par M.K. Bhadrakumar.

11. Les États-Unis s’éclipsent de Kaboul mais sont revanchards

Les points de presse consécutifs du 30 août du général Kenneth F. McKenzie Jr, commandant du Commandement central des États-Unis, et d’Antony Blinken, secrétaire d’État, sur l’Afghanistan, donnent l’image d’une superpuissance gravement meurtrie et aigrie, mais qui reste revancharde. Ce sont de mauvaises nouvelles.

Le général McKenzie a déclaré : « Les Taliban se sont montrés très pragmatiques et très entreprenants… ils nous ont en fait beaucoup aidés à mettre fin à nos opérations ». Mais les Américains n’ont même pas voulu partager avec les Taliban l’heure exacte de leur « exfiltration tactique ». Il n’y a pas eu non plus de « discussion sur la remise de quoi que ce soit ».

Cinq avions chargés de personnel américain, civil et militaire, viennent de s’éclipser du sol afghan le 31 août, date limite de fin d’occupation fixée par les Taliban ! Quelle drôle de façon de terminer la « guerre éternelle » !

L’amertume transparaît. Avant de partir, les États-Unis ont « démilitarisé » l’aéroport de Kaboul. C’est-à-dire que les États-Unis ont désactivé les systèmes C-RAM qui assurent la défense aérienne de l’aéroport contre les attaques à la roquette – « afin qu’ils ne soient plus jamais utilisés » – et quelque sept douzaines de MRAP (véhicules tactiques légers résistants aux mines et protégés contre les embuscades) – « qui ne seront plus jamais utilisés par personne » – ainsi que 27 véhicules tactiques Humvees – « qui ne seront plus jamais conduits ».

« Et en outre, sur les pistes de l’HKIA (aéroport international Hamid Karzai) se trouvent un total de 73 avions. Ces avions (afghans) ne pourront plus jamais voler après notre départ. Ils ne pourront jamais être exploités par qui que ce soit… ils ne pourront certainement plus jamais voler », s’est vanté le général McKenzie.

Pourquoi une telle politique de la terre brûlée ? La pétulance est évidente. Mais on n’a même pas demandé au général quatre étoiles d’expliquer pourquoi il était si content de lui. Il est clair que les États-Unis considèrent les Taliban comme des ennemis potentiels et qu’ils les ont défigurés dans toute la mesure du possible.

Et ce, alors que le général McKenzie a également reconnu que l’État islamique reste « une force très meurtrière et je pense que nous estimons qu’il y a probablement au moins 2 000 combattants purs et durs de l’EI en Afghanistan maintenant… et cela va être un défi pour les Taliban, je crois, dans les jours à venir ».

D’autre part, le général a également insisté : « Nous avons besoin que l’aéroport (de Kaboul) soit opérationnel et nous avons besoin que l’aéroport soit opérationnel rapidement pour les civils – vous savez, pour le trafic civil. Nous allons donc faire tout ce que nous pouvons pour y contribuer ».

Par conséquent, les États-Unis n’ont pas « démilitarisé » les équipements nécessaires aux opérations aéroportuaires civiles, tels que les camions de pompiers et les chargeurs frontaux, afin que l’aéroport de Kaboul puisse être opérationnel « dès que possible » « pour poursuivre l’évacuation des Afghans et des étrangers bloqués ».

Il n’est pas nécessaire d’être un général pour savoir que tant que l’aéroport de Kaboul sera menacé par des attaques à la roquette, aucune compagnie aérienne civile n’y opérera. Pourtant, les États-Unis ont « démilitarisé » l’aéroport !

Sophisme mis à part, le fait est que les États-Unis ne sont pas d’humeur à pardonner d’avoir été humiliés de la sorte par une force insurgée et d’être passés pour des « perdants » sur le plan international. Ils feront tout ce qui est nécessaire pour faire de la vie des Taliban un enfer sur le plan militaire. « Après moi, le déluge ! »

Le général McKenzie a refusé de s’engager dans une discussion sur les relations futures des États-Unis avec les Taliban. Il est resté évasif : « Je ne peux pas prévoir la manière dont se déroulera la coordination future entre nous (États-Unis et Taliban). Je laisse cela pour – pour une date ultérieure. Je dirai simplement qu’ils voulaient que nous partions ; nous voulions partir avec notre peuple et avec nos amis et nos partenaires. Et donc, pendant cette courte période, nos problèmes – notre – notre – notre vision du monde était congruente, elle était la même ».

Le ton amer est évident. Et la Schadenfreude (joie malsaine) était aussi au rendez-vous : « Je pense que les Taliban vont avoir du pain sur la planche avec l’EI-K. Ils ont laissé beaucoup de ces gens sortir de prison, et maintenant ils vont pouvoir récolter ce qu’ils ont semé ».

« Eh bien, je pense que la menace terroriste va être très élevée. Et je ne veux pas minimiser cela ». Le plan de match consiste à faire ramper les Taliban à genoux et à les faire supplier pour l’aide de l’OTAN afin d’exploiter l’aéroport de Kaboul.

Il est peu probable que les États-Unis respectent la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Afghanistan. L’Afghanistan est d’une grande importance en tant que centre stratégique pour poursuivre l’endiguement de la Chine, de la Russie et de l’Iran. Au nom du contre-espionnage et de la lutte contre le terrorisme de l’EI, il est toujours possible d’intervenir, que le gouvernement des Taliban l’approuve ou non. Dans le même temps, la résolution du Conseil de Sécurité de l’ONU du 30 août permet de faire pression sur les Taliban, même si le débat a montré que la Russie et la Chine sont déjà sur leurs gardes.

Les États-Unis exercent une grande influence sur l’ensemble des acteurs non taliban de la politique afghane. À moins que les Taliban ne se plient aux souhaits des États-Unis, Washington a la possibilité de monter les factions afghanes les unes contre les autres, y compris les factions au sein des Taliban. Selon les États-Unis, les Taliban ont encore un long chemin à parcourir avant d’asseoir leur domination sur le pays. Dans l’ensemble, le général Mckenzie s’est montré sceptique quant à l’avenir des Taliban.

Il ne fait aucun doute que les services de renseignement américains ont pénétré chez les Taliban et qu’ils sont peut-être même capables de les diviser. Si la situation se dégrade, les États-Unis peuvent créer une situation semblable à celle de la Syrie pour maintenir efficacement l’instabilité en Afghanistan afin de contrecarrer les plans de la Chine pour la Ceinture et la Route et pour l’exploitation des vastes richesses minérales du pays, estimées à environ 3 000 milliards de dollars.

Le modèle syrien implique de travailler par le biais de mandataires locaux. Les rebelles du Pandjshir sont fortement liés à l’Occident. Amrullah Saleh a été formé par la CIA dans les années 1990. Ahmad Massoud est un produit de Sandhurst et du King’s College de Londres (ce dernier est réputé pour son « repérage de talents »). Massoud a d’ailleurs sollicité l’aide occidentale pour combattre les Taliban.

Lors de son point de presse du 30 août, Blinken n’a pas mâché ses mots : « Si nous avons des attentes à l’égard des Taliban, cela ne signifie pas que nous allons compter sur eux… À l’avenir, tout engagement avec un gouvernement dirigé par les Taliban à Kaboul ne sera motivé que par une seule chose : nos intérêts nationaux vitaux ».

Les États-Unis mettent en place les outils coercitifs nécessaires pour faire pression sur les Taliban. Selon Blinken, « le point principal que je veux faire passer ici aujourd’hui est que le travail des États-Unis en Afghanistan se poursuit. Nous avons un plan pour la suite. Nous le mettons en œuvre ». lire la suite

Non, il n’y aura pas de répétition du « syndrome du Vietnam ».

source : https://www.indianpunchline.com/reflections-on-events-in-afghanistan-11/

*

Les Taliban prennent le contrôle de l’aéroport de Kaboul, le 31 août 2021.
12. Reconnaître ou ne pas reconnaître, telle est la question

Lors du briefing hebdomadaire du jeudi 2 septembre à Moscou, la porte-parole du Ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a déclaré que la Russie envisagerait de reconnaître les nouvelles autorités afghanes dès qu’un gouvernement inclusif serait formé dans le pays.

Pour citer Zakharova : « Nous appelons à la mise en place d’un gouvernement de coalition inclusif en Afghanistan qui impliquerait toutes les forces ethniques et politiques du pays, y compris les minorités ethniques, donc la question de la reconnaissance des autorités du pays se posera après la fin du processus ».

Il est fort probable que le gouvernement dirigé par les Taliban sera effectivement un gouvernement de coalition inclusif. Une annonce à cet égard est attendue à Kaboul, selon certaines informations, dès vendredi.

La remarque de Mme Zakharova est tournée vers l’avenir et semble refléter les dernières réflexions russes. Récemment encore, l’envoyé spécial du président russe pour l’Afghanistan, Zamir Kabulov, avait fait remarquer qu’il était impossible de retirer les Taliban de la liste des terroristes avant une décision du Conseil de Sécurité de l’ONU. « En ce qui concerne la reconnaissance, nous ne sommes pas pressés. Nous verrons comment le régime agit », a-t-il déclaré.

En effet, la position de Moscou sur la question de la reconnaissance du nouveau gouvernement afghan est vitale pour sa stabilité. Il est désormais évident que les États-Unis feront tout ce qu’il faut pour empêcher le nouveau gouvernement de s’imposer. Le Pentagone se prépare à se venger des Taliban pour leur défaite humiliante dans la guerre. Quant à savoir s’il existe une possibilité pour les États-Unis de coordonner leur action avec celle des Taliban dans la lutte contre l’EI-K, le secrétaire à la Défense Lloyd Austin est resté évasif.

Ce que cela implique, c’est que les États-Unis ont d’abord l’intention de paralyser financièrement le gouvernement afghan par le biais de sanctions, du gel des avoirs, de l’interdiction d’accès aux banques internationales, etc., pour ensuite le contourner et faire à peu près ce qu’ils veulent avec peu de considération pour la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Afghanistan. Une analyse publiée mardi par la Brookings Institution s’intitule « Le régime des Taliban survivra-t-il ? ».

Selon cette analyse, « le défi du groupe (Taliban) de maintenir la cohésion entre ses nombreuses factions d’intensité idéologique et d’intérêts matériels variés est plus difficile à relever maintenant qu’il est au pouvoir ».

« Les factions ont des opinions divergentes sur la façon dont le nouveau régime devrait gouverner dans presque toutes les dimensions de la gouvernance : l’inclusion, la gestion des combattants étrangers, l’économie et les relations extérieures. De nombreux commandants de niveau intermédiaire sur le champ de bataille – plus jeunes, plus connectés aux réseaux djihadistes mondiaux et sans expérience personnelle de la mauvaise gestion des Taliban dans les années 1990 – sont plus intransigeants que les principaux dirigeants nationaux et provinciaux plus âgés ».

De toute évidence, les services de renseignement américains ont fait de profondes incursions chez les Taliban et ont acquis la capacité de les diviser, de les affaiblir et de les soumettre, lorsque le moment sera venu. Inutile de dire que les Taliban n’auront pas la vie facile. L’intérêt de Washington est de créer une situation « apatride » dans le pays, sans gouvernement central opérationnel, afin de pouvoir intervenir à volonté et poursuivre ses objectifs géopolitiques à l’égard des pays de la région.

L’objectif non avoué est de déclencher une guerre hybride dans laquelle les combattants de l’EI transportés par avion par les États-Unis depuis la Syrie et transférés en Afghanistan, ainsi que des vétérans aguerris d’Asie centrale, du Xinjiang, du Caucase du Nord, etc. opèrent dans les régions entourant l’Afghanistan.

La Russie semble se rendre compte des graves implications de la stratégie américaine en cours. L’ambassadeur Vassily Nebenzia a eu raison de s’interroger sur les intentions malveillantes des États-Unis et de leurs alliés qui ont fait adopter à la hâte lundi par le Conseil de Sécurité des Nations unies la résolution 2593 (2021) sur l’Afghanistan.

Le temps de l’ambivalence est révolu. La survie du gouvernement de coalition dirigé par les Taliban dépendra essentiellement du soutien international. Le principal déterminant de la politique des États régionaux devrait donc être de savoir si un gouvernement stable à Kaboul est dans leur intérêt vital ou non.

L’Afghanistan est aujourd’hui si désespérément fragmenté sur le plan politique et les États-Unis ont systématiquement sapé et affaibli l’Alliance du Nord pour ouvrir la voie à leur gouvernement fantoche à Kaboul que le gouvernement taliban est littéralement le dernier train à quitter la gare. S’il s’effondre, l’unité de l’Afghanistan est en péril. Il sera découpé en fiefs par des seigneurs de guerre, comme la Somalie ou le Yémen, et deviendra une source permanente de déstabilisation régionale et de terrorisme. Est-ce là ce que des États régionaux responsables comme l’Inde souhaitent dans leur voisinage immédiat ?

La réponse est très claire. La « sécurité intérieure » des États-Unis ne sera pas affectée si l’Afghanistan sombre dans le chaos total. Mais les États régionaux sont parties prenantes d’une manière ou d’une autre et il n’y a pas d’exception ici – les États d’Asie centrale, la Chine, la Russie, l’Iran, le Pakistan et l’Inde naviguent tous dans le même bateau.

L’intérêt personnel de chacun des États régionaux est de renforcer le nouveau gouvernement afghan et de l’aider à vaincre l’EI-K et d’autres groupes terroristes qui ont proliféré pendant la période d’occupation américaine. Par conséquent, la reconnaissance du nouveau gouvernement de Kaboul par les États régionaux est une nécessité vitale.

Il est impératif de s’assurer que les Taliban respectent leur engagement de réprimer les groupes terroristes opérant sur le sol afghan. Les États régionaux ne peuvent et ne doivent pas confier leur tâche à Washington. Au nom de la solidarité internationale, les États-Unis orchestrent en fait l’isolement de l’Afghanistan en tant qu’ « État paria », pour reprendre l’expression favorite du secrétaire d’État Blinken.

Si le stratagème américain réussit, les États de la région paieront un lourd tribut, car son résultat logique sera l’ascension de l’État islamique en Afghanistan. Et il n’y a rien de tel que la sécurité absolue. La sécurité et la stabilité de l’Afghanistan sont inextricablement liées à la sécurité et à la stabilité régionales. D’où la nécessité impérative de rester engagé de manière constructive avec le gouvernement des Taliban, et de l’aider à se consolider rapidement afin d’exercer un effet de levier sur ses politiques et de l’encourager à évoluer dans un sens positif.

M.K. Bhadrakumar


illustration : L’unité militaire d’élite Badri 313 des Talibans prend position après le retrait des troupes américaines de l’aéroport de Kaboul, le 31 août 2021.

source : https://www.indianpunchline.com

traduit par Réseau International

1ère partie – Réflexions sur les événements en Afghanistan
2ème partie – Réflexions sur les événements en Afghanistan
3ème partie – Réflexions sur les événements en Afghanistan
4ème partie – Réflexions sur les événements en Afghanistan



-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *