https://fr.sputniknews.com/20211014/la-hongrie-explique-pourquoi-elle-a-refuse-de-pomper-le-gaz-russe-via-lukraine-1052147626.html

[email protected]

+74956456601

MIA „Rosiya Segodnya“

2021

Youlia Zvantsova

https://cdnnfr1.img.sputniknews.com/img/07e4/09/07/1044388468_157:0:981:824_100x100_80_0_0_a72c636f6dadff304ac5236ade72e0fc.jpg

Youlia Zvantsova

https://cdnnfr1.img.sputniknews.com/img/07e4/09/07/1044388468_157:0:981:824_100x100_80_0_0_a72c636f6dadff304ac5236ade72e0fc.jpg

Actus

fr_FR

Sputnik France

[email protected]

+74956456601

MIA „Rosiya Segodnya“

https://cdnnfr1.img.sputniknews.com/img/103929/15/1039291519_55:0:1299:933_1920x0_80_0_0_fa5167fad9137945dcfa06fb18169da7.jpg

Sputnik France

[email protected]

+74956456601

MIA „Rosiya Segodnya“

russie, ukraine, hongrie, gazprom, gaz, livraisons, contrat, peter szijjarto, sécurité énergétique

Alors que la signature d’un contrat sur la livraison de gaz russe à la Hongrie sans passer par l’Ukraine a généré une vague d’indignation à Kiev, Budapest a déclaré qu’il cherchait simplement à assurer sa sécurité énergétique et rappelé que personne n’avait le droit de décider pour lui.

La Hongrie a pris la décision de s’approvisionner en gaz en contournant l’Ukraine dans l’intérêt de sa sécurité énergétique, a indiqué le ministre hongrois des Affaires étrangères, Peter Szijjarto.

“Nous avons rejeté la proposition de recevoir le gaz par l’Ukraine parce que nous nous devons d’assurer la sécurité énergétique de notre pays. C’est à notre pays de décider des propositions à accepter et des aspects à approuver. Personne n’a le droit de s’immiscer dans notre souveraineté”, a-t-il souligné lors de la Semaine de l’énergie russe.

Il a ajouté que la politique et l’idéologie ne devaient pas être mélangées avec le secteur de l’énergie, sous peine d’engendrer des crises comme celle du gaz en Europe.

Bras de fer entre la Hongrie et l’Ukraine

Lors d’une conférence de presse donnée au Parlement européen fin septembre, Peter Szijjarto s’était clairement élevé contre la position de Kiev qui avait contesté “le droit d’un autre pays à assurer sa sécurité d’approvisionnement énergétique”.

Le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, avait précédemment lui aussi repoussé les critiques de l’Ukraine, affirmant qu’il ne pouvait pas tenir compte du point de vue de Kiev sur ces questions.

Le porte-parole du Président russe, Dmitri Peskov, avait pour sa part qualifié d’”hystérique” la réaction de l’Ukraine à la signature du contrat bilatéral.

L’ambassadeur ukrainien à Budapest a été convoqué au siège de la diplomatie hongroise en raison de la position de Kiev sur l’accord passé entre la Hongrie et Gazprom. Une mesure en miroir a été prise par le ministère ukrainien des Affaires étrangères qui a convoqué le diplomate hongrois.

Le chef de la diplomatie hongroise avait annoncé le 27 septembre la signature d’un accord d’approvisionnement de 4,5 milliards de mètres cubes par an jusqu’en 2036.Kiev a accusé Budapest de compromettre la sécurité ukrainienne et, plus largement, “la sécurité énergétique de l’Europe”, allant jusqu’à incriminer Gazprom pour l’utilisation du gaz comme une “arme”.

La Hongrie a commencé à recevoir du gaz russe par le Turkish Stream et des gazoducs de l’Europe du sud-est le 1er octobre.

Le géant russe Gazprom et la société hongroise MVM CEEnergy ont signé deux contrats à long terme prévoyant la livraison de gaz via le Turkish Stream et plus loin, par la Serbie et l’Autriche, en contournant l’Ukraine.

En 2020, Gazprom a livré 8,6 milliards de mètres cubes de gaz à la Hongrie.





-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *