Le Haut commissariat des Nations unies pour les Droits de l’homme a rendu, le 3 novembre 2021, son rapport sur le conflit du Tigray (Éthiopie). Tout en établissant de nombreux crimes, il exonère le gouvernement de toute intention génocidaire ou d’usage de l’arme de la faim.

Le Premier ministre, Abiy Ahmed, est un militaire pentecôtiste omoro (la principale ethnie du pays longtemps discriminée). Il a reçu le prix Nobel de la Paix en 2019 pour son action en faveur de la paix entre l’Éthiopie et l’Érythrée. Au contraire, le directeur de l’Organisation mondiale de la Santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus, est un biologiste tigréen (l’ethnie en rébellion). Il dirige depuis Genève l’approvisionnement en armes de sa tribu.

Le représentant spécial du président Biden pour la Corne de l’Afrique est l’ambassadeur Jeffrey Feltman. Il a supervisé la guerre contre la Syrie, y compris le financement et l’armement des jihadistes, et organisé la crise actuelle au Soudan.

Les accusations contre le gouvernement éthiopien, véhiculées par la presse internationale, mais démenties par le rapport du Haut-Commissaire, font suite à l’expulsion d’une équipe envoyée par le secrétaire général de l’Onu.

titre documents joints


(PDF – 3.8 Mo)



-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *