Les employés savent très bien qu’ils voient des patients qui souffrent d’effets indésirables liés au vaccin mais ils ne le déclarent pas, ils préfèrent mettre ça sous le tapis pour que les gens ne se rendent pas compte que “ce vaccin est merdique”. 

C’est intéressant de voir ce que les médecins se disent entre eux et ce qu’ils disent au patient. Lorsque le médecin dit à un patient qui a reçu ses deux injections qu’il a une insuffisance cardiaque congestive elle ne fait pas ouvertement le lien, elle dit même “je ne sais pas d’ou cela vient” alors qu’elle a indiqué l’inverse à sa collègue avant.

 Cette lanceuse d’alerte a vu notamment un adolescent de 15 ans en bonne santé être admis pour des caillots sanguins. Il avait reçu le vaccin Pfizer deux semaines plus tôt pourtant le compte rendu ne fait aucune relation préférant parler d’une éventuelle cause génétique. 

Une infirmière indique en off que c’est une honte que les patients ne soient pas traités. Qu’elle pense qu’ils veulent que les patients meurent. Ce sont ses mots. Selon elles les rapports de pharmacovigilance ne sont pas faits car cela met trop de temps (jusqu’à 1H).

Une de ses collègues est décédée peu après le vaccin. Celle-ci ne voulait pas être vaccinée en raison de ses croyances religieuses mais elle a été obligée de le faire pour pouvoir travailler. 

Une pharmacienne de l’hôpital indique également qu’on lui interdit de délivrer de l’ivermectine pour les patients COVID sous peine de perdre son emploi.


Publié par Fawkes News



-source-

4 thoughts on “Project Veritas publie le témoignage choc d’une lanceuse d’alerte au sujet du vaccin COVID”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *