En invitant Gazprom à augmenter ses livraisons via le réseau de transit ukrainien, le président russe a fait significativement baisser les cours du gaz. Sur le hub hollandais on a enregistré des mouvements jusqu’à -20%.

Alors qu’il enchaînait les records historiques à la hausse depuis le début de l’été, le TFF, bourse hollandaise virtuelle du gaz, a connu ses premiers sérieux mouvements de baisse, ce 7 octobre.

Les contrats pour livraison en novembre ont même plongé de près de 20% vers 9h GMT à 81,8 euros le MWh après une ouverture du marché à 112 euros. Les prix se sont ensuite ressaisis brièvement, mais en milieu d’après-midi, ils restaient orientés sur une baisse proche de 15% par rapport au cours de clôture de la veille.

Ces mouvements font suite aux déclarations du président russe Vladimir Poutine, la veille, depuis sa résidence de Novo-Ogarevo près de Moscou à l’occasion d’une réunion gouvernementale en visioconférence sur le développement énergétique. «Gazprom pense que ce serait plus approprié économiquement et plus profitable de payer une amende à l’Ukraine et d’augmenter le volume de gaz pompé par de nouveaux systèmes […] mais je leur demande de ne pas faire ça», avait-il notamment déclaré.

Le président russe avait par ailleurs ajouté qu’il n’était pas dans l’intérêt de Moscou de mettre Kiev «dans une position difficile» et ce, «malgré toutes les “nuances” liées aux relations russo-ukrainiennes à ce jour». Le président russe souhaite également préserver la réputation de Gazprom «comme partenaire absolument fiable».

Ivan Lapchine



-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *