par Pepe Escobar.

L’Occident a été littéralement submergé par une offensive de propagande ininterrompue sur les camps de travail forcé ouïghours – démystifiée en profondeur, par exemple, ici. Examinons maintenant l’autre côté – occidental – de l’histoire.

Au début de l’année 2021, Defense for Children (DCI) a intenté un procès à l’Australian Strategic Policy Institute (ASPI) en Nouvelle-Galles du Sud. L’action en justice de DCI accuse l’ASPI d’avoir reçu des fonds d’un certain nombre de fabricants d’armes et d’agences gouvernementales aux États-Unis et au Royaume-Uni qui profitent du travail des prisonniers.

Bien que les avocats de l’ASPI aient assuré que ces fonds seraient coupés si des preuves sérieuses faisaient surface, l’affaire s’est obscurcie et on doute qu’elle aille un jour jusqu’au procès.

Des sources qui préfèrent rester anonymes affirment que l’ASPI a exercé de sérieuses pressions directement sur le siège de DCI à Genève pour qu’il abandonne l’affaire.

Pourquoi cette affaire est-elle si importante ?

Comme beaucoup de ses homologues de la constellation des Five Eyes, l’Australian Strategic Policy Institute (ASPI) se présente comme un « groupe de réflexion indépendant et non partisan ».

L’ASPI, basé à Canberra, a été fondé en 2001 – l’année du 11 septembre. Son financement provient d’un ensemble d’institutions australiennes, en particulier du Ministère australien de la Défense, ainsi que « d’agences gouvernementales étrangères », dont le Département d’État américain, le Pentagone et même l’OTAN, qui a financé un étrange « projet de recherche sur les médias sociaux ».

Le complexe militaire industriel américain est bien représenté par Lockheed Martin, Northrop Grumman et Raytheon. D’autres piliers de l’OTAN comme BAE Systems, Thales et Saab sont également présents.

En résumé, comme beaucoup d’autres groupes de réflexion des Five Eyes, l’ASPI est directement financé par les entreprises d’Armes Inc.

L’ASPI avait au moins 56 sources de revenus en 2018-19 – fadement décrites comme étant soit des « parrainages », soit des « revenus de commissions ». Pourtant, ce qui fait sourciller, c’est qu’une partie importante de ces fonds provenant d’au moins 11 donateurs peut être directement et indirectement liée au travail en prison, qui est assimilé partout dans l’Occident industrialisé à de l’esclavage moderne.

Au moins 4 donateurs de l’ASPI – Lockheed Martin, Boeing, Raytheon et BAE Systems – ont été liés à l’utilisation de la main-d’œuvre carcérale dans la fabrication de composants pour leur matériel militaire.

Raytheon, par exemple, pourrait avoir exploité directement la main-d’œuvre carcérale pour l’assemblage de pièces électroniques destinées aux missiles surface-air Patriot. Un rapport a montré que « la fabrication des pièces du missile coûte aux prisonniers 23 cents de l’heure » et que la direction de la prison est en droit de retenir à volonté une partie ou la totalité des salaires des prisonniers.

Le rapport fédéral américain sur le travail dans les prisons indique en fait, sans ambiguïté, que « tous les prisonniers condamnés valides » sont requis de travailler. Le mot clé est « requis ».

UNICOR, qui exploite pas moins de 110 usines dans 65 prisons fédérales, est fièrement décrite comme le nom commercial des Industries fédérales des Prisons (FPI) aux États-Unis, une « société gouvernementale autonome qui vend des services au prix du marché et des biens de qualité fabriqués par les détenus ». Dont, bien sûr, des armes pour le complexe industrialo-militaire.

Selon les chiffres de 2019, le gouvernement américain – qui exploite de facto les usines pénitentiaires – a financé l’ASPI à hauteur de 1,37 million de dollars.

Unisystems, une entreprise informatique qui vend des interphones pour les prisons américaines, a également financé l’ASPI de 2005 à 2019. La main-d’œuvre carcérale est peut-être bon marché, mais s’ils veulent passer un appel à leur avocat ou à leur famille, ils doivent débourser jusqu’à 24 dollars pour 15 minutes.

BAE Systems a financé l’ASPI entre 2014 et 2019. BAE Systems tire profit des composants fabriqués par la main-d’œuvre carcérale dans le système aérospatial du célèbre véhicule de combat d’infanterie Bradley.

Armes Inc. entièrement aux commandes

L’armée australienne a également fait l’objet d’un examen approfondi, ce qui ne fait qu’aggraver le tableau d’un système de Five Eyes qui arme et profite de désastres en série pendant des années en Afghanistan.

En novembre 2020, le commandant des Forces de Défense australiennes, Angus Campbell, a confirmé que les forces spéciales australiennes ont été impliquées dans des crimes graves en Afghanistan. Une enquête de longue haleine a recommandé que 25 soldats, la plupart appartenant à l’élite des SAS, fassent l’objet d’une enquête pour des cas ayant conduit à l’assassinat de 39 prisonniers afghans, dont des civils – femmes et enfants -, ainsi qu’à la torture de 2 autres.

Comme si les accusations selon lesquelles des soldats australiens commettent des meurtres en Afghanistan alors que des entreprises donatrices d’un organisme australien tirent profit du travail en prison n’étaient pas un mélange assez toxique, l’ASPI est considéré comme la source « indépendante » la plus autorisée pour les questions chinoises en Australie.

Comme ses homologues américains, l’ASPI, en tant que filiale d’Armes Inc. L’un des vecteurs consiste à produire une abondante littérature diabolisant la Chine – avec des rapports détaillés sur le « travail forcé » des Ouïghours – et à promouvoir activement le spectre d’une « menace stratégique chinoise ».

L’autre vecteur fait pression – quoi d’autre – pour une augmentation des dépenses de défense, notamment en matière de missiles. C’est le territoire du Quad (États-Unis, Japon, Inde, Australie). Le Quad doit contenir la Chine à tout prix.

Et c’est ce qui qualifie l’ASPI de lobby de facto pour Armes Inc, bien plus qu’un groupe de réflexion.

Cela devient de plus en plus curieux quand on apprend que le gouvernement australien veut s’équiper du missile antinavire à longue portée (LRASM) AGM-158C, fabriqué par Lockheed Martin, le donateur de l’ASPI.

Amusez-vous donc avec notre petite histoire des « Five Eyes », où un « groupe de réflexion » australien qui se consacre à la diabolisation de la Chine 24/7 reçoit une partie de ses fonds d’une société d’armement qui profite largement du travail des prisonniers occidentaux.

Pepe Escobar


source : https://www.unz.com

traduit par Réseau International



-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *