Dans le cadre de l’appel d’Assange, les autorités britanniques et américaines s’opposent aux syndicats de journalistes du monde entier – et leur mission est simple : rendre impossible un contrôle efficace des puissants.

On peut en savoir beaucoup sur les forces en présence dans les audiences d’extradition d’Assange simplement en regardant les avocats qui se sont affrontés devant la Haute Cour lors du dernier épisode.

Le gouvernement américain a engagé James Lewis QC pour faire valoir que Julian Assange devrait être extradé vers les États-Unis et jugé en vertu de la loi sur l’espionnage de 1917. On comprend l’attrait que Lewis doit avoir pour l’État américain.

Lewis est le juge en chef des îles Malouines et, dans sa maison, le mur est orné d’une première page encadrée du journal des îles Malouines, datant du jour où les forces britanniques ont repris les îles à l’Argentine en 1982.

Lewis a déjà été engagé dans la défense d’un ancien soldat accusé d’avoir abattu John Pat Cunningham pendant les troubles en Irlande du Nord. Cunningham fuyait les soldats lorsqu’il a été abattu et dont on dit qu’il avait l’âge mental d’un enfant.

On peut dire sans se tromper que Lewis est l’avocat préféré de l’élite britannique, notamment dans les affaires d’extradition et les affaires commerciales.

La défense de Julian Assange est assurée par Ed Fitzgerald QC, un avocat des droits de l’homme de renommée internationale, qui a déjà défendu le lanceur d’alerte du MI5 David Shayler. Il est assisté par l’avocat Gareth Pierce, dont le travail remarquable comprend les affaires des Six de Birmingham, des Quatre de Guildford, des mineurs d’Orgreave et de Moazzam Begg.

Lorsque la ministre de l’intérieur Priti Patel s’insurge contre les “avocats gauchistes”, il est presque certain que Gareth Pierce en fait partie. Et en James Lewis, elle a trouvé un avocat qui est son âme sœur.

Lewis est au monde juridique ce que les roquets sont au monde canin. Il est coléreux et agressif, enclin à montrer son incrédulité lorsqu’il est confronté à des arguments qu’il considère manifestement comme pernicieux en faveur de la liberté de la presse ou de la liberté d’expression.

D’une certaine manière, Ed Fitzgerald est un contrepoids idéal pour Lewis. Avenant et sympathique, Fitzgerald semble simplement donner à Lewis ce que l’ours Paddington décrit comme un “regard dur” lorsqu’il fait l’une de ses fréquentes déclarations d’incrédulité sur le fait que quiconque puisse mettre en doute la parole du gouvernement américain.

Alors que Lewis tentait de soutenir que le juge du tribunal de Westminster avait fait preuve de négligence en croyant un témoin expert en psychiatrie et en se prononçant contre la demande d’extradition américaine en février dernier, Fitzgerald a simplement observé que “mon confrère et moi ne semblons pas avoir lu le même jugement”.

Mais l’échange le plus important de ces deux jours d’audience a eu lieu le deuxième jour. Il ne s’agit pas d’un échange entre Lewis et Fitzgerald, mais entre Mark Summers QC, pour l’équipe de défense d’Assange, et l’un des deux juges de la Haute Cour qui instruisent cet appel.

Summers présentait des preuves tirées de l’article de Yahoo News qui révélait un complot de la CIA pour enlever ou assassiner Julian Assange vers la fin de sa période d’asile à l’ambassade d’Équateur à Londres.

Presque aussitôt que Summers a commencé, le juge s’est penché en avant et a dit : “Oui, oui, je suis sûr que la CIA s’intéressait à M. Assange”. Comme l’a répondu Summers, ce qui était en jeu n’était pas un “intérêt” relativement bénin pour Assange, mais la préparation d’un plan pour le tuer ou l’enlever.

En outre, ce complot était la troisième occasion pour les États-Unis d’agir illégalement en tentant d’extrader Assange. Auparavant, ils avaient utilisé la société de sécurité UC Global, chargée de protéger Assange à l’ambassade d’Équateur, pour espionner Assange, sa famille et ses avocats.

Ils ont également utilisé en toute connaissance de cause l’informateur du FBI, le fraudeur condamné et le délinquant sexuel Siggi Thordarson comme témoin principal dans ces audiences d’extradition, en utilisant des preuves que Thordarson a récemment admis comme des mensonges.

Pourtant, c’est cette même CIA qui déterminera les conditions de détention d’Assange s’il est extradé vers les États-Unis.

La question au cœur de l’audience est donc la suivante : est-il raisonnable de supposer que l’agence qui a agi illégalement à plusieurs reprises pour piéger Julian Assange, et qui a même élaboré des plans pour l’enlever ou le tuer, peut être considérée comme agissant de bonne foi lorsqu’elle donne l’assurance qu’il sera traité humainement dans le système carcéral américain ?

Et comment douter encore quand, comme Lewis l’a admis dans un résumé maladroit et confus, toute assurance donnée maintenant ne peut être spécifique et peut être retirée à une date ultérieure ?

En effet, ces “assurances de Schrödinger”, présentes lorsque les États-Unis en ont besoin mais disparues lorsque le défendeur en a besoin, ne sont ni réelles ni dignes de confiance.

Les juges d’appel devront donc maintenant décider si cette affaire qui s’effrite rapidement, et qui apparaît de plus en plus comme une attaque de vengeance contre un journaliste qui dénonce les crimes des puissants, bénéficiera d’un nouveau souffle, ou s’ils se rallieront au jugement rendu par la Westminster Magistrates Court et mettront fin à une farce qui n’a que trop duré.

En dehors des tribunaux, la balance penche en faveur d’Assange. Amnistie internationale, l’Union américaine pour les libertés civiles, Human Rights Watch et pratiquement toutes les organisations de défense des droits de l’homme de la planète demandent l’arrêt de cette extradition.

Il en va de même pour l’Union nationale des journalistes, ainsi que son équivalent australien, et aussi la Fédération internationale des journalistes. Il en va de même pour des parlementaires du monde entier. Tout comme l’ONU. De même que la plupart des grands journaux britanniques, même ceux qui se sont montrés hostiles par le passé.

Seul le noyau de l’élite politique s’obstine – le gouvernement conservateur, la direction du parti travailliste, la BBC – qui reste imprégnée comme toujours par la “relation spéciale” avec les États-Unis.

Mais chaque affaire politique de ce type est tranchée à 50 % par les tribunaux et à 50 % par l’opinion publique. Devant la Haute Cour, il n’y a pas de jury composé des pairs d’Assange qui seront les arbitres de son sort. Dans le tribunal de l’opinion publique, en revanche, ce sont les citoyens ordinaires qui ont le vote décisif.

C’est pourquoi, alors que les juges de la Haute Cour s’enferment dans leur chambre pour décider de leur verdict dans les semaines à venir, ce sont les voix des citoyens ordinaires qui doivent s’élever assez fort pour façonner l’issue du procès du siècle en matière de droits civils.

John Rees

John Rees est cofondateur de la Coalition Stop the War et chercheur associé à Goldsmiths, Université de Londres.

Traduction “C’est nous qui le sauverons et personne d’autre” par Viktor Dedaj avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles





-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *