par Serge Charbonneau.

Peut-on vaincre le mensonge ? 

Drôle de question, n’est-ce pas !

Vous pourriez répondre que…

« Le mensonge se combat par la recherche de la vérité, l’argumentation, Le recoupement des sources, l’analyse de différents points de vue, le raisonnement, etc. »

Bien sûr, c’est évident, mais voyez-vous, là n’est pas la question.

Par vaincre le mensonge, il faut entendre vaincre l’endoctrinement des gens, vaincre l’absence de réflexion, vaincre le refus de s’informer, vaincre le rejet de l’information. En gros, c’est remettre les cerveaux en marche, parce que de toutes évidences, le mensonge ne peut être vaincu avec des cerveaux éteints.

Vaincre le mensonge !

Mais quel mensonge direz-vous !

Il y en a tellement !

Comme si toute notre vie nous avions été baignés et même noyés dans les mensonges.

Depuis quelque temps les mensonges sont devenus de plus en plus évidents. Les menteurs mentent de plus en plus au grand jour et paradoxalement, tout le système les présente comme étant des gens honnêtes et de bonne foi.

Mensonge et propagande sont de la même famille, on pourrait même dire qu’ils sont des synonymes.

En octobre 2017, je disais :

« Comprendre la propagande demande plus de temps et surtout plus d’efforts que de la gober ».

Expliquer la propagande n’est pas chose facile.

Le meilleur moyen est peut-être d’utiliser des exemples.

Dans cet article de 2017, je racontais cette anecdote :

« Après avoir vu l’émission de Enquête de Radio-Canada du 28 septembre 2017, un ami m’écrit : “Enquête nous présente des éléments troublants sur la torture en Syrie” ».

Je lui demande alors : « Quelles sont les preuves qui t’ont le plus convaincu lors de l’émission d’enquête ? »

Mon ami ne pouvait répondre. Rien ne lui venait en tête. Il avait simplement ce sentiment, cette émotion de la torture décrite, mais aucune preuve ne lui venait en tête. Il me dit qu’il devait revoir l’émission.

Il a eu beau revoir l’émission pour déceler ces preuves irréfutables, mais rien. Aucune preuve ne le frappait. Beaucoup de témoignages, mais aucune preuve fracassante.

En propagande il suffit de dire. Nul besoin de démontrer ou de prouver ses dires. Les propagandistes affirment « solidement » dire la vérité. Rien n’est plus simple.

J’ai passé près de vingt ans de ma vie (de 1978 à 1997) à faire de la nouvelle télé en tant que monteur-réalisateur à la salle des nouvelles (télé) de Radio-Canada à Montréal. J’ai quitté ce magnifique emploi pour devenir nomade nautique avec ma petite famille.

Je connais à fond ce qui influence le téléspectateur. Musique de fond à peine audible, effets sonores, montages de plans émotifs rapides ne laissant aucune place à la réflexion. Faire de la nouvelle malhonnête est un jeu d’enfant. Aiguiller l’opinion, susciter l’émotion se fait facilement. Mais lorsqu’on fait du journalisme honnête, on répugne à utiliser ces procédés.

Si vous voulez comprendre comment on fait de la propagande, je vous invite à voir ce reportage de Radio-Canada et à lire comment ce reportage est construit.

« Combattre la propagande est quasi impossible ». C’est un triste constat.

Je pense qu’on peut aussi dire que de combattre les mensonges est un défi de taille. Il est tellement plus facile de faire avaler de la fausseté que de faire voir la réalité. Surtout lorsqu’on contrôle l’arme de manipulation massive que sont les grands médias.

Nous luttons, depuis plusieurs mois, pour mettre en lumière deux ÉNORMES mensonges.

Premier mensonge

Le premier mensonge est bien sûr cette fausse pandémie. Je ne dis pas que ce qu’on appelle « le Covid » n’existe pas. Le Covid existe. Plusieurs l’ont attrapé. Plusieurs en ont souffert. Tous se sont fait dire l’odieux mensonge qu’il n’existe aucun médicament pour le contrer. On leur disait de s’isoler chez eux et attendre que la maladie devienne insoutenable, car c’est uniquement à ce moment qu’on les acceptait à l’urgence. Heureusement, la très grande majorité des gens atteints par cette grippe-covid se sont guéris SANS AUCUN SOIN NI AUCUN MÉDICAMENT.

Ce n’est pas cette grippe « covid » qui est fausse, c’est la « PANDÉMIE ». Ce virus n’est pas « mortel » et se guérit facilement lorsque traité tôt. Après deux ans, tous les médecins honnêtes en témoignent. De plus, on voit bien que l’on nous compte « DES CAS » et non des malades véritables ou des morts. LORS D’UNE PANDÉMIE RÉELLE, IL Y A DES MORTS, on ne compte pas les « CAS ».

La grippe covid existe, mais LA PANDÉMIE N’EXISTE PAS. C’est un mensonge. 

On voit aussi depuis le début que rien, absolument rien, n’est fait du côté sanitaire, pour combattre cette crise dite « sanitaire ». Aucun investissement majeur dans les hôpitaux. À part les millions pour le dépistage et les milliards pour l’injection expérimentale qu’on dit être un « vaccin », aucun budget d’urgence n’est alloué au système de santé. Depuis deux ans, les hôpitaux fonctionnent au ralenti.

Rien n’est mis en place pour sauver les gens. On interdit même aux médecins de donner des soins précoces et d’offrir rapidement aux personnes atteintes des médicaments qui pourraient les guérir.

Partout dans les pays soumis aux diktats de l’OMS on interdit le traitement précoce à l’hydroxychloroquine et azithromycine ainsi que celui à l’ivermectine et doxycycline. Ces traitements qui sauvent des vies et réduisent les hospitalisations sont discrédités.

Au Guatemala, dès juillet 2020, on offre gratuitement aux personnes infectées ce kit de médicaments pour qu’ils se soignent rapidement.

Ici, il est clair que pour nos dirigeants la santé est le dernier de leurs soucis. Les dirigeants au service de la secte des psychopathes milliardaires de Davos utilisent, non pas la médecine et la science, mais la police et la contrainte.

On ne soigne pas les gens, on les soumet. 

Par l’arme de manipulation massive (les médias), on a fait avaler le mensonge de la pandémie. Et toujours à l’aide de cette arme terrible de manipulation massive, on a fait croire qu’une injection expérimentale était un vaccin sauveur. Aujourd’hui la réalité s’impose et nous voyons partout que cette injection expérimentale, en plus de ne pas jouer le rôle de vaccin puisqu’elle ne protège nullement de la maladie et n’empêche nullement la contagion, est néfaste. La maladie s’accentue partout où l’injection a été massivement mise en pratique (Gibraltar, Israël, Islande, Seychelles, Royaume-Uni).

Ces mensonges sont pourtant clairement dénoncés par de multiples intervenants qui sont loin d’être des incompétents. On peut trouver leurs nombreuses démonstrations sur internet. Les grands médias leur interdisent leurs plateaux et leur font mauvaise presse.

Malgré la disponibilité de cette information scientifique prouvant l’efficacité de plusieurs médicaments, on reste impuissant à la faire connaitre aux gens. Une forte proportion de la population a reçu un efficace lavage de cerveau. Lorsqu’on tente de faire lire une de ces démonstrations à un ami ou un parent endoctriné par les grands médias, on se fait dire : « cesse de m’envoyer ces documents complotistes ! »

C’est le refus catégorique de l’information ! Nous constatons alors la terrible efficacité des techniques utilisées pour asservir les esprits et mettre hors service la fonction cérébrale.

On en vient à se dire que vaincre le mensonge est une mission impossible. Heureusement, les faits sont têtus. Nous finirons bien par voir si cette injection expérimentale aura de funestes conséquences avec l’arrivée de la saison froide. La réalité finit toujours, tôt ou tard, par s’imposer. Plusieurs craignent que la mortalité soit considérablement en hausse cet automne et surtout cet hiver.

Deuxième gros mensonge

L’élection du sénile Joe Biden.

Ouais, je dis le « sénile » Joe Biden !

C’est choquant pour ses partisans. Mais Joe Biden est-il sénile, oui ou non ?

Il ne faut pas se mettre la tête dans le sable et nier que son comportement s’apparente sérieusement à la sénilité. Donc je maintiens ce qualificatif que je trouve totalement justifié et adéquat : le « sénile » Joe n’a pas été élu. Il a été mis au pouvoir à l’aide d’une fraude massive et évidente. Les preuves étaient là dès le lendemain de sa fausse élection[11].

En 2016, Donald Trump a été élu avec 63 millions de voix.

En 2020, Donald Trump a été battu avec un peu plus de 74 millions de votes.

Donald Trump a augmenté son score de 11 millions de votes. Pratiquement jamais un président en fonction n’augmente son score lors du second mandat.

Obama avait perdu 3,5 millions de voix à sa deuxième élection (69,5 millions en 2008 et 66 millions en 2012).

Le sénile Biden qui a fait campagne dans son sous-sol et n’a réuni que quelques centaines de personnes dans des stationnements déserts aurait réussi l’exploit grandiose de récolter plus de 81 millions de votes[10] ! Le plus grand score jamais réalisé pour un président américain !

En 2008, alors que sa popularité était au maximum, Barack Obama qui représentait comme jamais l’espoir d’un monde meilleur n’avait récolté que 69,5 millions de votes.

Mais quel résultat spectaculaire que celui de ce sénile Biden !

Il y a définitivement eu fraude. Lors de la campagne électorale, à aucun moment nous n’avons pu constater une quelconque popularité de Joe Biden. Et depuis son élection, on constate toujours une totale absence de popularité. Le site YouTube de la Maison-Blanche est éloquent à ce sujet. Sur toutes les vidéos, les pouces d’approbation et de désapprobation en disent long.

Biden n’a AUCUNE popularité. 

On ne voit jamais ses partisans.

Biden a été élu par des fantômes.

Par contre si on regarde du côté de Trump, celui-ci remplit des stades partout où il passe. Son Rally à Perry en Georgie, le 25 septembre dernier était magistral.

Sa popularité débordante est toujours bien visible et semble toujours être en croissance.

Que vous soyez pour ou que vous soyez contre, c’est une ambiance à voir et un discours à entendre[13]. Ceux qui refusent de voir ces partisans et d’écouter cet homme politique font preuve d’une fermeture maladive. Une maladie engendrée par des années d’endoctrinement et de lavage de cerveau.

L’efficacité avec laquelle on a implanté ces mensonges dans l’esprit d’une forte partie de la population a engendré des mouvements de croyants. On se retrouve avec des croyants dignes d’une secte. Ils refusent catégoriquement de s’attarder à tous documents pouvant entrainer une réflexion. De plus, la réalité semble n’avoir aucune emprise sur eux.

Finalement, peut-on vaincre le mensonge ?

La question reste entière.

Laissez vos réponses et vos pistes de solution en commentaires.

Merci

Salutations



-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *