Faut-il, comme pour le tabac, frapper fort et augmenter drastiquement les taxes sur l’alcool ? C’est en tout cas l’avis de l’OMS, qui estime que près de 5 000 décès et plus de 10 000 cas de cancers pourraient être évités en Europe si une mesure fiscale autorisait le doublement des taxes sur les boissons alcoolisées.

Doubler les taxes sur l’alcool pourrait sauver 4 850 vies et éviter plus de 10 000 cas de cancers, juste en Europe, selon l’Organisation Mondiale de la Santé.

L’alcool favorise directement le développement de sept cancers : bouche, pharynx, œsophage, colorectal, foie, larynx et sein. Raison pour laquelle il pourrait être pertinent de jouer sur les taxes pour freiner la consommation.

Lire aussi : Cancer : un cas sur vingt-cinq serait dû à la consommation d’alcool

L’impact est loin d’être négligeable, puisque l’on éviterait 6 % des nouveaux cas de cancers et des décès liés à la consommation d’alcool sur notre continent.

La Russie, le Royaume-Uni et l’Allemagne particulièrement visés

Pourquoi cette préconisation est-elle avant tout valable pour l’Europe selon l’OMS ? Parce que les taxes sur l’alcool y sont relativement faibles. C’est en Russie, au Royaume-Uni et en Allemagne que cette mesure fiscale aurait l’impact le plus fort. Selon les modélisations, dans ces pays, elle éviterait, respectivement, 725, 680 et 525 morts.

Dans le détail, sur les 4,8 millions nouveaux cas de cancer recensées chaque années en Europe, 1,4 est lié à la consommation d’alcool et 625 000 décès sont recensés. Selon l’OMS, 180 000 cas et 85 000 morts sont directement causés par l’alcool.

Lire aussi : Alcool : pas de niveau sans danger pour la santé, même en terrasse





-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *