Voici la présentation partagée lors de la session II du symposium interdisciplinaire, « Gold Standard Covid Science in Practice » qui s’est tenu en juillet 2021. Ce symposium d’urgence « de Doctors For Covid Ethics » était constitué de scientifiques, de juristes et d’économistes internationaux de renom qui appellent à des interventions immédiates dans la crise actuelle. Nous avons ajouté plusieurs commentaires et liens en fin d’article.

john titus

Transcription de la vidéo située en fin d’article

Taylor Hudak : Bonjour à tous et bienvenue à la session II du symposium interdisciplinaire en ligne, présenté par Doctors for Covid Ethics et accueilli par UK column.

Je suis votre modérateur Taylor Hudak. Vous avez entendu d’éminents experts médicaux du monde entier, vous expliquer la science du COVID-19 d’un point de vue médical, et bon nombre des mesures prises pour empêcher la propagation du COVID-19 ont eu un profond impact économique. Au cours de cette session de la conférence, vous entendrez d’éminents experts dans les domaines de l’économie et de la finance, vous expliquer la dimension économique de l’élaboration et de la réponse actuelle au COVID-19.

Notre premier intervenant à discuter de la pandémie sous l’aspect monétaire est John Titus. John Titus a écrit, produit et réalisé des vidéos sur la perte de l’État de droit aux États-Unis depuis 2014. Ses vidéos révèlent en grande partie le crime de Wall Street, et le copinage dans le système financier. Il est titulaire d’un Juris Doctor et a plaidé pendant 25 ans. Il est également titulaire d’une licence et d’une maîtrise en génie électrique, et a travaillé comme ingénieur électrique dans l’industrie spatiale. Depuis 2020. John a coproduit et coanimé Money and Markets avec Catherine Austin Fitz.

John, je veux vous souhaiter la bienvenue sur le stream.

John Titus : Merci de me recevoir. Et je vais me lancer tout de suite parce que c’est 20 minutes. Et ce qui s’est passé pendant la pandémie est très certainement un événement monétaire. Mais vous devez suivre un cours accéléré sur certains aspects du système monétaire, qui ne sont pas accessibles, et qui ne sont pas connus du grand public, même des profanes intelligents ou, dans de nombreux cas, des banquiers eux-mêmes. Mais ce qui s’est passé, je vais vous donner un aperçu des preuves, et ensuite je vais entrer dans les preuves elles-mêmes.

Ce qui s’est passé, c’est qu’en mars 2020, la Réserve Fédérale, la banque centrale américaine, a entamé un plan d’action qui rompt radicalement avec un modèle monétaire vieux d’un siècle. Et le nouveau plan d’action de la FED à cette époque était d’utiliser son pouvoir de créer de l’argent public ou de gros, afin d’impacter directement les fonds de détail et les fonds d’investissement.

Ne vous inquiétez pas, si vous ne comprenez pas immédiatement, je vais vous donner un cours accéléré comme je l’ai dit, et vous guider, pour que vous puissiez comprendre et voir ce qui se passe pendant la pandémie, sur l’ordre et à l’instigation de la Fed, qui sont des actions délibérées.

Mais une fois que la pandémie a commencé, une fois que la Fed a commencé à ajouter de plus en plus d’argent, d’argent de gros à son bilan, la Fed a ajouté 3 trillions de dollars, elle a pratiquement doublé son bilan en l’espace de quelques semaines, et cela a provoqué la création en miroir de 3 trillions de dollars d’argent de détail, et l’argent de détail est l’argent que vous, moi et les personnes qui regardent ce symposium utilisent. Mais il s’avère, que le nouveau plan d’action de la Fed qui a débuté en mars 2020, était conforme à un plan, conçu par BlackRock, et présenté à la Fed et à toutes les banques centrales du monde en août 2019.

Il s’agissait donc essentiellement d’une réponse en 4 ordonnances à une crise, nous allons examiner le plan de BlackRock et vous allez le voir.

BlackRock a conseillé à la Fed de mettre en œuvre son plan sans précédent, et sans précédent est le mot de BlackRock, lorsque la prochaine récession économique a frappé, en fait, c’est le titre du papier de Black Rock concernant la prochaine récession économique. Et comme le destin l’a voulu, ce ralentissement a en fait commencé en septembre 2019, à New York, dans ce qu’on appelle le marché des pensions, qui s’était beaucoup aggravé pendant la pandémie. Ils ont très certainement commencé en septembre 2019.

Et BlackRock a présenté son plan lors d’une réunion à Jackson Hole au Wyoming, organisée par la Réserve fédérale, et à laquelle ont participé toutes les banques centrales du monde et tous les grands pontes monétaires et financiers du monde. BlackRock a présenté ce plan, qu’il a appelé son « plan de création d’argent de banque centrale » et d’une manière ou d’une autre de faire passer l’argent de banque centrale ou l’argent public dans des mains privées. BlackRock a appelé ce plan « going direct ».

Maintenant, depuis que la Fed a mis en œuvre les plans de BlackRock de déversement direct à partir de mars 2020. Elle a laissé un bilan monétaire derrière elle, et lorsque vous examinez ce bilan monétaire, vous pouvez voir très clairement, que la Fed suivait à la lettre, sans aucun doute, le plan « going direct » de BlackRock.

Et dans ce contexte, je voudrais maintenant vous présenter un clip, d’un gars nommé Agustín Carstens. Agustín Carstens est le directeur général de la banque pour les règlements internationaux, et il va parler essentiellement des monnaies numériques des banques centrales dans un court clip ici, de moins d’une minute.

Les monnaies numériques des banques centrales sont ce vers quoi nous nous dirigeons. C’est en quelque sorte la troisième étape. La deuxième étape est ce dont je vais largement parler aujourd’hui. Mais je veux que vous sachiez où nous en sommes, où nous allons, avec tout cela, et ce que tout cela signifie. Je vais donc aller droit au but et vous montrer où nous finissons.

Et gardez à l’esprit que cela vient du directeur de la Banque des règlements internationaux, la BIS est la banque centrale des banques centrales. Donc, toutes les banques centrales du monde font partie de la BIS, la Réserve fédérale, la Banque d’Angleterre, la Banque du Japon, la Banque centrale européenne, ainsi de suite.

Voici Carstens, écoutez ce qu’il dit sur les monnaies numériques des banques centrales, parce que c’est là où nous allons.

— — –

Maintenant, dans toutes nos analyses sur la CBDC*, en particulier, pour l’utilisation générale, nous avons tendance à établir l’équivalence avec l’argent liquide. Et là, il y a une énorme différence. Par exemple, dans l’argent liquide, nous ne savons pas, par exemple, qui utilise un billet de 100 $, nous ne savons pas qui utilise un billet de 1000 pesos.

Une différence essentielle avec la CBDC, est que la banque centrale aura un contrôle absolu, sur les règles et les règlements qui détermineront l’utilisation de cette expression de la responsabilité de la banque centrale. Et nous disposerons également de la technologie nécessaire pour les faire respecter.

— — –

Voilà, vous l’avez entendu de sa propre bouche, le contrôle absolu du système monétaire, par les banques centrales. En fin de compte, elles essaieront de contrôler chaque dollar que vous dépensez et de décider de l’achat que vous voulez faire avec votre monnaie électronique, parce qu’elles n’aiment pas l’argent liquide car ils ne savent pas où il finit. Et c’est là que nous allons.

Maintenant, pour comprendre où nous sommes et pour comprendre où nous étions, vous devez comprendre quelque chose sur le système monétaire. Et il n’est pas très connu, comme je l’ai dit.

C’est le système monétaire à circuit divisé, le système monétaire à circuit divisé est en place dans le monde entier, pratiquement partout dans le monde, sauf quelques précieuses exceptions.

Tout le monde, chaque pays, chaque juridiction majeure a un système monétaire à circuit divisé. Et pour être clair, ce circuit implique l’électronique, car comme vous venez de l’entendre, les banquiers centraux n’aiment pas l’argent liquide, donc nous excluons l’argent liquide de cette discussion et nous allons nous concentrer sur l’argent électronique des banques, sur l’argent électronique en général. Mais cet argent existe dans un circuit divisé. Qu’est-ce que je veux dire par là ? Un circuit divisé, ça veut dire que ce sont deux circuits, c’est vraiment divisé en deux. Un circuit est le circuit privé.

Et un circuit est le circuit public. C’est l’autre circuit, ce sont deux circuits, le circuit privé est le circuit de détail. Et le circuit public est le circuit de gros, privé et public sont ce que nous allons voir, premièrement qui émet l’argent dans les circuits respectifs.

Et donc commençons par le circuit privé parce que c’est le circuit que nous utilisons, le circuit monétaire de détail, qui est dans ce circuit ? Comme je l’ai dit, l’émetteur de l’argent dans le circuit privé, ce sont les banques commerciales. Les banques commerciales créent de l’argent et le prêtent, donc elles créent de l’argent à partir de rien quand elles font des prêts. Et ensuite, cet argent circule dans un circuit, d’utilisateurs de monnaie de banque commerciale, et finalement, vous savez, les débiteurs remboursent l’argent.

Pendant longtemps, pendant près d’un siècle, les économistes ont débattu, pour savoir si les banques commerciales pouvaient créer de l’argent à partir de rien. Et ce débat, sur le fait qu’elles puissent le faire a été résolu, définitivement résolu en 2014. Dans un article brillant, et je n’utilise pas ce terme… je l’utilise très parcimonieusement, un article brillant par l’un des participants ici aujourd’hui le professeur Richard Werner, dans un article de 2014 intitulé « les banques peuvent-elles individuellement créer de l’argent à partir de rien », dans lequel Werner, sans aucun doute et sans l’ombre d’un doute prouve que les banques commerciales créent de l’argent à partir de rien.

J’ai été tellement impressionné par ce papier, quand je l’ai découvert en 2018 que j’ai fait une vidéo à ce sujet sur ma chaîne YouTube, je l’ai appellé « maman, d’où vient l’argent ? » Vous êtes en train de regarder une capture d’écran de cette vidéo. Et vous pouvez voir cette vidéo sur ma chaîne YouTube, c’est la chaîne Best Evidence, j’ai un peu édulcoré cet article à la consternation de l’auteur, comme il s’est avéré sur la base d’emails ultérieurs, mais vous pouvez revoir l’article ou regarder la vidéo et voir que les banques commerciales créent de l’argent à partir de rien. C’est incontestable maintenant, grâce au professeur Werner.

Alors, qui utilise le circuit monétaire des banques commerciales ? En termes simples, les utilisateurs du circuit monétaire de la banque commerciale, du circuit monétaire de détail, sont des entités non bancaires, et des gens comme vous et moi, pour terminer le circuit. Mais c’est essentiellement qui utilise la banque commerciale, le circuit monétaire de détail.

Donc si vous avez un compte à la Bank of America, ce qui n’est pas mon cas, ou, vous savez, HSBC, ou Barclays, c’est de l’argent de banque commerciale, cet argent est créé de toutes pièces par ces banques.

Et la couleur de l’équipe pour le circuit monétaire privé, le circuit monétaire de la banque commerciale ici est vert, c’est le circuit privé. Et j’ai choisi cette couleur parce que l’argent au moins aux Etats-Unis est vert.

Maintenant, regardons le circuit public. Et cela fait référence, bien sûr, au fait que l’émission de monnaie dans le circuit public, du moins dans la version officielle de l’histoire, est une entité publique connue sous le nom de Réserve fédérale. Le Conseil des gouverneurs est certainement une entité publique, l’émission d’argent dans la Fed dans les circuits régionaux, ils ne le sont pas. Ils ne sont pas publics, mais ce n’est ni l’un ni l’autre. C’est de l’argent public. Le pouvoir de créer de l’argent aux États-Unis est ancré dans la constitution, c’est un bien public, mais la Réserve fédérale émet son propre argent, et l’argent est en dollars, tout comme l’argent de détail aux États-Unis. Mais les utilisateurs de l’argent de la Réserve fédérale, le circuit de l’argent de gros, sont différents.

Ils comprennent d’autres banques centrales, comme la Banque centrale européenne, la Banque du Japon, la Banque d’Angleterre et la Banque royale d’Australie, etc. C’est une catégorie d’utilisateurs. Une autre catégorie d’utilisateurs de la Réserve fédérale, l’argent public, comprend le gouvernement américain, y compris, surtout, le Trésor américain. Et la troisième et dernière catégorie d’utilisateurs du circuit monétaire de gros sont les banques commerciales, elles sont représentées ici en vert, mais cette fois, elles ont un rectangle autour d’elles, parce qu’elles ne sont pas l’émetteur de monnaie, comme la Réserve fédérale avec un cercle autour d’elle, elles sont utilisatrices de monnaie.

Toutes ces entités dans le circuit des banques d’argent public, dans le circuit monétaire de gros, transigent en… dans l’argent public, dans le circuit monétaire de gros. Et donc c’est le circuit public. Et quand on regarde ces deux circuits, le circuit privé et le circuit public, ils sont tous deux en dollars, tout est libellé en dollars. Mais l’argent est désigné différemment.

Dans le circuit privé, je vais parler de la monnaie bancaire puisque que c’est émis par des banques, et dans le circuit public, je veux parler de réserves, car c’est ce que la Réserve fédérale crée à partir de rien, ce sont des réserves. Mais vous ne pouvez pas dépenser les réserves, je ne peux pas dépenser les réserves, nous n’avons pas de comptes à la Fed. Nous ne pouvons effectuer des transactions qu’en monnaie bancaire.

Et donc, regardons le début avec l’argent bancaire pour avoir une idée de la quantité d’argent dont nous parlons. J’ai un graphique ici. Je vais le remplir en une minute de la monnaie bancaire aux États-Unis depuis 2003. Il couvre donc presque 20 ans, en trillions de dollars. Le maximum est de 20 trillions. Mais si vous regardez l’histoire de l’argent des banques aux États-Unis, vous pouvez voir que, jusqu’au moment de la pandémie, c’est un processus très linéaire, il augmente linéairement à mesure que les banques prêtent plus d’argent et créent de plus en plus d’argent, l’argent augmente. Il commence à 5 000 milliards de dollars en 2003, et atteint environ 13 000 milliards de dollars en 2013. Et puis la pandémie frappe. Et alors les choses changent. Mais nous y reviendrons dans une minute. Mais c’est l’argent des banques.

Je vais aussi parler des réserves dans notre système. Les réserves sont aussi en trillions de dollars, des trillions de dollars. Donc l’échelle de l’argent ici est la même. Mais il n’y a pas autant de réserves dans le système que de monnaie bancaire. Ceci nous permet de regarder les réserves et la courbe associé. Et vous pouvez voir qu’elles augmentent, elles commencent à zéro et restent à zéro jusqu’au milieu de la crise financière. D’ailleurs, les barres grises, il y a deux barres grises dans ce graphique. La grande barre grise représente la crise financière mondiale de 2008. Elle a duré quelque chose comme 18 mois, cette petite barre grise, la Fed nous dit que c’est la récession provoquée par la pandémie. Elle n’a soi-disant duré que deux mois. Donc voilà. C’est la version officielle. Mais vous pouvez voir en regardant le graphique des réserves en bleu ici, les réserves ont augmenté massivement de pratiquement zéro, ce n’était pas zéro, c’était 30 à 40 milliards de dollars. Elles ont atteint 3,04 trillions de dollars. Elles ont augmenté massivement pendant la crise financière mondiale de 2008. Parce que la Fed créait des milliers de milliards de dollars de réserves à cette époque. Elle utilisait ces nouvelles réserves pour acheter des actifs, aux banques commerciales, et au public dans le circuit monétaire de gros. Et vous pouvez voir que malgré le fait que la Fed a commencé à créer et ensuite continué à créer de plus en plus de réserves à partir de 2008, cette ligne bleue n’a vraiment aucun effet sur la ligne verte. Et ce, malgré la création de tous ces milliers de milliards de dollars de réserves, cela n’affecte pas vraiment la ligne verte, cela n’affecte pas du tout la masse monétaire de détail. Et vous pouvez voir que lorsque j’ai déplacé la ligne bleue vers le haut, même au milieu de la crise financière mondiale, lorsque la Fed accélère et commence à créer des milliers de milliards de dollars de réserves, cela n’a vraiment que peu ou pas d’impact sur le circuit monétaire de détail.

Et je vais encore le déplacer vers le haut. De sorte que les lignes se rejoignent au début de la pandémie. Mais vous pouvez voir sur la ligne verte, que c’est essentiellement une relation linéaire qui ne dévie pas de la ligne, la masse monétaire de détail, notre masse monétaire ne dévie JAMAIS de la ligne. Et c’est vraiment l’élément clé à retenir ici. Parce qu’une fois que la pandémie commence, donc une fois que la Fed se met au travail ici, cette relation, qui dure depuis 100 ans, la masse monétaire de détail étant imperméable aux changements dans les réserves, change du jour au lendemain. Regardons donc ce qui se passe lorsque la pandémie commence et que la Fed commence à ajouter des milliers de milliards à son bilan. Complétons donc le graphique des réserves.

Là, vous pouvez voir que la Fed augmente vraiment ses réserves, ce qui ajoute 3 à 4 trillions de dollars de réserves, c’est vraiment 3 trillions à travers la barre grise pendant la pandémie. C’est une bosse. Et puis il y a une extension plus longue, un autre trillion de dollars au bilan de la Fed qui est maintenant assise, elle est assise sur plus de 8 trillions de dollars, mais 2 trillions de dollars sont des liquidités. Il s’agit donc d’environ 6 trillions de dollars à l’heure actuelle.

Maintenant, si l’ancienne relation entre la monnaie de réserve d’une part, et la monnaie verte des banques commerciales d’autre part, nous devions obtenir cette ligne verte, nous devrions continuer à avancer, nous devrions aller jusqu’au bout, mais ce n’est pas le cas. Ce qui se passe, c’est que soudainement, la masse monétaire de détail, commence à suivre la masse monétaire de la banque centrale. C’est un changement radical par rapport à ce qui s’est passé, en gros, pendant les 100 dernières années, je veux faire un zoom là-dessus. Et je vais devoir sortir ma tête du chemin pour que vous puissiez le voir, voilà.

Mais c’est ce qui se passe. Et vous pouvez voir que lorsque la pandémie frappe, pour chaque dollar de réserves que la Fed ajoute à son bilan, la masse monétaire des banques de détail augmente également d’un dollar. Et c’est ce qui est nouveau. C’était un changement radical, comme je l’ai dit, par rapport à ce qui s’était passé auparavant. Ce n’était pas un accident, comme il s’avère, c’était conformément à un plan publié par BlackRock, à Jackson Hole, comme je l’ai mentionné.

Le plan de BlackRock s’intitule « Faire face à la prochaine récession ». Ils envisagent donc expressément une autre récession économique. Et ils l’envisagent en août 2019, lorsque ce document est sorti, et lorsque BlackRock a présenté son document à la Fed. Donc là, la prémisse de ce document est qu’il va y avoir un autre ralentissement. Et là, BlackRock offre à la Fed et à la banque centrale des conseils sur la façon de faire face au prochain ralentissement.

Et donc, quel est le conseil de BlackRock, allons à la page suivante. Il n’y a pas assez de marge de manœuvre en matière de politique monétaire pour faire face à la prochaine récession, ce qui signifie qu’il faut oublier la notion, de création de réserves pour acheter des actifs aux banques commerciales, il faut passer à la vitesse supérieure, la Réserve fédérale doit faire autre chose. Et donc, que vont-elles faire ? « L’espace politique actuel des banques centrales mondiales est limité, et ne sera pas suffisant pour répondre à un ralentissement significatif, sans parler d’un ralentissement spectaculaire. »

D’accord, l’ancienne façon de faire les choses ne fonctionne pas. Il faut faire les choses différemment. Et qu’est-ce qu’ils disent ? Regardez le quatrième point en bas. « Une réponse sans précédent est nécessaire », dit BlackRock. Quelle est cette réponse ? La voici. BlackRock dit « cette réponse évoluera probablement en allant directement, comme les mots de BlackRock, c’est leur plan, ils vont aller directement. Maintenant, que signifie « aller directement » ? Aller directement signifie que la banque centrale, trouve des moyens d’obtenir de l’argent de la banque centrale, ce qui signifie, vous devez trouver un moyen d’obtenir cette ligne bleue, d’avoir une influence sur le circuit de l’argent des banques de détail, vous devez trouver un moyen d’obtenir de l’argent de la banque centrale émis par la Réserve fédérale directement dans les mains des dépensiers du secteur public et privé. Et c’est exactement ce que nous voyons dans ce graphique juste ici. Et encore une fois, je vais zoomer sur ce graphique et enlever ma tête du chemin, et vous pouvez voir l’argent public en bleu correspondant à un dollar pour un dollar en vert. Et j’ai écrit le papier pour aller directement à la réinitialisation pour Katherine et pour Solari, et il explique comment la Fed a fait ça. Mais pour l’instant, tout ce que vous devez savoir, c’est que c’est exactement le plan de BlackRock, vous venez de le voir dans la présentation de Black Rock d’août 2019.

Ils disent que nous devons trouver un moyen d’amener cet argent bleu public dans le circuit de l’argent vert. Et là, vous voyez ce qui se passe.

Maintenant pour mettre un peu de contexte sur cela, c’est BackRock en termes de timing, BlackRock présente son plan le 22 août de 2019, et ils envisagent un prochain ralentissement. Remarquez que lorsque BlackRock présente ce plan, quelques jours plus tard, peut-être 2 semaines plus tard, la ligne bleue de la FED a été en déclin pendant un certain temps, elle a été en déclin pendant environ 18 mois, les réserves ont été en déclin, tout à coup, ils commencent à remonter assez peu. Et la raison de cela est que la crise que BlackRock a expressément envisagée, a commencé, et elle a commencé sur le marché des pensions le 17 septembre 2019, la Fed de New York entre en scène et commence à ajouter de l’argent sur le marché des pensions, et cela continue pendant quelques mois. Et cela continue, jusqu’à ce que la pandémie frappe sérieusement, et la Fed ajoute vraiment de l’argent sur son bilan, c’est ce qui se passe.

Mais ne vous y trompez pas. La Fed est en train d’appliquer le plan de BlackRock, presque à la perfection. Donc c’est vraiment ça. Et c’est vraiment la raison pour laquelle je dis que la pandémie est complètement un événement monétaire. Ce n’est pas vraiment… je ne le considère pas comme un événement scientifique ou un événement sanitaire. C’est un événement monétaire, dans la transition, en fin de compte, pour obtenir de plus en plus de contrôle de la banque centrale. Comme Carstens l’a dit, « nous voulons contrôler tout l’argent ». Ce que vous venez de voir ici, avec la banque centrale allant vers un plan direct émis par BlackRock, était une étape importante. Ils ont rompu avec 100 ans d’histoire monétaire antérieure de la Fed et même de toutes les banques centrales. Et c’est là où nous en sommes, mais la pandémie est un événement monétaire. Et c’est ainsi que se termine ma présentation.

Vidéo :

Source : Children’s Health Defense Europe



-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *