5 octobre 2021: Au sujet de l’Affaire de Meng Wanzhou, nous ne devons pas nous fier à nos grands médias pour nous informer. Voilà la conclusion à la quelle arrive Richard Desjardins dans un article important publié dans le numéro de septembre 2021 de L’Action nationale. Richard Desjardins, ancien fonctionnaire fédéral, a étudié la Chine depuis le début des années ’80, dont pendant deux ans à l’Université de la Colombie britannique et trois ans à Taïwan où il appris la langue.

nhyuj

Dans cette entrevue, il démontre que c’est le Canada qui a pratiqué la diplomatie d’otage depuis que l’Administration Trump a demandé au gouvernement Trudeau d’arrêter Mme Meng et de l’extrader vers les États-Unis. Il rappelle que pas moins d’une douzaine de pays ont refusé d’obtempérer à la demande de Washington.

Il rappelle, citations à l’appui, que Trump n’était pas du tout préoccupé par les transactions dites illégales avec l’Iran mais qu’il voulait seulement mettre de la pression sur la Chine pour arriver à une entente commerciale d’envergure.

L’action de Trudeau allait à l’encontre des intérêts du Québec et du Canada et des producteurs agricoles, dont les producteurs de porc québécois, en ont souffert et en souffrent encore.

Il note également qu’une certaine droite canadienne est obsédée par le Parti communiste chinois à tel point qu’il deviennent des artisans d’une nouvelle guerre froide aux accents du mccarthysme des années 1950.



-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *