Hé les journalistes, pourquoi vous n’allez pas voir pas le détail et l’historique des mouvements bancaires de notre président Macron plutôt ? Ou faites un audit des dépenses de l’État parce que les histoires de Shakira franchement…

« C’est le fruit de plusieurs mois de travail. Le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ), dont font partie 150 journaux, dont Le Monde et France Info en France, a publié ce dimanche une première enquête après avoir eu accès à 12 millions de documents. Les « Pandora Papers » – c’est le nom qui a été donné à cet ensemble de documents – révèlent la façon dont des puissants de ce monde, parmi lesquels des responsables politiques, des chefs d’État et des milliardaires, investissent via les paradis fiscaux. 600 Français sont concernés.

Shakira également a été éclaboussée. Au total, des liens ont été établis par l’ICIJ entre des actifs offshore et 336 dirigeants et responsables politiques de premier plan, qui ont créé près de 1 000 sociétés, dont plus des deux tiers aux Iles Vierges britanniques. Parmi les personnalités exposées, se trouvent également la chanteuse colombienne Shakira, le mannequin allemand Claudia Schiffer ou la légende indienne du cricket Sachin Tendulkar.

Titanesque, l’enquête n’est qu’à ses débuts. Selon Le Monde, « une poignée d’hommes politiques français, souvent murés dans le silence au moment d’expliquer la raison d’être de leurs sociétés offshore ».

« L’enquête n’est qu’à ses débuts ». Elle ne connaitra pas une autre fin.

Cette « révélation » peut certes, semblait un scoop mais en réalité, il n’en est rien.

Nous ne sommes pas face aux révélations de Fauci, on encore aux réseaux occultes pédo-satanique qui circulait autour de l’affaire Epstein.
Les journalistes balancent les évasions fiscales de quelques célébrités, comme celle d’un auto-entrepreneur qui ne déclarait pas toutes ces activités à l’URSAFF. C’est petit, ils ne doivent sans doute ne pas être au chômage.

Pourquoi ne dévoilent-ils pas les mouvements que reçoit Macron de la part de ses employeurs ? Ou alors la vente d’Alstom à General Electric pour financer sa campagne et se faire élire ?

Là, on aurait du grain à moudre.

Bloomberg nous confirme, comme dit dans un article précédent, que l’inflation alimentaire est là pour durer.

Les prix de l’énergie explosent également ce qui aggrave le problème alimentaire, augmentant les coûts de production d’engrais et de transport de marchandises dans le monde entier. La hausse est de plus en plus proche des flambées des prix observées lors des crises alimentaires de 2008 et 2011.

« Chaque hausse des prix de 10% de la nourriture entraîne, une hausse de 100 % des manifestations contre le gouvernement. »

« Lorsque le budget nourriture dépasse les 40 % du salaire, alors commencent les grandes révoltes ».

Les prix alimentaires mondiaux ont effectivement grimpé de près de 33 % en septembre 2021 par rapport à la même période de l’année dernière. C’est ce que révèle l’indice mensuel des prix alimentaires de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, la FAO, qui a également constaté que les prix mondiaux ont augmenté de plus de 3 % depuis juillet, atteignant des niveaux jamais vus depuis 2011.

Entre l’augmentation des prix de la nourriture de première nécessité (fruit, légumes, céréale), le prix du gasoil qui dépasse les 1,5€ le litre et probablement de l’inflation dans d’autres secteurs essentiels à venir, cet hiver risque d’être long et des gilets jaunes vont se vêtir…

Pour investir sur l’inflation alimentaire (scénario anticipé dès janvier 2021).

Les commentaires et les articles y compris ceux en « tribune libre » sont signés du nom des auteurs et engagent leur seule responsabilité sans que « lesmoutonsenrages » ne prennent en rien à leur compte leur orientation

Note : Cet article est en tribune libre, en cliquant sur les liens, vous pouvez être soumis à des propositions commerciales, ce que ne cautionnent pas les moutons enragés. Cet article n’est pas sponsorisé



-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *