Un administrateur du Grand Soir a raconté ici que le gouvernement bolivarien ayant décidé en 2003 de distribuer des repas gratuits au pauvres, des débatteurs de la télé vénézuélienne s’étaient indignés : « Maintenant, Chávez, il veut décider aussi de ce qu’on met dans notre assiette ». Deux ans plus tard, il eut la surprise d’entendre une pauvre sexagénaire anti-chaviste formuler mot pour mot le même reproche.

Atterré par la prégnance de la propagande des médias aux mains de milliardaires il lui apprit qu’en France, pays riche, pays dit « la patrie des droits de l’homme », on distribue aussi des repas aux pauvres et que cette opération fait l’objet d’un consensus national.

Samedi 2 octobre 2021, sur France 2 dans l’émission « On est en direct » de Laurent Ruquier, Jean-Luc Mélenchon a annoncé qu’il bloquerait les prix de 5 fruits et légumes quand il serait président. Une Léa Salamé (constamment agressive) a rétorqué : « Est-ce que c’est à l’Etat de décider ce qu’on va mettre dans nos assiettes ? » à/c de 1mn 02.

Parfois je me demande si, quelque part, quelqu’un ne distribue pas les éléments de langages transatlantiques.

Théophraste R. Téléphobe, Salaméphobe.

PS. Salamé et les interviews objectives (extraits) : avec Bernard Arnault / Carlos Ghosn / Jean-Luc Mélenchon





-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *