Eric Zemmour, dont le temps de parole dans les médias audiovisuels est désormais décompté, a accusé le 9 septembre le gouvernement d’avoir exercé une pression sur le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), à l’origine de cette décision.

«Les politiques sont tellement lâches qu’ils se cachent derrière [le CSA] soi-disant indépendant, qui n’est absolument pas indépendant et qui est soumis à toutes les pressions, de gens d’En marche, du gouvernement et d’Emmanuel Macron», a réagi ce 9 septembre sur CNews Eric Zemmour après la décision de l’Autorité de régulation de l’audiovisuel de décompter son temps de parole dans les médias.

Les prises de parole d’Eric Zemmour portant sur «le débat politique national» feront en effet l’objet d’un décompte, selon la décision publiée la veille par le CSA, qui considère désormais Eric Zemmour comme une personnalité politique.

«Bien sûr que j’accuse sans preuve, oui, j’ai aucune preuve, mais c’est un fait. Je dis d’où ça sort. On voit bien d’où ça vient, donc oui, j’accuse, j’accuse ces gens de vouloir me faire taire», a-t-il poursuivi. Par ailleurs, selon une source au sein de la commission de la carte de presse citée ce 9 septembre par plusieurs journalistes sur Twitter, l’écrivain polémiste ne disposerait plus de la carte de presse.

Depuis plusieurs mois, une candidature à l’élection présidentielle du chroniqueur vedette de CNews est régulièrement évoquée. En juillet dernier, l’association «Les amis d’Eric Zemmour» a décroché son agrément auprès de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques pour financer un parti politique du même nom.





-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *