Une tentative maladroite de déterminer qui est à blâmer pour n’avoir pas su prévoir la victoire rapide des talibans et la désintégration des forces gouvernementales afghanes masque les leçons stratégiques les plus importantes de la guerre en Afghanistan.

Les tournants de l’histoire arrivent généralement par surprise car, si les pouvoirs en place pouvaient les voir venir, ils prendraient des mesures pour les éviter. Les gouvernements et le public aiment à croire que l’histoire est plus inévitable qu’elle ne l’est réellement. Des événements inattendus de grande importance, tels que la chute de la France en 1940, le renversement du Shah en 1979 et l’effondrement de l’Union soviétique en 1991, ont été suivis d’enquêtes visant à déterminer pourquoi les experts ne les avaient pas prévus.

Ces enquêtes fouillent en profondeur à la recherche des causes profondes des changements historiques et les trouvent toujours. Mais, comme l’a dit Lord Northcliffe, il ne faut jamais “perdre le sens du superficiel”. Les ingrédients clés des évolutions historiques importantes peuvent être des décisions et des actions qui se sont produites alors qu’elles auraient pu facilement aller dans l’autre sens. Par exemple, Saddam Hussein avait des raisons de longue date d’envahir le Koweït en 1990, mais aucune de ces raisons n’aurait eu d’importance si le dirigeant irakien avait changé d’avis à la dernière minute.

J’ai soutenu pendant une décennie que le gouvernement afghan était une épave flottante et que c’était son impopularité et sa fragilité, et non la force des talibans, qui était la force motrice des événements. Pourtant, aussi insatisfaisante que soit cette situation, elle aurait pu durer encore longtemps si Donald Trump n’avait pas signé un accord de retrait américain extrêmement unilatéral avec les talibans en février 2020. Et même cela n’aurait peut-être pas donné lieu à la débâcle finale si Joe Biden n’avait pas décidé, pour des raisons de politique intérieure, de faire de l’esbroufe dans son discours du 14 avril dernier confirmant le départ américain avant l’anniversaire du 11 septembre.

Il a déclaré à juste titre que le régime afghan constituait une branche trop pourrie pour que les États-Unis puissent s’y accrocher indéfiniment, puis il a décidé de se jeter sur cette même branche sans s’attendre à ce qu’elle se casse. Les détails de la façon dont tout s’est effondré cette nuit-là, et comment cela aurait pu être évité, font l’objet d’un débat véhément, mais une leçon bien plus importante est que le mode de guerre américain est dysfonctionnel et génère automatiquement l’échec.

Les affirmations selon lesquelles les États-Unis auraient pu empêcher le retour des talibans s’ils n’avaient pas été occupés par la guerre en Irak ou s’ils n’avaient pas consacré trop de temps à la “construction de la nation” en Afghanistan, doivent être rejetées comme les absurdités égocentriques qu’elles sont. Entre 2001 et 2021, les administrations américaines ont invariablement agi en fonction de leurs propres intérêts politiques intérieurs lorsqu’il s’agissait de l’Afghanistan, ces intérêts coïncidant rarement avec ceux des Afghans ordinaires.

Fait curieux, les États-Unis avaient gagné la guerre dès les premiers mois de 2002, date à laquelle les forces soutenues par les États-Unis avaient renversé les talibans et Al-Qaïda avait quitté le pays pour le Pakistan. Mais la Maison Blanche a poursuivi la “guerre contre le terrorisme”, même en l’absence de terroristes, en raison de son fort attrait en tant que slogan et politique auprès d’un public américain durement éprouvé par le choc du 11 septembre. Les forces américaines ont ramené et soutenu les anciens chefs de guerre, dont le banditisme sanguinaire entre 1992 et 1996 avait donné naissance aux talibans par réaction. Les mafiosi style afghan, grands et petits, ont utilisé le soutien américain pour gagner du pouvoir et de l’argent, dénonçant souvent leurs rivaux comme des partisans secrets des talibans et d’Al-Qaïda.

La manière dont ce processus a discrédité les forces anti-talibans et produit le retour des talibans est expliquée dans le livre brillant et détaillé d’Anand Gopal, “No Good Men Among the Living : America, the Taliban and the War through Afghan Eyes“. S’appuyant sur de nombreux entretiens, il décrit de manière convaincante comment l’intervention militaire américaine a d’abord permis de se débarrasser des talibans avant de les remplacer par des chefs locaux prédateurs qui dénonçaient comme “terroristes” tous ceux qui se mettaient en travers de leur chemin.

Nombreux sont ceux qui, dans le sud de l’Afghanistan pachtoune appauvri, autrefois le fief des talibans, se sont réjouis de leur élimination, espérant que l’intervention américaine serait synonyme d’élections démocratiques et d’aide économique. La désillusion a commencé très tôt lorsque des paysans apolitiques ou anti-talibans ont commencé à se faire embarquer pour être maltraités et enfermés à l’aéroport de Bagram et à Guantanamo. Parmi les nombreux exemples, Gopal raconte que dans une région, “les forces américaines ont attaqué l’école et la maison du gouverneur en janvier 2002, éliminant en une seule nuit la plupart des dirigeants pro-américains du district”.

De telles “erreurs” faisaient partie intégrante de la manière dont les États-Unis ont contribué à la résurrection des talibans pendant deux décennies en utilisant des équipes d’assaut pour organiser des raids nocturnes et la puissance aérienne à toute occasion, leurs cibles étant souvent choisies par des renseignements défectueux et à visée partisane.

En 2014, je me trouvais à Herat, dans l’ouest de l’Afghanistan, pour écrire sur trois villages de la province de Farrar bombardés par l’aviation américaine, qui avait tué 117 villageois, dont 61 enfants, après que la police locale eut appelé à une frappe aérienne. Malgré des cratères de bombes profonds de 5 mètres, un porte-parole américain a d’abord affirmé que le massacre avait été causé par des grenades lancées par les talibans sur les maisons.

Ces atrocités se sont aggravées ces dernières années, à mesure que les États-Unis retiraient leurs troupes au sol et s’appuyaient davantage sur les “raids nocturnes”, souvent menés par des unités d’assaut afghanes organisées par les États-Unis, qui étaient en réalité des escadrons de la mort. Le nombre de soldats américains pouvait diminuer, mais pas la quantité de bombes et de missiles utilisés.

Comme on pouvait s’y attendre, les motivations des jeunes hommes qui ont rejoint les talibans ces dernières années étaient doubles selon les rapports locaux et n’avaient rien à voir avec l’islam fondamentaliste. Les combattants ont déclaré qu’ils s’étaient engagés parce que des civils étaient tués ou blessés par des frappes aériennes et des raids nocturnes, et parce que les États-Unis soutenaient des tribus et des groupes ethniques qui leur étaient hostiles.

En fin de compte, Washington a mis au point une méthode de guerre sans fin, et ce à grands frais – les chiffres varient entre 1 000 et 2 300 milliards de dollars sur 20 ans, selon la façon dont ils sont calculés. La puissance aérienne américaine a peut-être tué de nombreux talibans, mais elle en a recruté beaucoup plus.

Les États-Unis ont limité leurs propres pertes militaires en utilisant des drones et des frappes aériennes dont le ciblage repose sur des images satellites difficiles à interpréter et des informateurs locaux douteux. Comme il se doit, l’une des dernières actions militaires directes des États-Unis à l’aéroport de Kaboul a été une frappe de drone visant des kamikazes, qui a tué dix civils, dont sept enfants.

Patrick Cockburn

Traduction “l’ancienne n’était pas terrible non plus…” par Viktor Dedaj avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles





-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *