Deux femmes et trois hommes sont candidats à la primaire des écologistes, dont le premier tour se déroulera du 16 au 19 septembre et le second du 25 au 28 septembre. Reporterre a dressé leurs portraits et les a interrogés. Nous publions ici la compilation de ces articles.

Dans la perspective de la présidentielle 2022, les écologistes organisent une primaire à partir du 16 septembre. Voici les entretiens et les portraits de chaque candidat et candidate (l’ordre a été tiré au sort) : Yannick Jadot, Sandrine Rousseau, Éric Piolle, Jean-Marc Governatori et Delphine Batho.

ENTRETIENS

Yannick Jadot : « Un seul objectif, gagner ! »

© Mathieu Génon/Reporterre

Sandrine Rousseau : « On a besoin d’une radicalité écologique »

© Mathieu Génon/Reporterre

Éric Piolle : « Rassembler l’arc humaniste autour de l’écologie politique »

© Mathieu Génon/Reporterre

Jean-Marc Governatori : « Je suis écologiste centriste, pas écologiste de gauche »

© Mathieu Génon/Reporterre

Delphine Batho : « La décroissance est le seul projet politique réellement alternatif »

© Mathieu Génon/Reporterre

PORTRAITS

Yannick Jadot, l’écolo pragmatique

© Mathieu Génon/Reporterre

« Un pilier d’EELV » pour les uns, « trop droitier » pour les autres, l’eurodéputé Yannick Jadot se pose à la primaire écologiste comme le candidat capable de propulser les Verts à la présidentielle de 2022. Reste à convaincre certains militants déçus de son retrait en 2017.


Sandrine Rousseau, l’écoféministe qui dérange

© Mathieu Génon/Reporterre

L’économiste, vice-présidente de l’université de Lille, se présente comme la plus radicale des cinq candidats à la primaire écologiste. Sandrine Rousseau assume une « écologie de transformation », un projet qui lui vaut régulièrement des attaques sur les réseaux sociaux.


Éric Piolle, le maire qui voudrait devenir président

© Mathieu Génon/Reporterre

Il est l’un des seuls candidats à la primaire écologiste à exercer un mandat local. Si Éric Piolle, maire de Grenoble, part dans la course avec un bilan critiqué par une partie du milieu associatif grenoblois, l’homme reste toutefois « focalisé sur cette victoire ».


Jean-Marc Governatori, l’écolo qui ne joue pas collectif

© Mathieu Génon/Reporterre

Réintégré dans la course à la primaire écologiste malgré des désaccords avec EELV, Jean-Marc Governatori défend désormais une « écologie centriste ». Certains propos et rapprochements controversés pèsent toutefois sur le conseiller municipal de Nice.


Delphine Batho, écolo anxieuse mais déterminée

© Mathieu Génon/Reporterre

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d’une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire



-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *