Les murs se referment sur le Prince Andrew et l’élite mondiale, alors que leurs crimes de viols d’enfants semblent sur le point d’être exposés au monde entier.

Peter Nygard, un ami proche du duc d’York et un ancien associé d’Epstein, sera bientôt extradé du Canada vers les États-Unis pour répondre aux accusations de trafic sexuel d’enfants, de viol d’enfants et de gestion d’un réseau pédophile d’élite massif.

Cette nouvelle intervient quelques semaines seulement après que le Prince Andrew se soit vu signifier, à juste titre, des papiers de poursuite pour trafic sexuel d’enfants.

Nygard a été arrêté pour la première fois en décembre dernier à son domicile de Winnipeg, au Manitoba. Selon un acte d’accusation fédéral à neuf volets, Nygard a utilisé son immense richesse et ses relations avec l’élite mondiale pour enlever des enfants et les faire violer par ses amis VIP sur une période de 25 ans.

Le NY Times rapporte : Comparaissant par vidéo devant un tribunal de Winnipeg vendredi, M. Nygard a accepté d’être envoyé aux États-Unis pour y être jugé sur les accusations de trafic. En vertu de la loi canadienne, M. Nygard, qui s’est vu refuser la liberté sous caution après son arrestation, ne peut être remis aux autorités américaines avant au moins 30 jours.

La date à laquelle M. Nygard sera effectivement envoyé aux États-Unis a été compliquée par l’annonce du service de police de Toronto, qui a émis un mandat d’arrêt à son encontre pour six accusations d’agression sexuelle et trois de séquestration. Ces incidents, selon la police, ont eu lieu entre 1987 et 2005 dans cette ville. Ces accusations seraient les premières auxquelles M. Nygard fait face au Canada.

David Lametti, le ministre de la Justice du Canada, qui est également le procureur général du pays, doit rendre l’ordonnance finale pour renvoyer M. Nygard du pays.

Le ministre a deux choix, a déclaré Gary Botting, un avocat de Vancouver, en Colombie-Britannique, spécialisé dans les affaires d’extradition mais qui n’est pas impliqué dans le cas de M. Nygard. M. Lametti peut retarder l’envoi de M. Nygard aux États-Unis jusqu’à ce que l’affaire de Toronto soit entendue. Il peut aussi l’envoyer aux États-Unis dès maintenant, mais subordonner l’ordonnance à la condition que les autorités américaines renvoient M. Nygard au Canada pour qu’il y soit jugé une fois que son procès aux États-Unis sera terminé.

S’exprimant à l’extérieur du tribunal, les avocats de M. Nygard ont déclaré que la décision de leur client ne constituait pas un aveu de culpabilité. Mais compte tenu de son âge et de la tendance des tribunaux canadiens à satisfaire les demandes d’extradition, M. Nygard a décidé qu’il était préférable de faire avancer le processus.

« Il est âgé de 80 ans et cela a eu un impact énorme sur lui », a déclaré Richard J. Wolson aux journalistes. « Tout ce processus visait à ce qu’il ait un procès aux États-Unis et son espoir, et le nôtre, est qu’il soit justifié ».

Au Canada, les demandes d’extradition peuvent être prolongées pendant des années par des appels et des retards de procédure si l’accusé dispose des ressources financières nécessaires pour soutenir un tel défi juridique.

Selon ses avocats, M. Nygard, qui a voyagé en jet privé avec un entourage de femmes et s’est rendu dans des résidences, dont un domaine présenté dans l’émission « Lifestyles of The Rich and Famous », est maintenant sans le sou. Son groupe privé, basé à Winnipeg, qui opérait sous le nom de Nygard International, a déposé son bilan au Canada et aux États-Unis.

Les dépôts de bilan montrent que le passif de ses sociétés dépasse leur actif d’environ 150 millions de dollars canadiens.

Bien que le tribunal n’ait ordonné à M. Nygard que de faire face à des accusations de trafic en Amérique, Scott D. Farlinger, l’avocat du gouvernement canadien représentant les États-Unis, a déclaré au cours de l’audience de vendredi qu’il demanderait à M. Lametti d’ajouter des accusations supplémentaires à toute mesure de renvoi définitive.

Source: Aube Digitale





-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *