par Peter Akopov.

Le centre de la géopolitique mondiale s’est définitivement déplacé vers la région indo-pacifique – les événements de ces derniers jours l’ont démontré avec la plus grande clarté. Hier, Washington a accueilli le premier sommet en face à face du QUAD – un dialogue stratégique quadrilatéral sur les questions de sécurité, réunissant les États-Unis, l’Inde, l’Australie et le Japon. En réalité, « c’est le prototype de l’équivalent asiatique de l’OTAN, un nouveau bloc politico-militaire au caractère fortement pro-américain <…> Washington tentera d’attirer d’autres pays dans l’organisation, principalement pour mener une politique anti-chinoise et anti-russe ».

Le secrétaire du Conseil de Sécurité de la Russie, Nikolay Patrushev, a récemment donné une description assez lapidaire de QUAD – et il n’aime pas les commentaires lapidaires. Bien que l’organisation ait été créée il y a près d’une décennie et demie, jusqu’à ce printemps, les consultations en son sein se déroulaient au niveau des experts et des ministres. Ce n’est qu’au printemps dernier que le premier sommet des quatre dirigeants a eu lieu, mais dans un format en ligne. Et maintenant, profitant de la participation des dirigeants étrangers aux réunions de l’Assemblée générale des Nations unies, Joe Biden les a réunis à Washington.

Avec les trois premiers ministres – Scott Morrison (Australie), Narendra Modi (Inde) et Yoshihide Suga (Japon) – M. Biden « cherchera des moyens de promouvoir une région indo-pacifique libre et ouverte ». S’exprimant devant les Nations unies, le président américain a déclaré : « Nous avons élevé le niveau du dialogue quadrilatéral sur la sécurité entre l’Australie, l’Inde, le Japon et les États-Unis pour commencer à aborder des questions allant de la sécurité sanitaire et épidémiologique au changement climatique en passant par les technologies de pointe ». Mais personne ne croit Biden ; tout le monde comprend que les Américains ont besoin de QUAD pour faire face non pas au réchauffement climatique, mais à la Chine. Et la Russie – qui est à la fois une puissance du Pacifique et un allié de la Chine dans la refonte de l’ordre mondial.

Le fait que la réunion du Quartet ait lieu quelques jours seulement après l’annonce de la création de l’AUKUS américano-britannico-australien, qui ne fait pas mystère de son orientation « défense », prive le QUAD de l’occasion de se déguiser en une entité pure et innocente En outre, les Australiens, très prolixes, ne cachent pas l’essentiel de ce qui se passe. Comme l’a déclaré le premier ministre Morrison, l’AUKUS « ajoute beaucoup au partenariat des quatre pays du QUAD, c’est à cela qu’il sert. L’Australie a des partenariats avec de nombreuses nations et nous pensons que le partenariat quadrilatéral QUAD et le partenariat trilatéral AUKUS se complètent parfaitement ».

Complémentaires, oui – alors que Morrison, évidemment, nie l’orientation anti-chinoise de l’un ou l’autre format. Et note que le programme australien de rééquipement militaire et de flotte de sous-marins nucléaires (le même qui avait été annoncé lors de la création de l’AUKUS) a suscité « un grand intérêt de la part de partenaires en Inde ».

C’est la principale question qui se pose maintenant : dans quelle mesure l’Inde est-elle prête à poursuivre le rapprochement avec les Anglo-Saxons ? Parce qu’il n’y a pas sept pays dans l’addition de la Troïka et du Quartet, mais cinq : les États-Unis, la Grande-Bretagne, l’Australie, le Japon et l’Inde. Et seul ce dernier n’est ni une partie du monde anglo-saxon ni un État dépendant (comme le Japon). L’Inde est une puissance pleinement souveraine, l’un des pays les plus importants du monde. En outre, pendant la guerre froide, l’Inde a toujours fait office de troisième force (en devenant le noyau du mouvement des non-alignés). En outre, les relations de New Delhi avec Moscou au cours de ces années étaient beaucoup plus étroites et plus fiables que celles avec Washington.

Le monde bipolaire a disparu depuis longtemps, mais la voie américaine a également échoué. Et dans la construction d’un nouvel ordre mondial, l’Inde joue un rôle très important. Ses intérêts stratégiques et sa vision de l’architecture mondiale coïncident largement avec ceux de la Russie et de la Chine. Sa participation aux BRICS et à l’OCS n’est donc pas accidentelle. Malgré toutes les différences entre l’Inde et la Chine, la Russie est extrêmement intéressée par le fait que les deux grandes puissances non seulement cherchent ensemble des solutions aux problèmes (tant bilatéraux qu’internationaux), mais aussi ne laissent pas des forces extérieures les manipuler. Pékin est irréprochable dans ce sens, tandis que Delhi joue maintenant un jeu très risqué.

Après l’effondrement de l’URSS, les dirigeants indiens ont cherché une nouvelle stratégie : tout en maintenant des relations étroites avec la Russie, mais inquiets du renforcement extrême de la Chine, ils ont opté pour un rapprochement avec les États-Unis, y compris dans le domaine militaire. Mais la logique du « l’ennemi de mon ennemi est mon ami » ne joue pas en faveur de Delhi. Oui, l’Amérique et l’Inde semblent avoir un intérêt commun à contenir la Chine, mais leurs positions sont très différentes.

Pour les États-Unis, la Chine n’est pas seulement une menace pour leur puissance, c’est un défi à la domination mondiale. Washington veut continuer à « rassembler les nations » en maintenant un leadership idéologique, militaire et financier. Dans le même temps, elle n’intervient pas militairement, mais met en place diverses coalitions pour contrôler la situation et dissuader les adversaires, en impliquant des puissances régionales qui sont, sous une forme ou une autre, dépendantes d’elle ou qui ont des intérêts régionaux similaires à ceux des États-Unis.

Voici la façon dont l’Inde raisonne : soyons amis contre la Chine. Mais l’attitude de l’Inde vis-à-vis de la Chine est fondamentalement différente de celle des États-Unis. L’Inde n’aspire pas à la suprématie mondiale ; elle ne veut pas avoir une quelconque hégémonie. La Chine est son voisin le plus important, avec lequel elle doit développer des relations diverses et étroites. Oui, les deux pays ont des différends territoriaux. Oui, les Indiens craignent d’être encerclés (et pas seulement sur le plan économique) par la Chine, en raison de l’influence de Pékin au Pakistan, en Afghanistan, au Myanmar, au Népal, au Sri Lanka et dans toute l’Asie du Sud-Est.

Cependant, la sinophobie en Inde est activement fomentée par ceux qui prônent l’orientation occidentale en inculquant aux Indiens la peur de la menace chinoise (comme en Russie, ils craignent « l’expansion chinoise » et « la dépendance vis-à-vis de Pékin »). Bien sûr, la décision de participer au Quartet est basée sur les intérêts nationaux : il y aura un jeu d’équilibre entre l’OCS, le QUAD, acheter des armes à la Russie et aux États-Unis. Pour que la Chine voit que nous ne pouvons pas être mis sous pression et qu’il est inutile de nous encercler.

Mais comment appellent-ils ( y compris les « amis » américains de Delhi) la menace chinoise ? Le fait que Pékin investisse d’énormes sommes d’argent au Pakistan, obtienne un port au Sri Lanka ? L’Empire du Milieu a besoin de ports dans la mer d’Oman et l’océan Indien, pour les exportations et les importations. Après tout, l’étroit détroit de Malacca, par lequel passe une grande partie du commerce de la Chine, pourrait facilement être bloqué par les Anglo-Saxons (et éventuellement même par les Américains – sinon pourquoi l’Australie aurait-elle des sous-marins nucléaires ?) Ainsi, la peur de l’Inde face à la Chine est très souvent due à une perception erronée, précisément parce que Delhi se voit proposer de regarder Pékin à travers les lunettes atlantistes de quelqu’un d’autre.

Les Anglo-Saxons veulent continuer à diviser pour régner : leur principal objectif aujourd’hui est de diviser, de diviser l’Inde et la Chine. Seuls les mauvais « stratèges » sont capables de miser sur un désaccord entre la Russie et la Chine, mais les relations sino-indiennes offrent un terrain propice aux combinaisons et aux provocations. Et si elle réussit, elle touchera l’ensemble du nouveau « Big Three » – non seulement l’Inde et la Chine, mais aussi la Russie, qui a tout intérêt à le renforcer et qui ne va pas choisir entre ses relations avec Pékin et Delhi.

La Russie n’apprécie guère la campagne dans laquelle Narendra Modi est désormais impliqué, mais cela ne signifie pas que Moscou soupçonne Delhi d’être faible, incapable de défendre ses intérêts nationaux ou désireux de devenir un allié militaire des États-Unis (ce qui, bien entendu, n’arrivera jamais). Non, simplement parce que Moscou estime que de tels jeux sont non seulement mauvais pour les relations trilatérales, mais aussi pour l’Inde elle-même : les tentatives d’exploitation des desseins anglo-saxons ne peuvent aboutir. L’expérience récente en Afghanistan, où Delhi a travaillé en étroite collaboration avec les mandataires américains et a ignoré les Taliban, montre comment cela se termine généralement.

C’est précisément pour cette raison que Nikolai Patrushev qualifie le QUAD de « prototype de l’OTAN asiatique », dont les membres sont entraînés dans des combines anti-chinoises et anti-russes, afin que New Delhi se rende compte du sérieux avec lequel Moscou prend le nouveau round du jeu anglo-saxon indo-pacifique. C’est pourquoi le secrétaire du Conseil de Sécurité s’est rendu dans la capitale indienne il y a quinze jours. Moscou croit non seulement aux sentiments amicaux de Delhi, mais aussi à la sagesse de l’Inde, y compris sa sagesse géopolitique.


source : https://ria.ru

traduit par : Avic pour Réseau International



-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *