https://fr.sputniknews.com/20211003/plusieurs-milliers-de-pedocriminels-ont-sevi-au-sein-de-leglise-de-france-ces-70-dernieres-annees-1051965899.html

[email protected]

+74956456601

MIA „Rosiya Segodnya“

2021

AFP

https://cdnnfr1.img.sputniknews.com/img/102063/47/1020634774_0:0:2803:2804_100x100_80_0_0_78e03485ad11abba8b543afec9f32666.jpg

AFP

https://cdnnfr1.img.sputniknews.com/img/102063/47/1020634774_0:0:2803:2804_100x100_80_0_0_78e03485ad11abba8b543afec9f32666.jpg

Actus

fr_FR

Sputnik France

[email protected]

+74956456601

MIA „Rosiya Segodnya“

https://cdnnfr1.img.sputniknews.com/img/07e4/0c/19/1044981499_0:208:1921:1648_1920x0_80_0_0_67bb632005dadafc14798a096a5f16bf.jpg

Sputnik France

[email protected]

+74956456601

MIA „Rosiya Segodnya“

église catholique, pédophilie, enquête, abus sexuel

Au bout d’une enquête de plus de deux ans, une commission a estimé qu’il y avait eu entre 2.900 et 3.200 pédocriminels au sein de l’Église catholique en France depuis 1950. Elle présentera des propositions pour lutter contre ce phénomène.

Il y a eu “entre 2.900 et 3.200 pédocriminels”, hommes – prêtres ou religieux – au sein de l’Église catholique en France depuis 1950, a déclaré à l’AFP Jean-Marc Sauvé, le président de la Commission qui enquête sur la pédocriminalité dans l’Église.

“Il s’agit d’une estimation minimale”, fondée sur le recensement et le dépouillement des archives (Église, justice, police judiciaire et presse) et sur les témoignages reçus par cette instance, a-t-il ajouté. C’est un chiffre à rapporter à une population générale de 115.000 prêtres ou religieux au total sur cette période de 70 ans.

Après deux ans et demi de travaux, la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église (Ciase) rend mardi les conclusions, dans un rapport, qui annexes comprises, montera finalement à “2.500 pages”, a-t-il précisé.

Le rapport donnera un état des lieux quantitatif du phénomène, et notamment du nombre de victimes. Il comparera la prévalence des violences sexuelles dans l’Église à celle identifiée dans d’autres institutions (associations sportives, école…) et dans le cercle familial.

La commission évaluera également les “mécanismes, notamment institutionnels et culturels” qui ont pu la favoriser et listera 45 propositions.

Création de la Commission

À l’origine de la création de la Commission d’enquête sur la pédocriminalité dans l’Église catholique en 2018, qui rend son rapport mardi, il y a le travail de libération de la parole d’associations de victimes, une lettre du pape, des scandales et une pétition.

En janvier 2016, l’association La Parole libérée apparaît au grand jour en affichant devant la presse sa volonté de “briser l’omerta” des agressions sexuelles dans l’Église. Deux anciens scouts révèlent les agressions du père Preynat, reprochant au cardinal Philippe Barbarin, à l’époque son supérieur en tant qu’archevêque de Lyon, de ne pas avoir informé la justice des agissements passés de ce religieux.

Un an plus tard, l’association lance une procédure de citation directe qui a contraint Mgr Barbarin à comparaître pour ses silences, malgré le classement de l’enquête.

“En France, La Parole libérée (…) a été pionnière dans l’interpellation de la hiérarchie catholique”, souligne la sociologue Céline Béraud dans son livre Le catholicisme à l’épreuve des scandales sexuels. Le combat de l’association a “permis de faire bouger les lignes”, affirme à l’AFP l’un de ses membres, Pierre-Emmanuel Germain-Thill.

D’autres collectifs se créent. Plusieurs victimes témoignent à visage découvert dans un documentaire, “Pédophilie, Un silence de cathédrale”, diffusé au printemps 2018. Parmi eux, Olivier Savignac, partie civile au procès d’André Fort, un évêque qui sera condamné à huit mois de prison avec sursis pour ne pas avoir dénoncé les abus sexuels d’un prêtre de son diocèse, l’abbé Pierre de Castelet. Il fait “pression pour être reçu par les évêques lors de leur assemblée plénière”.

En juin 2018, l’épiscopat annonce qu’il recevra des victimes lors de son assemblée plénière de novembre à Lourdes. Le pape François publie, le 20 août 2018, une “Lettre au peuple de Dieu” dans laquelle il reconnaît la “douleur des victimes” et appelle à la “solidarité ” et à l'”engagement” en faveur “d’une culture de la protection et du “jamais plus” à tout type et forme d’abus”.

En novembre, les 120 évêques réunis à Lourdes en présence de sept victimes, votent la création d’une commission indépendante, une décision à laquelle adhère également les instituts et congrégations religieux. Le 7 novembre, Jean-Marc Sauvé accepte d’être président.





-source-

One thought on “Plusieurs milliers de pédocriminels ont sévi au sein de l’Église de France ces 70 dernières années”
  1. Les prêtres ne sont pas des politiques et ne peuvent pas apporter à la souffrance initiée par les-leurs les mêmes réponses que celles des politiques.
    Ça ne vaut rien en matière de repentir, l’Église doit s’humilier réellement à la face du monde et surtout de Dieu.
    Cette église qui a fait sienne toutes les tolérances se doit d’admettre à quel point elle est elle-même devenue pus aux yeux non seulement de ses fidèles mais de tous les observateurs.

    Les commissions ne serviront jamais de stabilisateurs à quoi que ce soit car elles ne modèrent en rien l’ignominie des actes commis en tant que prêtres. Un seul prêtre prévaricateur et c’est la foi elle-même qui est attaquée. On ne peut pas pardonner, on ne peut pas revendiquer une continuation sans avoir fait place nette, tant avec le blé noir qu’avec les idées corrompues qui ont permis à ce blé de pousser.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *