Merci à Confucius

Source Aube Digitale

Un autre virus classé par l’Organisation mondiale de la santé comme ayant un « potentiel pandémique » se propage plus que d’habitude en raison des pénuries de soins causées par le COVID.

Le London Telegraph rapporte que le virus Nipah, qui s’attaque au cerveau et dont le taux de mortalité peut atteindre 75 %, a tué un garçon de douze ans qui a été baladé dans cinq hôpitaux différents à cause du COVID.

On pense que le garçon a été en contact avec près de 200 personnes, deux agents de santé et la mère du garçon étant déjà en isolement après avoir développé les symptômes, qui sont similaires à ceux du COVID.

Le virus Nipah est connu depuis 1998, mais il a été contenu, la pire épidémie ayant eu lieu il y a vingt ans au Bengale occidental, où 45 des 66 personnes infectées par le virus sont mortes.

Le virus transmis par les chauves-souris a inspiré le film Contagion et, bien que plus mortel que le COVID, il se propage moins efficacement.

Les autorités sanitaires du Kerala, où le garçon est décédé, exhortent les gens à se soumettre à un test de dépistage du virus Nipah, et des mesures de confinement ont été prises dans les régions environnantes.

« Les gens doivent continuer à porter des masques et à pratiquer la distanciation sociale pour empêcher la propagation du virus Nipah. Dans les hôpitaux, les médecins et les infirmières peuvent également porter des équipements de protection individuelle (EPI) », a déclaré Arun N Madhavan, médecin à Kerla.

Le Telegraph note qu’ »il n’y a actuellement aucun médicament disponible pour traiter le Nipah, bien que l’OMS ait identifié le virus comme une maladie prioritaire pour le développement d’un vaccin. »

En juin, l’équipe de virologues de l’Université d’Oxford qui a mis au point le vaccin contre le COVID d’AstraZeneca a annoncé qu’elle avait fait un « grand pas en avant » dans les tests du vaccin contre le Nipah.

Aube Digitale

Voir aussi :

« Une décision qu’ils regretteront » – L’organisme de réglementation australien interdit l’utilisation de l’ivermectine comme traitement pour le COVID-19

Des scientifiques surveillent des serpents radioactifs près du site de fusion de Fukushima

Les commentaires et les articles y compris ceux en « tribune libre » sont signés du nom des auteurs et engagent leur seule responsabilité sans que « lesmoutonsenrages » ne prennent en rien à leur compte leur orientation





-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *