par Alexander Douguine.

L’hégémon se ratatine et recule partout !

Les élections en Russie sont terminées. Et c’est une bonne chose. Nous pouvons maintenant revenir aux affaires étrangères. C’est la politique étrangère qui compte vraiment. Et dans cette politique étrangère, un changement extrêmement significatif et important est en plein essor.

Le monde unipolaire s’effondre sous nos yeux. Il est sur une trajectoire descendante depuis un certain temps (depuis le 11 septembre), mais c’est en cette année clé 2021, au milieu de l’interminable crise sanitaire du Covid, que se sont produits certains événements symboliques, rendant irréversible la fin de l’unipolarité.

Déjà, Trump acceptait implicitement un ordre multipolaire, en insistant uniquement sur un statut spécial pour les États-Unis. C’était un programme parfaitement rationnel et responsable. Mais Trump a été renversé. Et cela a été perpétré par des partisans fanatiques du même mondialisme que celui que Trump combattait chez lui.

Avec le soutien des mondialistes, Biden est parvenu au pouvoir et a annoncé la grande réinitialisation. Il faisait référence à un retour aux années 90, années « dorées » (pour les mondialistes et les libéraux). La mondialisation a eu quelques problèmes, ont-ils dit, mais nous allons maintenant les régler rapidement, remettre à leur place tous les prétendants à la multipolarité et continuer à régner sur l’humanité, en l’entraînant de plus en plus profondément dans un programme insensé – presque ouvertement satanique.

Biden est intervenu et Kiev a envoyé des troupes dans le Donbass, démontrant ainsi sa détermination à « assiéger les Russes ». Mais dès que Moscou a effectué des manœuvres innocentes sur son propre territoire, Washington a fait marche arrière. Nous ne parlons pas de Kiev, ce n’est pas un sujet. La grande réinitialisation a été reportée.

Et puis vient la fuite honteuse des États-Unis d’Afghanistan, alors qu’après 20 ans d’occupation brutale, les Américains n’ont même pas eu le temps d’emballer correctement leurs affaires (y compris leurs équipements militaires) et de renvoyer décemment leurs collaborateurs. Vers la fin, Biden tire un missile sur une voiture avec des enfants et s’en vante encore. Même Psaki a pâli devant les absurdités qu’elle a dû exprimer. L’Afghanistan est un embarras total pour l’Amérique.

Et dans la foulée, pour montrer qu’il est encore « wow », le pathétique et sénile Joe proclame l’axe anglo-saxon AUKUS, en scellant des traités avec l’Australie et en rayant d’un trait de plume les fournitures militaires françaises et italiennes (d’ailleurs, on l’oublie souvent) sur lesquelles Paris et Rome comptaient beaucoup, il détruit ainsi la cohésion de l’OTAN. En réponse, le rappel sans précédent de l’ambassadeur de France à Washington s’ensuivit. Si l’UE comprend l’enjeu de tout cela, c’est que les autorités américaines ont tout simplement perdu la tête.

Voyons maintenant ce qui se passe aux États-Unis mêmes.

Tout d’abord, Biden agit dans un contexte où l’on sait que la moitié de la population le déteste (pour une élection volée et une dictature libérale intolérante) et que tout ce qu’il fait est accueilli avec hostilité. Et dès qu’il commet une erreur – comme en Afghanistan et en Australie, sans parler de la situation totalement foireuse avec les migrants à la frontière sud des États-Unis, non seulement il commet une faute, mais il se fourvoie de manière répétée et démontrable – ses adversaires s’en emparent immédiatement, la font exploser, et commencent déjà à préparer la destitution.

Mais c’est la moitié du problème. Les mondialistes eux-mêmes qui soutiennent Biden sont divisés en droitiers et gauchistes, en faucons néoconservateurs et en ultra-démocrates avec un programme d’idéologie LGBT et de « marxisme culturel ». Les néoconservateurs sont furieux du retrait de l’Afghanistan et des promesses de M. Biden de retirer les troupes du Moyen-Orient, en particulier de la Syrie et de l’Irak. En plus de sa lâcheté flagrante en Ukraine, Biden a déjà fait de son mieux pour s’aliéner la moitié de l’élite qui le soutient – les faucons.

Il semblerait que ce soit la gauche mondialiste qui devrait se réjouir. Oui, ils ont été globalement indulgents envers le retrait des troupes d’Afghanistan, mais personne aux États-Unis n’ose justifier la manière dont cela a été fait.

Mais Biden s’est ensuite souvenu des néoconservateurs et a créé, pour les amadouer, une nouvelle alliance stratégique anglo-saxonne, AUKUS (Australie, Royaume-Uni, États-Unis), écartant sans ménagement l’Europe. Il le fait sous l’égide de la guerre imminente avec la Chine dans le Pacifique. C’est là que les mondialistes de gauche se sont indignés. L’UE n’a rien contre la Chine du tout, et les mondialistes de gauche aux États-Unis essaient même d’utiliser le décollage économique de la Chine dans leurs stratégies. Pourtant, Biden l’ignore et crée AUKUS. Un tel coup porté à l’OTAN, avec en toile de fond le renforcement de la souveraineté de la Russie et du même Cathay, l’indépendance croissante de la Turquie, de l’Iran, du Pakistan, ainsi que de certains pays arabes et africains (une série de coups d’État en Afrique est également un phénomène très intéressant, nécessitant une évaluation géopolitique) – n’aboutit qu’à un affaiblissement brutal de l’élite libérale mondiale, divisée sous leurs yeux le long de la ligne – Anglo-Saxons/Européens et autres « alliés » oubliés.

Biden a déjà réussi à frustrer la droite et la gauche mondialistes de cette manière, au milieu d’un bras de fer incessant avec les Trumpistes, qui se sont retrouvés dans une position d’opposition fermement réprimée. Lorsque Biden joue les faucons et se rapproche des néocons, il porte un coup au CFR (les mondialistes de gauche). Quand, au contraire, il essaie d’être une colombe, les mondialistes de droite entrent dans une colère noire. Si Joe Biden n’est pas un parfait perdant dans cette situation, alors qu’est-il ?

Cette situation est unique. Jamais, au cours des dernières décennies, la politique américaine n’a été aussi contradictoire, incohérente et carrément vouée à l’échec. C’est la chose la plus importante à retenir. L’Amérique est plus faible que jamais. Et c’est ce dont nous devons tirer parti. Trump s’est attelé à retirer la mondialisation de l’ordre du jour et à se concentrer sur les questions américaines, de manière consciente et responsable. Et il a négocié durement sur chaque question avec les représentants de la multipolarité croissante. Biden, paradoxalement, s’est révélé encore plus utile aux pôles multipolaires – il est tout simplement en train de détruire rapidement l’Amérique, et plus le mondialisme agonise, plus l’humanité voit clairement la faiblesse de quelqu’un qui prétendait encore récemment être le leader incontesté. Pour être réaliste (c’est-à-dire un peu cynique), mieux vaut un ennemi faible et impuissant comme Biden qu’un partenaire rationnel et conscient de lui-même comme Trump. Bien sûr, Biden est le mal absolu et un échec épique pour les États-Unis. Mais pour tous les autres… eh bien, eh bien, eh bien. Il y a quelque chose que nous commençons à aimer chez le vieux Joe…

C’est ce dont la Russie devrait profiter activement en ce moment. Le déclin rapide de l’hégémonie mondiale américaine libère de vastes possibilités dans le monde entier – des territoires, des pays, des nations, des civilisations entières. Par inertie, certains pourraient craindre l’alliance anglo-saxonne, en disant que la Grande-Bretagne revient, qu’ils vont maintenant s’allier aux États-Unis et aux pays du Commonwealth et restaurer leur emprise coloniale. (Nous parlerons du projet QUAD, plus sérieux, dans un autre article.) Qui va le restaurer ? La Grande-Bretagne n’est plus un véritable sujet de l’historie en cours depuis longtemps. Il n’y a pas grand-chose à dire sur l’Australie. D’ailleurs, la présence financière et même démographique de la Chine dans le Pacifique est déjà un facteur gigantesque aujourd’hui. L’hégémonie se réduit et recule partout. Il y a là une chance pour un grand projet continental de Lisbonne à Vladivostok (dans l’esprit de Thiriart et de Poutine), pour une alliance eurasienne russo-chinoise, pour un nouveau cycle dans les relations entre la Russie et le monde islamique, et pour une avancée en Afrique et en Amérique latine.

Cela nécessite une stratégie, une détermination, une volonté, une concentration des forces. Et ce qui est essentiel, c’est que cela nécessite une idéologie. La grande géopolitique exige de grandes idées. À l’heure actuelle – tant qu’il y aura un idiot au pouvoir aux États-Unis – la Russie a une chance historique non seulement de rendre la multipolarité irréversible, mais aussi d’étendre de manière spectaculaire son influence à l’échelle mondiale. L’hégémonie disparaît. Oui, c’est un dragon blessé, et il peut encore frapper fort et douloureusement. Mais il est à l’agonie. Nous devons donc faire attention aux douleurs fantômes de l’impérialisme, mais nous devons aussi garder la tête haute. Nous devons nous préparer à une contre-offensive. Tant que les choses sont telles qu’elles sont, c’est notre chance historique. Ce serait un crime de le manquer. Notre Empire est tombé en 1991. Aujourd’hui, c’est leur tour. Et il est de notre devoir de revenir dans l’histoire en tant qu’entité géopolitique pleinement souveraine et indépendante.


source : http://euro-synergies.hautetfort.com



-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *