L’armée américaine a reconnu avoir tué un responsable d’Al-Qaïda*, peu après que la coalition antidjihadiste menée par les Etats-Unis a assuré ne pas avoir effectué de frappes dans la région d’Idleb.

Deux commandants djihadistes proches d’Al-Qaïda* ont péri lundi dans une frappe de drone de l’armée américaine dans le nord-ouest de la Syrie, a indiqué l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

L’armée américaine a reconnu avoir tué un responsable d’Al-Qaïda*, peu après que la coalition antidjihadiste menée par les Etats-Unis a assuré ne pas avoir effectué de frappes dans la région d’Idleb.

«Les forces américaines ont mené aujourd’hui une frappe antiterroriste près d’Idleb, en Syrie, visant un haut responsable d’Al-Qaïda*», a indiqué dans un communiqué une porte-parole du commandement central américain (Centcom), le lieutenant de vaisseau Josie Lynne Lenny.

«Selon nos premières estimations, nous avons frappé l’individu que nous visions et il n’y a aucun signe de victimes civiles», a ajouté la porte-parole.

Selon l’OSDH, les raids ont visé un véhicule sur la route menant d’Idleb à celle de Bennich, au nord-est de la ville, dans la même province dont une partie est dominée par les djihadistes et qui échappe toujours au contrôle du régime syrien.

Un des commandants tués dans le raid est tunisien tandis que le deuxième est originaire du Yémen ou de l’Arabie saoudite, a indiqué à l’AFP le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane, sans être en mesure de préciser le groupe djihadiste auquel ils appartenaient.

Une partie de la province d’Idleb et des segments des provinces voisines de Hama, Alep et Lattaquié sont dominées par Hayat Tahrir al-Cham (HTS), l’ex-branche syrienne d’Al-Qaïda*.

Formations djihadistes

La région abrite également des groupes rebelles et d’autres formations djihadistes alliées de HTS, dont Hourras al-Din.

Toutes ces factions ont déjà été la cible de raids aériens syriens, russes, mais aussi de la coalition internationale et des Etats-Unis eux-mêmes.

En octobre 2019, neuf djihadistes, dont six combattants de Hourras al-Din, avaient péri dans des frappes russes dans la région.

Un mois plus tôt, 40 chefs djihadistes avaient été tués dans des frappes américaines près de la ville d’Idleb.

Déclenchée par des manifestations pro-démocratie en 2011, la guerre en Syrie s’est complexifiée au fil des ans avec la montée de groupes djihadistes et l’implication de plusieurs puissances régionales et internationales dans le conflit qui a fait environ 500.000 morts et déplacé des millions de personnes.

*Organisation terroriste interdite en Russie





-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *