D’après l’article des Echos du 22/09/2021.

Drapeau Inde pour illustration

La thèse selon laquelle l’opération AUKUS ait plus comme cible New Dehli que Pékin semble ne pas être si stupide que ça aux vues de cette information.

La raison de cette mise à l’écart de l’Inde pourrait être relative à son comportement parfaitement rebelle dans le traitement de la crise du Covid-19. Rebelle dans le sens où elle a officiellement, mis à part un de ses Etats, reconnu l’efficacité de l’Ivermectine tout en attaquant en justice l’OMS et plus précisément une de ses scientifiques s’étant obstinément opposée à la mise en place d’essais de cette thérapie ambulatoire pour crime contre l’humanité.

Si l’UE se sent obligée d’annoncer des AMM pour 4 ou 5 médications ambulatoires dans les semaines à venir ce n’est QUE pour se couvrir juridiquement car la procédure entamée par l’Inde va constituer une indéniable jurisprudence à l’échelle internationale. Ce timing ayant été acté par les Etats-membres, on comprend mieux d’une part l’épisode de la, vaccination au forceps avec le passe-passe du pass et d’autre part la précipitation à donner une AMM définitive au vax de chez Pfizer alors que l’échéance de la fin des essais en phase III était officiellement calée à la fin 2022.

Bref, ce n’est pas l’élève modèle chinois des directives sanitaires du Nouvel Ordre Mondial qui est dans le collimateur au travers de cet épisode bafouant les traités et autres promesses de non-prolifération, non, c’est visiblement l’Inde et par voie de ricochet un de ses partenaires dans les transferts technologiques liés à la défense, la France.

Sully Morlandimus

Les commentaires et les articles y compris ceux en « tribune libre » sont signés du nom des auteurs et engagent leur seule responsabilité sans que « lesmoutonsenrages » ne prennent en rien à leur compte leur orientation



-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *