https://fr.sputniknews.com/20210926/les-allemands-votent-pour-elire-le-successeur-dangela-merkel-1051865645.html

[email protected]

+74956456601

MIA „Rosiya Segodnya“

2021

Reuters

https://cdnfr1.img.sputniknews.com/img/07e4/0a/02/1044517040_369:-1:2356:1987_100x100_80_0_0_87c45869afa00e57dd63001194ac1def.jpg

Reuters

https://cdnfr1.img.sputniknews.com/img/07e4/0a/02/1044517040_369:-1:2356:1987_100x100_80_0_0_87c45869afa00e57dd63001194ac1def.jpg

Actus

fr_FR

Sputnik France

[email protected]

+74956456601

MIA „Rosiya Segodnya“

https://cdnfr1.img.sputniknews.com/img/07e5/09/1a/1051865619_173:0:2904:2048_1920x0_80_0_0_5cdee03b844fa8c9f3f58f6ad18d97d1.jpg

Sputnik France

[email protected]

+74956456601

MIA „Rosiya Segodnya“

allemagne, angela merkel, parti social-démocrate allemand (spd), olaf scholz

Les Allemands ont commencé à voter dimanche pour désigner le successeur de la chancelière Angela Merkel et peut-être mettre fin à seize années de pouvoir conservateur.

L’électorat allemand est divisé et les principaux partis devront sûrement s’engager dans des négociations pour former une coalition, ce qui pourrait prendre plusieurs mois, laissant Angela Merkel, qui a 67 ans, assurer l’intérim à la tête du pays.

Faisant campagne dans sa circonscription d’Aix-la-Chapelle aux côtés d’Angela Merkel, le candidat conservateur Armin Laschet a déclaré samedi qu’une alliance de gauche menée par le Parti social-démocrate (SPD) avec les Verts et le parti d’extrême gauche Die Linke déstabiliserait l’Europe.

“Ils veulent nous faire sortir de l’Otan, ils ne veulent pas de cette alliance, ils veulent une autre république”, a déclaré Armin Laschet, qui a 60 ans. “Je ne veux pas que Die Linke soit dans le prochain gouvernement.”

Face à Armin Laschet, que trois Allemands sur quatre disent ne pas vouloir voir à la chancellerie, l’actuel ministre des Finances Olaf Scholz, âgé de 63 ans, a remporté les trois débats télévisés entre les principaux candidats.

Le dirigeant du SPD n’a pas exclu une alliance avec la gauche mais a déclaré que l’adhésion à l’Otan était une ligne rouge pour son parti.

Après une campagne électorale axée sur les questions intérieures, les partenaires de Berlin devront peut-être attendre des mois avant de voir si le nouveau gouvernement allemand est prêt à s’engager sur les grandes problématiques de politique étrangère.

Dans un Bundestag qui s’annonce une nouvelle fois très fragmenté, une coalition à trois est probable. Les derniers sondages d’opinion donnaient une avance étroite aux sociaux-démocrates, mais les conservateurs ont réduit l’écart ces derniers jours et de nombreux électeurs, près d’un sur trois, étaient encore indécis.

Selon les scénarios de coalition les plus probables, le SPD ou le bloc conservateur de l’Union chrétienne-démocrate (CDU) et ses alliés bavarois de la CSU devrait former une alliance avec les Verts et les libéraux du FDP pour disposer d’une majorité de gouvernement.

Une alliance entre le SPD, les Verts et le FDP serait particulièrement délicate à mettre en place, les libéraux divergeant avec les deux autres partis sur de nombreux points clés, comme le financement d’une accélération de la transition écologique par l’émission de dette, la hausse de l’imposition des riches ou celle du salaire minimum.





-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *