’Irlande du Nord et l’Écosse.

Le président Biden a assuré le peuple américain avec confiance : “Si vous êtes vaccinés, vous êtes protégés. Si vous n’êtes pas vacciné, vous ne l’êtes pas” – réaffirmant que se faire vacciner “est un geste patriotique à faire”. Il s’agissait d’un riff sur la déclaration de la directrice du CDC, le Dr Rochelle Walensky : “Si vous avez reçu deux doses du vaccin, des vaccins à ARNm, vous êtes protégé. Vous n’avez pas besoin d’attendre un rappel, vous êtes protégé.”

Au cours du printemps, Walensky est devenu un visage de plus en plus visible. Dans les mois qui ont suivi l’investiture de Biden, un grand nombre de fonctionnaires qui avaient conseillé l’administration Trump ont disparu – le Dr Robert Redfield (à la tête du CDC), le Dr Deborah Birx et le Dr Scott Atlas – et une nouvelle cohorte est arrivée. De plus en plus, Walensky devenait une voix officielle de la santé publique.

En avril, lors d’un point presse de la Maison Blanche, quatre mois à peine après le début de la distribution des premières doses de vaccin, Walensky a annoncé que le “CDC recommande que les personnes enceintes reçoivent le vaccin COVID-19”. Mais si vous aviez consulté le site Internet du CDC ce jour-là – comme l’ont fait bien sûr de nombreuses femmes enceintes et leurs médecins – vous auriez trouvé quelque chose de différent : “Si vous êtes enceinte, vous pouvez choisir de recevoir le vaccin COVID-19”, mais “il existe actuellement des données limitées sur la sécurité des vaccins COVID-19 chez les femmes enceintes”. Lors du point de presse, Walensky avait cité une étude du New England Journal of Medicine, à propos de laquelle elle a déclaré : “aucun problème de santé n’a été observé chez les personnes vaccinées au cours du troisième trimestre, ni aucun problème de santé pour leurs bébés.”

L’étude affirmait effectivement qu’il n’y avait pas d’augmentation des cas de mort fœtale ou de mort néonatale, ce qui était très rassurant. Mais elle n’a pas pu répondre à l’une des principales questions qui préoccupent de nombreuses femmes enceintes : ces nouveaux vaccins auront-ils des effets négatifs sur le développement de mon bébé après la naissance ? Les auteurs de l’étude ont précisé qu’ils ne disposaient pas de suffisamment de données historiques sur les femmes au premier ou au deuxième trimestre de la grossesse pour tirer des conclusions sur les femmes vaccinées au cours de ces deux trimestres (lorsque différents systèmes organiques se développent), et que leur étude était donc “préliminaire” : “Les résultats préliminaires n’ont pas montré de signaux d’alarme évidents chez les personnes enceintes ayant reçu des vaccins à ARNm COVID-19.Cependant, un suivi sur un plus long terme, y compris le suivi d’un grand nombre de femmes vaccinées plus tôt dans la grossesse, est nécessaire pour informer sur les résultats de la mère, de la grossesse et du nourrisson”. (italiques ajoutées)

Rappelons que le déploiement du vaccin a commencé en décembre 2020, pour les personnes âgées. Cette étude n’a examiné que les données de sécurité sur les femmes à différents stades de la grossesse du 14 décembre 2020 au 28 février 2021, soit une période de deux mois et demi. De nombreuses femmes deviennent plus vigilantes pendant la grossesse sur ce qu’elles mangent et ce qu’elles mettent dans leur corps. Il n’est donc pas surprenant que plus d’une femme enceinte ou essayant de concevoir un enfant ait commencé à s’interroger sur une question que m’a posée l’un de mes collègues : Si, au moment de l’étude, le vaccin n’était disponible que depuis deux mois et demi, cela ne signifierait-il pas – s’il est toujours vrai que la gestation humaine dure environ neuf mois – que littéralement aucune des personnes vaccinées en début de grossesse n’avait encore mené sa grossesse à terme ?

Il ne s’agit pas ici d’insinuer une opinion sur l’utilisation des vaccins pendant la grossesse ; nous discutons ici de la manière dont les simplifications de ce que les études scientifiques montrent réellement à un moment donné – même si elles s’avèrent finalement exactes – peuvent susciter la méfiance. Je pense que ce que les jeunes familles voulaient entendre, c’était quelque chose de rassurant et qui reflète les données fiables disponibles à ce jour, comme “nous travaillons sur une étude plus longue, et nous avons bon espoir, mais pour l’instant nous savons au moins que si le vaccin est administré au cours du troisième trimestre, il y a peu de chances que le vaccin entraîne un décès”. Cela, je crois, aurait permis d’apaiser les inquiétudes. Mais le gouvernement et ses partenaires de communication ont choisi une position différente, suggérant la certitude alors que les données importantes n’étaient pas encore disponibles. Une leçon de nature humaine : Lorsque les responsables de la santé publique se méfient du public, le public en vient à se méfier d’eux.

Prenons par exemple l’article de Kimberly Atkins Stohr, rédactrice d’opinion principale et chroniqueuse au Boston Globe, qui a reçu le vaccin de Johnson & Johnson en avril, une semaine avant que la FDA ne le suspende en raison de complications liées à la formation de caillots sanguins. Comme l’indique Mme Atkins, le fait que la FDA admette qu’il puisse y avoir un problème, au lieu de le cacher, l’a incitée à croire que l’institution surveille de près les vaccins. “Je veux que les autres considèrent cette interruption non pas comme une raison de douter du médicament, mais comme une raison d’y croire”, écrit-elle.

Les grands médias ont également souvent minimisé les problèmes potentiels, et même diabolisé ceux qui les prenaient au sérieux – en présentant les républicains chrétiens blancs comme la dernière redoute du scepticisme à l’égard des vaccins COVID en Amérique. Mais si les Américains blancs des États Républicains ont connu des taux élevés d’hésitation, les Afro-Américains et les Latinos aussi. Comme nous l’avons vu dans le cas des Afro-Américains, l’hésitation est fondée au moins en partie sur une méfiance bien méritée. Au Royaume-Uni, en mars 2021, les taux de vaccination étaient très élevés dans le groupe des “Britanniques blancs” (91,3 %), et les chrétiens britanniques étaient les moins hésitants, tandis que les taux de vaccination étaient plus faibles dans les communautés afro-américaines et caraïbes noires (58,8 % et 68,7 % respectivement), ainsi que chez les musulmans, les bouddhistes, les sikhs et les hindous. Au Canada, le profil type qui hésite à se faire vacciner est une femme de 40 ans qui a tendance à voter pour les libéraux.

Un sondage Gallup de janvier a montré que 34 % des travailleurs de la santé de première ligne aux États-Unis (qui sont à la fois plus exposés au COVID et plus instruits en matière de santé) ont déclaré qu’ils ne prévoyaient pas de se faire vacciner, et 18 % supplémentaires n’étaient “pas sûrs” de ce qu’ils feraient. Compte tenu de la définition que donne l’OMS de l’”hésitation à se faire vacciner” – c’est-à-dire les personnes qui retardent ou hésitent à se faire vacciner – on peut dire que 52 % des agents de santé américains de première ligne hésitaient à se faire vacciner au début de l’année. Il était difficile de prétendre qu’il s’agissait de personnes qui tirent toutes leurs informations de quelques sites web conspirationnistes. En fait, nombre de ces professionnels sont vaccinés contre d’autres maladies. On ne peut pas non plus prétendre que les travailleurs de première ligne sont excessivement anxieux et lâches ; beaucoup sont exposés régulièrement à des COVID actifs.

D’autres fois, on nous dit que les hésitants ne sont que ceux qui ont le moins d’éducation. Mais une étude de Carnegie-Mellon et de l’Université de Pittsburgh a montré qu’”en mai [2021], les docteurs étaient le groupe le plus hésitant.” En mai, le sénateur Richard Burr, de la commission sénatoriale de la santé, a demandé à Fauci combien d’employés des NIH, la principale institution de recherche en sciences de la santé du pays, avaient été vaccinés. “Je ne suis pas sûr à 100%, sénateur, mais je pense que c’est probablement un peu plus de la moitié, probablement autour de 60%”, a-t-il répondu. Le sénateur a posé la même question au Dr Peter Marks, directeur du Centre d’évaluation et de recherche sur les produits biologiques de la Food and Drug Administration, au sujet de la vaccination des employés de la FDA. “C’est probablement dans la même fourchette”, a-t-il répondu.

Dans les études menées en Occident, les hésitants expriment de manière répétée, comme principale raison de leur réticence à se faire vacciner, des inquiétudes concernant ce que nous pourrions appeler les “futurs effets inconnus”. Dans une étude réalisée en mai en Grande-Bretagne, par exemple, 42,7 % des personnes interrogées ont indiqué qu’il s’agissait de leur principale crainte. Les hésitants n’étaient pas particulièrement préoccupés par les effets secondaires insignifiants à court terme tels que les bras douloureux, la fatigue, une fièvre passagère ou un mal de tête. Seuls 7,6 % se méfiaient de la “vaccination” en général. Aux États-Unis, une étude inter-universitaire portant sur plus de 20 000 personnes a révélé que les préoccupations en matière de sécurité, ou l’incertitude du risque, étaient la principale raison invoquée pour expliquer l’hésitation à se faire vacciner (59 %). Seuls 33 % d’entre eux étaient d’accord pour dire que les vaccins sont testés de manière approfondie avant d’être commercialisés. Les auteurs ont signalé “des différences massives entre les vaccinés et les non-vaccinés en termes de confiance envers différentes personnes et organisations”, notamment les CDC et la FDA. Une enquête IPSOS-Forum économique mondial menée dans 15 pays a montré que dans ces 15 pays, la principale raison invoquée par les réticents était la peur des effets secondaires, dépassant de loin toutes les autres préoccupations. Dans tous les pays étudiés, le nombre de personnes qui se disent “contre les vaccins” (c’est-à-dire la position anti-vaccins) ne représente généralement qu’une fraction mineure de ceux qui n’ont pas encore été vaccinés.

En fait, un thème commun à la France, à la Grande-Bretagne et aux États-Unis est la méfiance à l’égard de la troïka vaccinale – Big Pharma, gouvernement et santé publique, et industrie des soins de santé – et l’insistance sur le fait que les individus devraient avoir le droit de décider de se faire vacciner ou non. Ces similitudes méritent que l’on s’y attarde, car elles suggèrent que la tentative d’expliquer le phénomène en utilisant les identifiants de groupe dont les médias américains sont si friands – sexe, race, religion et affiliation politique – n’aboutit à rien et détourne l’attention des véritables problèmes à l’origine de la méfiance.

* * *

Le 11 mai, Fauci a comparu devant une audience du Sénat. “Le NIH et le NIAID n’ont catégoriquement pas financé la recherche sur le gain de fonction à l’Institut de virologie de Wuhan”, a-t-il déclaré. Pourtant, en contournant le moratoire de 2014 de l’administration Obama, et à la désapprobation de nombreux membres de la communauté scientifique américaine, l’agence de Fauci a bien financé une société américaine appelée EcoHealth Alliance, qui a ensuite facilité la recherche sur le gain de fonction en collaboration avec l’Institut de virologie de Wuhan. En effet, de juin 2014 à mai 2019, l’agence de Fauci a financé à la fois EcoHealth et Peter Daszak – un chercheur bien connu du GdF qui a sous-traitée la subvention au laboratoire de Wuhan, où la recherche du GdF sur les virus de chauve-souris était menée et dirigée par le Dr Shi Zhengli – et qui n’était pas soumise au moratoire du gouvernement américain.

Le Dr Francis Collins, alors à la tête des NIH, avait déclaré à la House Appropriations Subcommittee que les NIH ne finançaient pas le GdF à Wuhan. Mais plus tard, après que Fauci soit revenu sur son affirmation précédente et ait déclaré que c’était possible, Collins a également fait marche arrière. “Bien entendu, nous ne disposons pas de renseignements sur ce qui se passait à l’intérieur de l’Institut de virologie de Wuhan”, a-t-il déclaré. Ces deux revirements ne sont intervenus qu’après que la plausibilité de la théorie de la fuite en laboratoire ait commencé à être acceptée par le grand public et que la pression publique se soit intensifiée.

Si le démenti de Fauci au Sénat était peut-être techniquement exact, il était trompeur : Aucune des deux agences n’a directement financé ce type de recherche, mais l’a fait par l’intermédiaire d’un tiers. Il s’est avéré que Fauci lui-même a écrit en 2012 que, comme les critiques du GdF, il pouvait imaginer “une expérience importante de gain de fonction impliquant un virus avec un potentiel pandémique sérieux”, par laquelle “une tournure d’événements improbable mais concevable” conduit à l’infection d’une personne dans le laboratoire “et déclenche finalement une pandémie.” Néanmoins, a-t-il écrit, pour “les connaissances qui en résulteraient”, une telle recherche valait la peine de prendre le risque.

En juin, la question de savoir ce que Fauci savait et quand il le savait est apparue dans ses courriels, qui ont montré que, bien qu’il ait nié au Congrès que son organisation avait financé des expériences à l’Institut de virologie de Wuhan, elle l’avait fait. Le 1er février 2020, Fauci a envoyé deux courriels à son personnel concernant une étude sur le “gain de fonction” que les NIH avaient approuvée, dans lesquels il faisait référence au “gain de fonction du SRAS”. Son déni de l’implication des NIH s’est finalement avéré peu convaincant, puisque le financement de cette étude avait laissé des traces écrites sur les comités et les subventions des NIH. Shi Zhengli, directeur de l’Institut de virologie de Wuhan, a coécrit un article sur la construction d’un virus super létal, paru dans Nature Medicine en 2015, et a spécifiquement remercié les NIH et Eco-Health pour le financement de ses travaux. Un article de recherche de 2017, dont Shi Zhengli est également le coauteur, non seulement peut être considéré comme une recherche du GdF, mais l’”incarne” – et indique spécifiquement qu’il a été financé par une subvention NIH-NIAID.

Tout cela était important car cela faisait partie de l’histoire plus large que le public suivait. Apprendre que les agences et les fonctionnaires chargés de sortir la population de la pandémie avaient en fait des liens avec un laboratoire chinois ayant des antécédents de violations des règles de sécurité, et qui semblait également impliqué dans des expériences dangereuses pouvant être liées à l’épidémie de Wuhan, était pour beaucoup profondément troublant.

Pendant ce temps, l’imbroglio entre la FDA et l’industrie pharmaceutique devenait de plus en plus pertinent. En juin, il a été annoncé que Stephen Hahn, qui avait dirigé la FDA du 17 décembre 2019 au 20 janvier 2021, période durant laquelle l’agence a approuvé les vaccins Moderna et Pfizer, est devenu le médecin en chef de Flagship Pioneering, la société de capital-risque qui a lancé Moderna en 2010 et qui détient aujourd’hui 4 milliards de dollars d’actions Moderna. Le 27 juin, Scott Gottlieb, qui dirigeait la FDA avant Hahn, a rejoint le conseil d’administration de Pfizer.

Le 3 juin, trois scientifiques d’un comité consultatif de la FDA – le Dr Aaron Kesselheim, professeur de médecine à la Harvard Medical School, Joel Perlmutter, M.D., neurologue à la Washington University de St. Louis, et David Knopman, M.D., neurologue à la Mayo Clinic – ont démissionné en raison de la manière dont un médicament contre la maladie d’Alzheimer, Aduhelm, a été approuvé. Dans une lettre, M. Kesselheim a affirmé que l’autorisation de l’Aduhelm – une perfusion intraveineuse mensuelle dont le prix a été fixé par Biogen à 56 000 dollars par an et dont certains craignent qu’elle ne mette Medicare en faillite – était erronée “en raison d’un grand nombre de facteurs différents, à commencer par le fait qu’il n’y a aucune preuve valable que le médicament fonctionne”, qu’il s’agissait “probablement de la pire décision d’approbation d’un médicament dans l’histoire récente des États-Unis” et que cette “débâcle … met en évidence les problèmes” liés à la relation avec le comité consultatif de la FDA.

Il convient de traduire cet épisode en langage clair :Au beau milieu du plus grand déploiement de vaccins de l’histoire des États-Unis, que le gouvernement a jugé être le seul moyen de sortir de la pandémie, mais qui a également dû faire face à des vents contraires dus à une hésitation populaire profondément ancrée, la FDA a approuvé un médicament qui allait remplir les poches d’une société pharmaceutique avec des milliards de dollars de l’argent des contribuables, même si les études ont montré que le médicament n’a fait que susciter de faux espoirs.

Kesselheim n’a pas réagi sur un coup de tête, car c’était apparemment la deuxième fois qu’il voyait ce genre de chose de près. En 2016, la directrice du Centre d’évaluation des médicaments et de recherche de la FDA, le Dr Janet Woodcock, a approuvé un médicament appelé eteplirsen malgré les objections de tous les principaux examinateurs scientifiques de la FDA. Le motif de l’approbation n’était pas que les patients devenaient plus forts – ils ne l’étaient pas. En revanche, une sorte de valeur de laboratoire, qui peut fonctionner comme un “bio-marqueur” (ou indicateur de maladie), était améliorée – une autre astuce de la pharmacie. Cela a été considéré comme une preuve suffisante pour approuver le médicament. Comme Kesselheim et Jerry Avorn, co-auteur de l’étude, ont mis en garde plus tard dans le Journal of the American Medical Association, “accélérer la mise sur le marché de médicaments en se basant sur les résultats de tels biomarqueurs peut en fait conduire à des résultats moins bons pour les patients”.

Peu après le départ de Kesselheim en juin, les deux principaux responsables de la FDA en matière de vaccins ont annoncé qu’ils partaient également. Les articles de presse expliquaient que le Dr Marion Gruber, directrice de l’Office of Vaccines Research & Review de la FDA et vétéran de l’agence depuis 32 ans, et le Dr Philip Krause, vétéran depuis 10 ans, partaient en raison de pressions extérieures exercées par l’administration Biden pour approuver les boosters avant que la FDA n’ait terminé sa propre procédure d’approbation. Pendant ce temps, Pfizer, qui fait davantage de “science par communiqué de presse” (une technique qui fait souvent grimper les actions d’une société), demandait des rappels tout en “saluant les excellents résultats obtenus avec les rappels et les injections de COVID-19 pour les enfants d’âge scolaire”.

Dans un article paru dans le Lancet du 13 septembre, Gruber, Krause et de nombreux collègues internationaux ont tiré la sonnette d’alarme quant à l’utilisation des rappels dans la population générale :

Il pourrait y avoir des risques si les rappels sont introduits trop tôt ou trop fréquemment, en particulier avec les vaccins qui peuvent avoir des effets secondaires à médiation immunitaire (comme la myocardite, qui est plus fréquente après la deuxième dose de certains vaccins à ARNm, ou le syndrome de Guillain-Barré, qui a été associé aux vaccins COVID-19 vectorisés par un adénovirus [comme ceux d’AstraZeneca ou de Johnson & Johnson]. Si le rappel inutile entraîne des effets indésirables importants, les conséquences sur l’acceptation des vaccins pourraient aller au-delà des vaccins COVID-19. Par conséquent, un rappel généralisé ne devrait être entrepris que s’il existe des preuves claires qu’il est approprié.

L’étude de Pfizer était étonnamment limitée : Seules 306 personnes ont reçu le rappel. Comme l’a souligné David Wiseman, chercheur en vaccins (qui a réalisé des essais pour son concurrent Johnson & Johnson), lors de la réunion de la FDA, “il n’y avait pas de contrôle aléatoire” dans l’étude Pfizer. Les sujets étaient plus jeunes (18-55 ans) que les personnes les plus exposées au risque de décès ou de maladie grave lié au COVID, et n’ont été suivis que pendant un mois, de sorte que nous ne savions pas vraiment combien de temps le rappel durerait, ni si des effets indésirables pouvaient apparaître après 30 jours. Ils n’ont pas fait l’objet d’un suivi clinique, de sorte que nous ne disposions d’aucune information sur les infections, les hospitalisations ou les décès. Au contraire, seuls leurs anticorps ont été mesurés – précisément le type de raccourci qui a été pris avec l’eteplirsen.

L’étude était trop limitée, et le comité de la FDA a tenu deux votes sur l’approbation. Lors du premier, il a voté à une écrasante majorité (16 contre 2) contre l’approbation des rappels de Pfiz-er pour tous les âges ; lors du second vote, le comité a soutenu les rappels uniquement pour les personnes de plus de 65 ans ou pour des groupes à risque particuliers.

Et pourtant, à la mi-août, Biden a commencé à soutenir publiquement les boosters pour tous. Pourquoi ? Le 16 septembre, le Los Angeles Times a rapporté que le président suivait l’avis de Fauci et des NIH, avec l’aide du Dr Janet Woodcock – le même responsable de la FDA qui a passé outre les évaluateurs de la FDA dans l’affaire de l’eteplirsen. Woodcock était à ce moment-là commissaire intérimaire de la FDA et contournait une fois de plus le comité de la FDA.

L’étude de rappel de Pfizer n’était pas la seule à être limitée. Une étude du New England Journal of Medicine, basée sur les données du ministère israélien de la santé, affirmait que la troisième injection de rappel offrait une protection 11 fois supérieure à celle de la deuxième. L’ensemble de l’étude n’a duré qu’un mois, et a donc montré qu’il était protecteur pour cette période, mais pas s’il durerait aussi longtemps ou plus longtemps que la protection de la deuxième injection.

* * *

Au cours du printemps 2021, un autre problème est apparu. En plus des attaques généralisées contre les scientifiques qui critiquaient le récit principal simplifié (y compris ceux des grandes universités comme Harvard, Yale, Stanford, Rockefeller, Oxford et UCLA), de nombreux citoyens ordinaires ont appris que certaines histoires majeures n’étaient pas aussi largement connues qu’elles auraient pu l’être, en partie grâce à la censure de Big Tech.

En mai, Facebook a annoncé qu’il ne censurerait plus les articles sur la théorie de la fuite en laboratoire, ce qui a permis à de nombreuses personnes de découvrir qu’il s’agissait en fait d’une théorie scientifique viable. (L’idée de transparence de Facebook consiste à vous dire quand il a cessé de censurer quelque chose ; il en va de même pour YouTube). Mais en juillet, l’OMS elle-même a admis qu’elle avait été trop hâtive en excluant une fuite du laboratoire. (L’excellent article de Nicolas Wade du 2 mai, en revanche, a montré les raisons virologiques techniques pour lesquelles le virus pourrait bien provenir de la recherche du GdF). Nous en avons également appris davantage sur les motivations de Big Tech lorsqu’il a été révélé que la branche caritative de Google avait financé le même chercheur du GdF que les NIH, à savoir Peter Daszak d’EcoHealth. Parfois, la censure de la “désinformation” par Big Tech coïncide avec ses intérêts financiers : Amazon, qui a bloqué (et débloqué) des livres critiques à l’égard du récit dominant, envisage de développer une importante division pharmaceutique.

Pendant ce temps, trois organismes de conseils médicaux américains – l’American Board of Family Medicine, l’American Board of Internal Medicine et l’American Board of Pediatrics – sont allés au-delà de la censure en menaçant de retirer leur licence aux médecins qui remettent en question la ligne actuelle mais changeante de la pensée et des protocoles du COVID. Cela a obligé les médecins qui avaient des doutes sur le récit dominant à choisir entre leurs patients et leurs moyens de subsistance.

La situation s’est tellement dégradée au niveau mondial qu’Amnesty International a fini par publier un rapport sur cette crise : “Dans le monde entier, des journalistes, des militants politiques, des professionnels de la santé, des lanceurs d’alerte et des défenseurs des droits de l’homme qui ont exprimé des opinions critiques sur la réponse de leur gouvernement à la crise ont été censurés, harcelés, attaqués et criminalisés”, indique le rapport. La tactique habituelle, selon les auteurs du rapport, est la suivante : “Ciblez-en un, intimidez-en un millier”, les censeurs justifiant ces actions en disant qu’il s’agit simplement d’interdire la “désinformation” et de “prévenir la panique”. Le rapport poursuit : “Les faits ont montré que les mesures sévères visant à supprimer la libre circulation de l’information, telles que la censure ou la criminalisation des “fake news”, peuvent entraîner une méfiance accrue à l’égard des autorités, favoriser l’espace pour que les théories du complot se développent, et la suppression du débat et des préoccupations légitimes.” La censure nourrit la mauvaise herbe qu’elle prétend exterminer.

Il est bien sûr vital que les responsables de la santé publique soient capables de diriger en cas de crise, de transmettre des messages cohérents et même de demander aux citoyens de modifier leurs comportements. Mais la santé publique ne peut légitimement demander ce changement que les politiques qu’elle recommande sont fondées sur un processus scientifique suffisamment solide pour résister à la critique et au débat scientifiques. Sinon, pourquoi devrait-on l’écouter ? La science n’est pas en soi un dogme ou une discipline autoritaire, mais le contraire : un processus d’enquête critique, et la méthode exige un débat permanent sur la façon d’interpréter les nouvelles données, et même sur ce qui constitue des données pertinentes. La science, comme l’a souligné le physicien Richard Feynman, lauréat du prix Nobel, exige de remettre en question les affirmations :

Apprenez de la science que vous devez douter des experts… Lorsque quelqu’un dit que la science enseigne telle ou telle chose, il utilise le mot de manière incorrecte. Ce n’est pas la science qui l’enseigne, c’est l’expérience qui l’enseigne. Si l’on vous dit que la science a démontré telle ou telle chose, vous pouvez demander : “Comment la science le démontre-t-elle – comment les scientifiques ont-ils découvert – comment, quoi, où ?” Ce n’est pas la science qui a démontré, mais cette expérience, cet effet, qui a démontré. Et vous avez autant le droit que n’importe qui d’autre, après avoir entendu les expériences (mais nous devons écouter toutes les preuves), de juger si l’on est arrivé à une conclusion qui peut être réutilisée.

Notez combien Feynman insiste sur le fait que ce ne sont pas seulement les quelques personnes qui mènent les expériences, ou même seulement “les experts”, qui ont le droit de discuter et de juger la question. C’est particulièrement vrai dans le domaine de la santé publique, car il s’agit d’un domaine très vaste, composé de nombreuses disciplines, allant de celles qui traitent étroitement des virus à celles qui traitent des changements de comportement de masse.

Lorsque les organismes de santé publique et les organisations médicales et éducatives apparentées censurent les scientifiques et les professionnels de la santé qui débattent de controverses scientifiques – donnant ainsi au public la fausse impression qu’il n’y a pas de controverses légitimes – ils donnent une fausse image de la science, de la médecine et du public et leur portent gravement préjudice en supprimant la seule justification dont dispose la santé publique pour demander aux citoyens de subir diverses privations : le fait que ces demandes sont fondées sur un processus scientifique complet, sans entrave et ouvert. Ceux qui censurent ou bloquent ce processus sapent leur propre prétention à parler au nom de la science ou de la sécurité publique.

Si nous n’avons pas pu avoir un processus scientifique ouvert, qu’avons-nous eu à la place ? L’enchevêtrement du gouvernement avec des entreprises légalement indemnisées, des responsables de la santé publique qui trompent le Congrès, de nombreux régulateurs honnêtes qui quittent la FDA en raison d’approbations inappropriées, des responsables de la FDA qui acceptent des postes au sein de Big Pharma directement liés à des produits qu’ils venaient juste d’approuver, une possible fuite de laboratoire qui n’a pas pu être discutée en tant que telle pendant plus d’un an afin qu’elle ne puisse pas être clairement discréditée, des plateformes de médias sociaux sans visage qui admettent qu’elles contrôlent ce que nous voyons et ne voyons pas, et des censures institutionnelles de toutes sortes.

Pour arriver à créer les conditions parfaites pour le scepticisme du public à l’égard des vaccins au milieu d’une pandémie, on ne pouvait pas faire mieux.

* * *

Au cours de l’été, le récit dominant a commencé à montrer des fissures. Le 18 août, Israël avait le troisième plus grand nombre de nouveaux cas par habitant au monde. Le ministère de la Santé a rétrospectivement publié des chiffres montrant qu’au milieu de l’été, le vaccin Pfizer, qui avait été largement utilisé en Israël, n’était efficace qu’à 39 % pour prévenir les infections au COVID, mais beaucoup plus pour prévenir les maladies graves. Mais des données supplémentaires ont montré que, alors que 62% de la population israélienne avait été vaccinée, plus de 60% des 400 cas de COVID hospitalisés en Israël étaient des patients qui avaient été entièrement vaccinés. Cela signifiait que le vaccin était beaucoup moins efficace que prévu.

Le 14 septembre, le directeur général du ministère israélien de la santé, Nachman Ash, a indiqué que le pays, encore plus fortement vacciné qu’il ne l’avait été pendant l’été, avec 3 millions de ses 9 millions de citoyens (principalement des personnes âgées) ayant déjà reçu une troisième injection, enregistrait désormais 10 000 nouveaux cas de COVID par jour. “C’est un record qui n’existait pas lors des vagues précédentes”, a déclaré M. Nachman. Il s’agit également du nombre le plus élevé de cas de COVID par habitant de tous les pays, devançant la Mongolie et faisant d’Israël la “capitale mondiale du COVID quelques mois seulement après avoir mené dans la campagne de vaccination”.

Nombreux sont ceux qui ont fait valoir à juste titre que, oui, ces cas extrêmes se produisent, mais qu’ils sont généralement bénins, et que les vaccins protègent très bien les gens contre les maladies graves et la mort. Mais des statistiques contradictoires ont commencé à apparaître. Les hôpitaux israéliens étaient tellement surchargés qu’ils refusaient les patients du COVID. Quatre cents d’entre eux sont morts au cours des deux premières semaines de septembre. Le personnel hospitalier était épuisé et dans un état traumatique, un directeur d’hôpital décrivant la situation comme “catastrophique“, ajoutant que “le public n’en sait absolument rien.” Les statistiques du ministère israélien de la Santé du mois d’août ont montré que parmi les décès qui avaient été classés, plus de deux fois plus de personnes décédées étaient entièrement vaccinées (272) par rapport à celles qui n’étaient pas vaccinées (133). Fin septembre, les données de la quatrième vague étaient disponibles et le Dr Sharon Alroy-Preis, du ministère de la Santé, a révélé au Comité consultatif sur les vaccins de la FDA que “ce que nous avons vu avant notre campagne de rappel, c’est que 60 % des personnes dans un état grave et critique étaient vaccinées, doublement vaccinées, entièrement vaccinées et, comme je l’ai dit, 45 % des personnes décédées lors de la quatrième vague étaient doublement vaccinées”. (273)

Le tsar israélien des vaccins, Salman Zarka, a persisté et a déclaré que le pays devait désormais envisager une quatrième dose dans cinq mois : “C’est notre vie à partir de maintenant, par vagues”, a-t-il déclaré. Le 13 septembre, le Premier ministre israélien Naftali Bennett s’est fait l’écho de ces propos en accusant six patients qui ont été hospitalisés parce qu’ils “n’étaient pas complètement vaccinés”, c’est-à-dire qu’ils n’avaient reçu que deux vaccins. Les termes qui divisent se retournent facilement contre ceux qui les ont utilisés récemment : Désormais, les stigmates qui accompagnaient “les non-vaccinés” s’appliquent également aux personnes vaccinées, mais pas suffisamment.

Tout au long de la pandémie, Israël a procédé à de vastes confinements. En revanche, la Suède est devenue célèbre pour n’avoir jamais fermé ses portes. La population d’Israël et de la Suède est à peu près de la même taille (9 et 10 millions d’habitants, respectivement) et les taux de personnes doublement vaccinées sont presque identiques, tous âges confondus, y compris les enfants (63 % en Israël, 67 % en Suède). Si Israël a un avantage sur la Suède, c’est que 43 % des Israéliens sont également triplement vaccinés. Pourtant, la différence dans le nombre de patients hospitalisés est stupéfiante. Pour la semaine du 12 septembre 2021, Israël a enregistré 1386 hospitalisations liées au COVID, soit quatre fois plus que la Suède (340). Israël a enregistré une moyenne mobile sur sept jours de 2,89 décès par million d’habitants, contre un nombre de décès beaucoup plus faible en Suède (0,15).

Comment expliquer ce phénomène ? Nombreux sont ceux qui affirment que, comme la Suède (où la santé publique fonctionne sur la base du volontariat et de la participation) n’a jamais fermé ses portes, beaucoup plus de personnes y ont été exposées et ont acquis une immunité naturelle. Les Suédois avaient espéré protéger les personnes les plus vulnérables dans les maisons de retraite, ce qu’ils n’ont pas réussi à faire en raison d’un personnel mal formé – mais en cela, ils n’étaient pas différents de la plupart des pays occidentaux qui ont imposé des confinements. La Suède a également enregistré plus de décès pour 100 000 habitants qu’Israël dans son ensemble. Mais au cours de l’été 2021, la Suède est tombée à environ 1,5 décès par jour dus au COVID. Ses hôpitaux n’ont jamais été submergés, ce qui suggère qu’une fois l’immunité collective naturelle de la Suède établie, combinée à ses vaccins, elle était désormais plus protectrice que l’immunité d’Israël, largement basée sur les vaccins.

Ce n’était pas ce que le récit dominant avait promis. Israël était le laboratoire d’expérimentation du monde parce qu’il avait été le premier à mettre en place un vaccin à grande échelle (environ trois mois avant les États-Unis) et qu’il était censé donner un aperçu de l’avenir de tous les autres pays. Ses habitants semblaient effectivement être parmi les premiers à se libérer du COVID. Mais ils étaient maintenant les premiers à montrer que le vaccin pouvait faiblir. Ce n’est pas que les vaccinés aux Etats-Unis ne s’en sortent pas mieux que les non-vaccinés en termes d’hospitalisation pour le COVID ; ils le font certainement. La crainte, plutôt, était que ce ne soit qu’un avantage à court terme.

Au cours de l’été, le CDC, en retard dans la communication de ses propres données américaines en temps réel, avait été informé que le vaccin Pfizer entraînait des cas exceptionnels chez les vaccinés en Israël. Mais ce n’est qu’un mois plus tard qu’il a partagé cette faille dans le récit dominant avec des responsables publics extérieurs, comme le rapporte le Washington Post. “Ce qui est très inquiétant, c’est que nous ne voyons pas les données… il faut qu’elles sortent”, a déclaré l’ancien directeur du CDC, Tom Frieden. “Ce que vous pouvez reprocher au CDC, à juste titre, c’est pourquoi vous ne parlez pas des études que vous faites sur les poussées ?”. Parce qu’il y avait eu un tel décalage, certaines personnes se sont demandées si le CDC ne cachait pas quelque chose. “Et ce sont les personnes qui sont potentiellement amies avec le CDC”, a déclaré Frieden, “donc vous savez que vous avez des problèmes quand même vos amis se méfient de vos motivations.”

Aux États-Unis, une étude de la Mayo Clinic a révélé que le vaccin Pfizer était efficace à 42% pour empêcher les gens d’être infectés entre janvier et juillet. Au Royaume-Uni, près de 50 % des nouveaux cas de COVID survenus pendant l’été concernaient des personnes vaccinées ; chaque jour, on dénombrait environ 15 000 nouveaux cas symptomatiques chez des personnes qui avaient été partiellement ou totalement vaccinées. Au 15 juillet, les nouveaux cas chez les non-vaccinés (17 581) étaient en baisse, et les nouveaux cas chez les vaccinés complets ou partiels (15 537) en hausse, et en passe de dépasser les non vaccinés. Selon le CDC, sur les 469 participants aux célébrations de Provincetown (Massachusetts) en juillet qui ont été testés positifs au COVID, 74 % avaient été entièrement vaccinés. Au final, 900 personnes ont été infectées. Les scientifiques ont déterminé que les personnes atteintes d’une telle infection par le vaccin peuvent être porteuses de charges virales aussi importantes que les personnes non vaccinées infectées. Les personnes vaccinées ne se contentaient pas d’infecter les autres ; elles n’étaient manifestement pas complètement immunisées elles-mêmes, même si elles étaient peut-être infectieuses pendant une période plus courte.

Le CDC a également mis en avant cette étude pour soutenir sa nouvelle politique consistant à demander aux personnes vaccinées de porter des masques. Sur CNN, Wolf Blitzer a demandé à Mme Walensky si elle s’était trompée de message et si elle n’avait pas été assez nuancée. Elle a répondu que les poussées d’infections avaient tendance à être légères. M. Blitzer a ensuite demandé si les personnes vaccinées ayant contracté des infections pouvaient transmettre le virus à des personnes plus âgées ou plus vulnérables. Walensky a répondu : “Nos vaccins fonctionnent exceptionnellement bien. Ils continuent à bien fonctionner pour le delta, en ce qui concerne les maladies graves et les décès, ils les préviennent. Mais ce qu’ils ne peuvent plus faire, c’est empêcher la transmission.” Elle a dit cela pour suggérer aux personnes vaccinées que si elles rentraient chez des personnes immunodéprimées, ou fragiles, ou avec des comorbidités, elles devraient porter un masque. C’était une réponse nuancée, qui admettait un problème. Une telle performance aurait pu, parce qu’elle était honnête, renforcer la confiance dans les vaccins.

Malheureusement, les médias grand public étaient tellement attachés à un récit dominant qui promettait une efficacité de 95 % pour les vaccins (ce qui, selon eux, impliquait également l’arrêt de la transmission) qu’ils ont été pris au dépourvu. Au lieu de se demander si les scientifiques avaient comparé le degré d’infectiosité des personnes vaccinées à celui des personnes non vaccinées, les médias ont interprété la déclaration de Walensky comme signifiant que les personnes vaccinées souffrant d’une infection étaient tout aussi susceptibles d’infecter d’autres personnes que celles qui n’étaient pas vaccinées et qui avaient maintenant le COVID. Ce faisant, cette épisode a transmis aux hésitants du vaccin davantage de raisons d’avoir des doutes.

Des documents internes ont montré qu’à ce moment-là, le CDC se démenait pour changer son message, passant de la simplification narrative dominante selon laquelle “les vaccins sont efficaces contre la maladie” à l’idée que les vaccins sont essentiels car ils protègent contre la mort et l’hospitalisation. L’agence a même modifié sa définition officielle de l’action d’un vaccin, passant de la production d’une immunité contre une maladie spécifique à la production d’une protection contre cette maladie.

La FDA avait initialement déclaré qu’un vaccin efficace à moins de 50 % (défini comme réduisant le risque de devoir consulter un médecin) ne serait pas approuvé par les autorités réglementaires. Aujourd’hui, un vaccin qui semble nettement moins efficace aux yeux du public est non seulement approuvé, mais imposé : Selon le ministère israélien de la santé, les données relatives au vaccin Pfizer ont montré que chez les personnes vaccinées dès le mois de janvier (environ cinq mois auparavant), son efficacité n’était que de 16 %. Une vaste étude menée au Qatar a également montré que le vaccin perdait de son efficacité au bout de cinq mois ; aux États-Unis, une étude de la Mayo Clinic a révélé que l’efficacité du vaccin Pfizer était tombée à 42 %, tandis que le CDC a constaté qu’elle était de 66 %, en un peu moins de quatre mois d’utilisation. Les statistiques américaines ont montré que les personnes vaccinées étaient toujours globalement beaucoup moins susceptibles d’être infectées que les personnes non vaccinées, ou de contracter une maladie grave. Mais Israël avait été vacciné plus tôt que les États-Unis. Alors, que nous réservait le futur ?

Il est intéressant de noter que c’est à ce moment-là que les responsables du gouvernement américain et les médias ont choisi d’affirmer, presque quotidiennement, que le pays était désormais en proie à une “pandémie de personnes non vaccinées”, même s’il était désormais clair que les personnes vaccinées pouvaient être infectées et transmettre le virus. Chaque jour, des Américains célèbres, dont des artistes, des athlètes et des hommes politiques doublement vaccinés, présentaient des infections “révolutionnaires”. Le message selon lequel “il ne s’agit que d’une épidémie de personnes non vaccinées… tombe à plat”, a noté Michael Mina, épidémiologiste à Harvard.

À ce stade, les hésitants n’étaient plus les seuls à avoir des doutes. De nombreux rapports anecdotiques faisaient état d’une grande inquiétude quant à la survenue de nouveaux cas parmi les personnes vaccinées (y compris parmi celles qui faisaient confiance aux vaccins parce que leur système immunitaire était compromis par l’âge ou la maladie). Les gros titres sur l’affaiblissement des vaccins exprimaient le désespoir que cette pandémie puisse ne jamais prendre fin.

Au lieu de s’intéresser à la manière dont cette déception pourrait affecter les gens, les têtes pensantes de la santé publique américaine et les experts de la nature humaine certifiés sur Twitter se sont tournés vers la psychologie comportementale, une forme de psychologie très américaine, pour gérer la crise – en traitant leurs concitoyens comme des enfants ou des rats de laboratoire à qui l’on donne des récompenses lorsqu’ils sont “bons” et des punitions lorsqu’ils sont “mauvais”. Certains semblaient prendre plaisir à dire aux gens que s’ils ne faisaient pas ce que les experts leur disaient de faire, ils perdraient leur emploi, leur place à l’école ou un autre besoin fondamental, comme la mobilité.

D’autres penseurs, plus axés sur les données, y compris des médecins pro-vaccins comme Eric Topol – directeur du Scripps Research et homme qui considère la production du vaccin à ARNm comme “l’une des plus grandes réussites de la science et de la recherche médicale” – semblent maintenant très préoccupés par les données israéliennes. M. Topol a rassemblé de nombreux articles montrant que les populations vaccinées s’en sortent encore beaucoup mieux que les populations non vaccinées aux États-Unis. Mais il a également souligné que les nouvelles infections ne peuvent pas être considérées comme simplement causées par la nouvelle variante delta qui échappe à la protection vaccinale. Les données israéliennes ont montré que l’efficacité des vaccins diminuait au bout de cinq mois, contrairement à ce qu’affirmait Pfizer. Ainsi, les données ont montré que plus on était vacciné tôt, moins on était protégé contre le delta. Cette découverte était cruciale, car elle signifiait que la nouvelle vague en Israël n’était pas simplement due à l’apparition d’une nouvelle variante. Les vaccins perdaient de leur efficacité avec le temps.

Fauci et le chirurgien général Vivek Murthy sont restés sur leurs positions, continuant à insister auprès du public sur le fait que la grande majorité de tous les décès dus au COVID – 99,2 % selon Fauci et 99,5% selon Murthy – se trouvaient parmi les non vaccinés, un récit repris par les médias, qui ont commencé à faire des reportages obsessionnels sur les États ayant des taux élevés de non-vaccination et à remplir le cycle des informations avec une histoire après l’autre sur des Américains stupides et rétrogrades succombant au COVID, leur dernier souhait n’étant pas pour ceux qu’ils aimaient mais pour que leur médecin diffuse au monde entier leur regret de ne s’être pas fait vacciner.

Mais, comme David Wallace-Wells l’a montré le 12 août dans le New York Magazine, les chiffres de Fauci et Murthy ne sont pas ancrés dans ce qui se passe actuellement en Amérique ; ils sont plutôt basés sur les données de décès du COVID du 1er janvier 2021 à ce jour. Si vous y réfléchissez bien, vous verrez ce qui est manifestement faux : Pour les premiers mois de l’année, peu d’Américains étaient encore vaccinés, donc bien sûr la plupart des décès seraient techniquement parmi les “non-vaccinés”. “Deux tiers des 2021 cas et 80 % des décès sont survenus avant le 1er avril, alors que seulement 15 % du pays était entièrement vacciné”, écrit Wallace-Wells, “ce qui signifie que le calcul des ratios depuis le début de l’année sous-estime peut-être la prévalence des cas de percée d’un facteur trois et des décès de percée d’un facteur cinq.” Ce dont nous avions désespérément besoin, c’était d’une comparaison des personnes vaccinées et non vaccinées pour chaque mois. Mais, comme Wallace-Wells l’a noté sinistrement : “Malheureusement, il est difficile de rassembler des données plus précises d’un mois à l’autre, car le CDC a cessé de suivre la plupart des cas de percée au début du mois de mai.”

Wallace-Wells a cité une analyse du New York Times qui affirmait que les vaccins permettaient de supprimer les conséquences graves de l’infection par le COVID par un facteur de plus de 100 pour certains États. Mais comme l’a dit Topol à Wallace-Wells, “le problème de la percée est beaucoup plus préoccupant que ce que nos fonctionnaires ont transmis ….. Nous n’avons pas de bon suivi. Mais tous les indicateurs que j’ai suggère qu’il y a beaucoup plus de choses sous le radar que ce qui est dit au public jusqu’à présent, ce qui est regrettable.” Le résultat, selon Topol, est un écart grandissant entre les messages des autorités de santé publique et la signification des données qui émergent en temps réel. “Je pense que le problème que nous avons, c’est que les gens – qu’il s’agisse du CDC ou des personnes qui font les briefings – leur grande préoccupation est qu’ils veulent simplement faire grimper le taux de vaccinés. Et ils ne veulent pas créer de failles dans l’histoire des vaccins. Mais nous pouvons gérer la vérité. Et c’est ce que nous devrions obtenir.”

Le 23 août, la FDA a approuvé le vaccin de Pfizer. Elle était basée sur les mêmes patients que ceux de l’étude qui ne comportait auparavant qu’un suivi de deux mois, mais qui comptait désormais six mois de suivi. Avec l’approbation, Pfizer a officiellement arrêté les essais contrôlés randomisés et a informé les témoins qu’ils n’avaient jamais reçu le vaccin. Maintenant qu’ils savent qu’ils ne sont pas vaccinés, les témoins pourraient bien choisir (ou être contraints) de se faire vacciner, de sorte que nous ne pourrons plus les suivre comme groupe témoin. Cela signifie que les seuls essais contrôlés randomisés dont nous disposons pour ces vaccins ne durent que six mois. Si une partie indépendante – et non une société pharmaceutique – souhaite réaliser un nouvel essai contrôlé randomisé sur le vaccin, il lui sera presque impossible de le faire, car il sera difficile, voire impossible, de trouver des personnes qui n’ont pas été vaccinées ou qui n’ont pas déjà été exposées au COVID.

Ceci est particulièrement important parce que nous ne disposons pas encore – nous ne pouvons pas encore – de bonnes données d’essais contrôlés randomisés pour exclure les effets à long terme. Les partisans du vaccin, y compris les responsables gouvernementaux, diront : “Il n’y a jamais eu d’effet secondaire grave dans l’histoire qui ne soit pas survenu … dans les six semaines suivant l’administration de la dose”. Mais, comme l’affirment Doshi et d’autres, il existe des exemples de problèmes à long terme qui apparaissent au bout de deux mois. (Par exemple, Doshi souligne qu’il a fallu neuf mois pour détecter que 1300 personnes ayant reçu le vaccin antigrippal Pandemrix de GlaxoSmithKline après l’épidémie de “grippe porcine” de 2009 ont développé une narcolepsie que l’on pense être causée par le vaccin).

La myocardite – inflammation du tissu cardiaque – est un effet secondaire rare mais réel chez les jeunes hommes (âgés de 16 à 29 ans environ) qui n’est pas apparu dans les essais de deux mois qui ont conduit à l’autorisation d’utilisation d’urgence, bien que ces études aient porté sur des hommes âgés de 16 ans seulement. Il n’a pas été reconnu par la communauté scientifique ou par nos systèmes de rapports de sécurité avant quatre mois après le lancement du vaccin. Nous sommes encore en train d’apprendre comment cela se manifeste chez les hommes vaccinés.En général, les myocardites graves peuvent entraîner des lésions et même causer la mort, elles doivent donc être prises au sérieux et suivies à long terme. Pour l’instant, Paul Offit, professeur de vaccinologie à l’université de Pennsylvanie, affirme que la plupart des cas sont bénins et se résolvent d’eux-mêmes. L’autorisation actuelle de la FDA pour le vaccin Pfizer reconnaît des taux plus élevés de myocardite et de péricardite chez les hommes et affirme l’évidence : “On ne dispose pas encore d’informations sur les effets potentiels à long terme sur la santé. Les informations relatives à la prescription de Comirnaty [le nouveau nom du vaccin Pfizer] comprennent un avertissement sur ces risques.” Une étude israélienne a révélé que, chez les garçons âgés de 12 à 15 ans, la myocardite n’est survenue que dans 162 cas sur un million, mais ce taux était 4 à 6 fois plus élevé que leurs chances d’être hospitalisés pour un cas grave de COVID.

Mais, pour avoir une idée de la complexité de la décision à laquelle sont confrontés les parents, aux États-Unis la situation ne cesse d’évoluer, avec de plus en plus de cas d’enfants se présentant dans les hôpitaux pour le COVID. La décision est encore compliquée par le fait crucial que le COVID peut également provoquer une myocardite. Et nous commençons tout juste à apprendre que les différents vaccins semblent causer des myocardites à des fréquences différentes. Depuis octobre, plusieurs pays, dont la Norvège, la Suède et le Danemark, ont mis en pause le vaccin Moderna (qui est particulièrement puissant) pour les jeunes, et l’Islande l’a suspendu pour tous les âges. Mais ces pays ne mettent pas fin à la vaccination des enfants, ils recommandent simplement des vaccins différents. Nous avons la chance d’avoir des options. Mais nous aurions besoin de bonnes études comparant les taux de myocardite induite par le COVID et les taux de myocardite induite par le vaccin par âge et par sexe.

C’est pourquoi il est si regrettable que les ECR n’aient pas été beaucoup plus importants et qu’ils n’aient pas été poursuivis plus longtemps. S’ils avaient continué, et si leurs données étaient devenues transparentes, ils auraient pu nous aider à évaluer la sécurité à long terme d’une manière plus rassurante – c’est à cela que servent les ECR. On peut démontrer de manière plus convaincante qu’un vaccin n’a pas ces effets s’il existe un groupe de contrôle approprié, sans vaccin et sans COVID. Mais si les vaccins continuent d’être présentés comme la seule et unique réponse, nous ne saurons jamais si certains problèmes de santé apparaissent, car il n’y aura plus de groupe “normal” sans vaccin pour la comparaison. C’est une évolution assez déconcertante, car elle suggère un désir de ne pas savoir.

* * *

Lorsque la pandémie s’est déclarée, beaucoup étaient certains que les pays en voie de développement – avec leur incapacité à acheter des vaccins, la malnutrition, les villes surpeuplées et le nombre réduit de travailleurs de la santé – seraient universellement dévastés. Mais cette prédiction s’est avérée fausse.

L’Éthiopie compte environ 119 millions d’habitants, soit un peu plus d’un tiers de la population des États-Unis. Les taux de vaccination COVID y sont très faibles : 2,7% ont reçu au moins une injection, 0,9% en ont reçu deux. Au 28 septembre 2021, le pays n’a enregistré que 5 439 décès dus au COVID sur l’ensemble de la pandémie. Si les États-Unis avaient un tel taux de mortalité par habitant, ils auraient perdu un peu plus de 16 000 personnes, au lieu de plus de 700 000.

Pourquoi l’Éthiopie a-t-elle des chiffres aussi bas en comparaison ? Ce n’est pas que le pays ait été en retard sur la pandémie. Il a enregistré son premier cas en mars 2020. Elle a connu trois “vagues” relativement faibles en juillet 2020, avril 2021 et, plus récemment, en août et septembre 2021. Au cours de ces “vagues”, les décès quotidiens se sont élevés en moyenne à 37, 47 et 48 personnes par jour. Au début de la pandémie, le pays a connu de très brèves périodes de confinement dans certaines villes les plus touchées, ainsi que de brèves périodes pendant lesquelles les grands rassemblements, les écoles, les stades et les boîtes de nuit étaient fermés. Puis, lors de la deuxième vague d’avril 2021, la capacité des hôpitaux et les réserves d’oxygène ont été mises à rude épreuve.

Mais en juin 2021, des amis médecins éthiopiens avec lesquels j’étais en contact hebdomadaire m’ont dit qu’ils voyaient la deuxième vague reculer, car les chiffres diminuaient et l’occupation des hôpitaux par les cas de COVID était en baisse. Tout cela s’est produit alors que seulement 1 % environ du pays était vacciné (principalement les travailleurs de la santé, les personnes âgées dans les principaux points chauds et les personnes vulnérables). Aujourd’hui, la troisième vague semble reculer, en particulier dans la capitale, Addis-Abeba. Les médecins éthiopiens que je connais, extrêmement compétents, sont également plus habitués aux maladies infectieuses graves que de nombreux médecins occidentaux, et ont une attitude différente vis-à-vis de l’immunité collective. Lorsqu’ils ont constaté que le nombre de décès était faible par rapport à d’autres pays, ils n’ont pas préconisé de maintenir le pays fermé, observant, comme l’a dit l’un d’entre eux, “que la maladie suit son cours naturel et que les confinements ne feront que retarder sa résolution.”

Pendant une partie de la période COVID, un conflit armé a éclaté dans une province éthiopienne, ce qui pourrait affecter les chiffres. Néanmoins, comment des chiffres aussi bas sont-ils possibles, et que peut-on apprendre ? Il est intéressant de noter que le Kenya voisin rapporte également un taux de mortalité aussi bas. Il est clair que ce qui détermine le nombre de décès, dans certains pays du moins, est bien plus que les taux de vaccination. Il y a l’âge moyen de la population (en Éthiopie, l’âge médian est de 19,5 ans ; aux États-Unis, il est de 38. 3), la densité de population (l’Éthiopie est rurale à environ 80 %), les déplacements à l’intérieur du pays (les Éthiopiens voyagent rarement en dehors de leur province ou loin de leur village), la ventilation (la plupart des Éthiopiens vivent dans des huttes au toit de chaume et, même dans les villes, les maisons sont plus aérées et plus ouvertes), l’exposition au soleil (d’où la protection des niveaux de vitamine D), l’exercice physique (les Éthiopiens sont toujours en train de marcher, avec trois voitures pour 1 000 personnes) et les éventuels effets saisonniers. Ils ont également connu moins de confinement et pourraient donc avoir une meilleure immunité naturelle. Il est important de noter que les niveaux d’obésité, de surpoids et de diabète de type 2 sont presque inexistants en Éthiopie, alors qu’ils sont épidémiques aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Australie.

Il est stupéfiant de constater qu’aucun de ces facteurs n’est même mentionné dans le récit dominant, alors que leur pouvoir cumulatif de protection d’une population semble, en Éthiopie, depuis les 18 derniers mois jusqu’à aujourd’hui, avoir été très protecteur. Une étude portant sur 160 pays en 2020 a montré que le risque de décès dû au COVID est 10 fois plus élevé dans des pays comme les États-Unis où la majorité de la population (67,9 %) est en surpoids. Les données du CDC montrent que 78 % des cas hospitalisés aux États-Unis, et donc des personnes les plus exposées au risque de décès, souffraient d’obésité. En diminuant l’immunité, l’obésité accroît le risque de maladie grave et réduit également l’efficacité des vaccins, comme cela a été démontré avec le vaccin contre la grippe.

Le rôle de l’immunité naturelle est un autre élément clé qui n’a pas été pris en compte dans le récit dominant. Après 18 mois de silence presque total à ce sujet, Fauci a été interrogé par Sanjay Gupta de CNN sur une étude qui a montré que l’immunité naturelle fournit une grande protection, meilleure que les vaccins seuls. Gupta a demandé à Fauci si les personnes qui avaient déjà le COVID devaient se faire vacciner. “Je n’ai pas de réponse vraiment ferme à vous donner à ce sujet”, a répondu M. Fauci, “c’est une question dont nous devrons discuter….”. Au lieu de cela, l’administration et les médias continuent de soutenir, avec une sorte de ferveur idéologique, que tout le monde doit se faire vacciner, même les personnes déjà immunisées. À première vue, c’est une hypothèse étrange, car les vaccins fonctionnent en déclenchant notre système immunitaire préexistant, et en l’exposant à une partie du virus. Si notre organisme ne peut pas produire une bonne immunité en s’exposant au virus, il ne pourra généralement pas le faire en s’exposant à un vaccin (ce qui arrive constamment chez les personnes immunodéprimées). L’immunité vaccinale repose sur la capacité de l’organisme à produire une immunité naturelle.

Un épidémiologiste, le Dr Martin Makary, de l’université Johns Hopkins, a montré qu’environ la moitié des Américains non vaccinés ont été exposés au virus et sont donc déjà immunisés. En décembre 2020, plus de 100 millions d’Américains avaient été exposés au virus, et 120 millions au 31 janvier, selon une étude de l’université Columbia. Aujourd’hui, 10 mois plus tard, avec la variante delta plus infectieuse, le nombre est probablement plus proche de 170 millions, soit la moitié du pays. Les personnes immunisées et non vaccinées sont-elles sans danger pour les autres ? Selon Makary, nous disposons de plus de 15 études montrant que l’immunité naturelle est très forte, qu’elle dure longtemps – bien plus longtemps que toute la pandémie – et qu’elle est efficace contre les nouvelles variantes. Le taux de réinfection d’une personne ayant eu le COVID s’est avéré être de 0,65 % (dans une étude danoise) ou de 1 % (dans une étude britannique, et quelques autres). Un certain nombre d’études suggèrent qu’elle peut durer des années ; même lorsque les anticorps disparaissent, les cellules de la moelle sont prêtes à en produire.

Il existe une étude du CDC souvent utilisée pour justifier la vaccination des personnes déjà immunisées, mais elle est aberrante. À son crédit, l’étude commence par déclarer que “peu d’études épidémiologiques réelles existent pour soutenir le bénéfice de la vaccination des personnes déjà infectées”. Elle prétend ensuite démontrer que l’immunité du vaccin COVID est 2,3 fois plus protectrice que l’immunité naturelle, en se basant sur une seule étude de deux mois réalisée dans le Kentucky. Makary déclare que l’étude est “malhonnête” et demande pourquoi le CDC a choisi de n’évaluer que deux mois de données, alors qu’il disposait de 19 mois de données, et “pourquoi un seul État alors qu’il y en a 50 ?”. Mais peut-être que la principale faiblesse, comme le souligne Martin Kulldorff de Harvard, est qu’ils ont utilisé un test PCR positif pour mesurer si une personne était infectée, et non pas si la personne a réellement connu une infection symptomatique – le point clé. Le problème du test PCR est qu’il est efficace pour détecter l’ARN viral, mais ne peut pas distinguer si les matériaux sont des particules intactes, qui sont infectieuses, ou simplement des fragments dégradés, qui ne le sont pas.

Mais lorsqu’on examine l’infection symptomatique réelle, l’immunité naturelle s’avère meilleure. Une vaste étude israélienne portant sur environ 76 000 personnes – la plus importante sur le sujet – a comparé le taux de réinfection symptomatique chez ceux qui avaient été vaccinés (le taux d’infection lors de la “percée”) avec le taux de réinfection symptomatique de ceux qui avaient le COVID. Les données ont été diffusées (bien qu’elles n’aient pas encore fait l’objet d’un examen par les pairs) et elles sont conformes à d’autres études montrant une meilleure protection des personnes précédemment infectées. L’étude a montré que les personnes qui avaient déjà été infectées par le COVID et qui l’ont vaincu grâce à l’immunité naturelle en janvier ou février 2021 avaient 27 fois moins de risques de contracter une réinfection symptomatique que celles qui ont été immunisées par le vaccin. Une étude de l’université de Washington a montré que même une infection légère confère une immunité durable. Outre Makary, de Johns Hopkins, les docteurs Kulldorff (épidémiologiste de Harvard), Vinay Prasad (hématologue-oncologue et professeur associé d’épidémiologie et de biostatistique à l’université de Californie à San Francisco), Harvey Risch (épidémiologiste de Yale) et Jayanta Bhattacharya (épidémiologiste de Stanford) figurent parmi les personnes qui remettent en question la nécessité de vacciner les personnes déjà immunisées.

M. Offit, qui fait partie du comité consultatif de la FDA sur les vaccins, est un cas intéressant, car il plaide en faveur de l’obligation de se faire vacciner, tout en admettant qu’il est raisonnable pour les personnes déjà immunisées de ne pas vouloir se faire vacciner. Le pro-vaccin Zubin Damania, un interniste formé à Stanford qui se fait appeler ZDoggMD dans son émission d’interviews virales, lui a demandé ce qu’il répondrait à quelqu’un qui lui demanderait : “Pourquoi devrais-je être forcé, contraint, mandaté pour obtenir un vaccin alors que j’ai obtenu le COVID naturel ?”. Offit a répondu : “Je pense que c’est juste. Je pense que si vous avez été infecté naturellement, il est raisonnable que vous puissiez dire : ” Écoutez, je crois que je suis protégé sur la base d’études qui montrent que j’ai des fréquences élevées de blastes plasmatiques à mémoire dans ma moelle osseuse. Je suis tranquille, je pense que c’est un argument raisonnable”. Le problème, comme l’a noté Offit dans une autre interview, “c’est que bureaucratiquement, c’est un cauchemar”.

Mais un problème bureaucratique n’est pas un problème scientifique, ce qui est la façon dont cela est largement présenté. Et la question est : un problème par rapport à quoi ? Plusieurs millions d’immunisés licenciés et maintenant pleins de ressentiment envers la santé publique ? Lorsque ZDogg a demandé s’il existait un test permettant de prouver qu’une personne a eu le COVID et s’en est remise (et qu’elle possède donc une immunité naturelle), M. Offit a expliqué qu’il existe un test sanguin pour les anticorps contre la protéine nucléaire du virus, qui pourrait révéler si une personne a eu le virus et est maintenant immunisée. Imaginez combien d’angoisse mentale et de perturbations sociétales inutiles pourraient être soulagées si, parmi les milliards que nous dépensons, nous en dépensions suffisamment pour rendre ces tests largement disponibles.

En effet, le fait même que nous situions le débat sur la menace entre les “vaccinés” et les “non-vaccinés” a toujours été curieux ; certains épidémiologistes soulignent que les catégories auxquelles nous devrions plutôt penser sont les “immunisés” et les “non immunisés”. L’Union européenne dispose d’un certificat numérique Covid, qui ne se limite pas à une preuve de vaccination. Vous pouvez en obtenir un et voyager si vous avez été vacciné ou si vous avez “récupéré du COVID-19”. Cela permet de voyager dans tous les États membres de l’UE. Les responsables américains proclament toujours qu’ils “suivent la science”, mais il est évident que si la science donnait des ordres clairs, les scientifiques européens les auraient également reçus.

Disons, pour les besoins de l’argumentation, que vous acceptez l’immunité naturelle comme étant aussi bonne ou meilleure que l’immunité vaccinale. Quelles en sont les conséquences éthiques ? Vacciner des personnes qui ont eu le COVID sans les informer que les données indiquent qu’elles n’en ont pas besoin va à l’encontre du consentement éclairé et de l’éthique médicale classique qui consiste à ne pas traiter sans nécessité médicale. Lorsque l’on pratique une intervention qui n’est pas médicalement nécessaire, ou qui n’est pas particulièrement bénéfique, l’analyse coût-bénéfice du risque par rapport au peu ou à l’absence de bénéfice est pondérée en faveur du risque, ce qui va à l’encontre du premier principe de la médecine hippocratique : “D’abord ne pas nuire”.

On peut également dire qu’il est égoïste de vacciner les habitants des pays riches qui ont déjà une immunité naturelle, car cela prive les pays pauvres, à court de vaccins, de la protection de leurs populations vulnérables. Les hésitants de la vaccination ne perdent pas de vue que l’exemption des vaccins pour ceux qui ont déjà le COVID réduirait immédiatement les profits prévus de Big Pharma. (Pharma sait que les pays pauvres pourraient ne pas être en mesure de payer les restes à plein tarif).

La vaccination est un outil, un moyen pour atteindre une fin : l’immunité. Mais le gouvernement a fait de ce moyen, la vaccination, la nouvelle fin. Cette étrange substitution, ou inversion, révèle que le récit dominant est l’expression non pas de la science, mais d’un nouveau type d’idéologie scientiste, que nous pourrions appeler “vaccinisme”. Mais le “vaccinisme” n’est pas un traitement ; c’est un état d’esprit, qui prend une merveilleuse invention – qui, si elle est utilisée correctement et avec soin, peut être remarquablement productive – et en fait le seul outil valable, jusqu’à ce qu’elle devienne, parfois, contre-productive. Il n’admet pas d’exception ; en fait, il se sent insulté par l’idée de toute forme de dérogation. Dans son approche du tout ou rien, il est le miroir idéologique de l’anti-vaxxisme.

Norman Doidge

à suivre…

Traduction “si la qualité d’une société se mesure à la qualité des échanges d’idées, on est mal barrés…” par Viktor Dedaj avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles.





-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *