Des journalistes sont parfois nommément épinglés ici pour leurs partis-pris, mensonges, omissions, fixettes orientées… Mais il faut toujours veiller à distinguer l’adversaire secondaire et concret (le journaliste) de l’ennemi principal et abstrait (le patron de presse).

Au fond, quand nous gourmandons (…)

Editorial



-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *