ivermectine

© Sandrine Mulas / Hans Lucas

Il existe un certain nombre de traitements efficaces pour les maladies respiratoires. Certains d’entre eux agissent en renforçant le système immunitaire en mettant à disposition les composants nécessaires, d’autres en combattant les virus eux-mêmes. Le premier groupe comprend des vitamines ou des acides aminés, le second des médicaments antiviraux tels que l’Ivermectine, le Budésonide, la Bromhexine et autres. L’Ivermectine en particulier a prouvé son efficacité en Inde. Il en va de même pour l’Afrique, qui est moins connue.

afrique ivermectine

Les études avec 200 participants qui prouvent soi-disant l’inefficacité sont souvent présentées par l’industrie pharmaceutique et ses amis. D’autre part, il y a l’Inde et l’Afrique, qui prouvent l’efficacité de 2,7 milliards de personnes.

Par exemple, des États indiens comme l’Uttar Prahdesh, avec une population de 236 millions d’habitants, ont utilisé l’Ivermectine pour la prophylaxie et le traitement précoce pendant un certain temps et n’ont eu aucun problème, puis le traitement a été suspendu, les cas ont augmenté, puis il a été réintroduit et les cas ont immédiatement diminué. En revanche, le petit État du Tamil Nadu, qui compte 10 millions d’habitants, a utilisé le Remdesivir et obtenu des résultats bien pires. Les détails peuvent être trouvés ici et ici. Globalement, selon l’étude sur les anticorps menée à l’échelle nationale, l’Inde comptait environ 952 millions de personnes ayant acquis une immunité par infection au début du mois de juillet, soit un taux de mortalité par infection de 0,045 %, bien inférieur à celui de la grippe. Un grand succès pour l’utilisation de l’Ivermectine dans la majeure partie de l’Inde.

Mais revenons à l’Afrique. L’utilisateur de Twitter KBirb a créé un fil intéressant montrant l’efficacité spectaculaire de l’Ivermectine :

En bleu, nous voyons les pays qui utilisent l’Ivermectine et en beige ceux qui ne l’utilisent pas. Ci-dessous, les courbes des décès avec (bleu) et sans (beige) Ivermectine. Impressionnant. En dessous, les « cas », c’est-à-dire des tests positifs ou autrement reconnus comme infection ou maladie covidienne.

afrique ivermectine

Ratios des morts quotidiennes pour 100 000 habitants.

afrique ivermectine

Ratios des cas quotidiens pour 100 000 habitants

L’Ivermectine réduit donc drastiquement les « cas » et les décès.

Contexte de l’utilisation de l’Ivermectine

Le groupe de pays où l’Ivermectine est utilisée comprend 31 pays totalisant 972,5 millions d’habitants. Il s’agit des pays suivants :

Angola, Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, République centrafricaine, Tchad, Congo (Brazzaville), Congo (Kinshasa), Côte d’Ivoire, Guinée équatoriale, Éthiopie, Gabon, Ghana, Guinée, Guinée-Bissau, Kenya, Liberia, Malawi, Mali, Mozambique, Niger, Nigeria, Rwanda, Sénégal, Sierra Leone, Soudan du Sud, Soudan, Tanzanie, Togo, Ouganda.

Le groupe de pays n’utilisant pas l’Ivermectine comprend 22 pays avec une population de 357,3 millions d’habitants :

Afrique du Sud, Algérie, Botswana, Cap-Vert, Comores, Égypte, Érythrée, Swaziland, Gambie, Lesotho, Libye, Madagascar, Maroc, Mauritanie, Maurice, Namibie, São Tomé et Príncipe, Seychelles, Somalie, Tunisie, Zambie, Zimbabwe.

Les deux groupes comprennent des pays à forte population, comme le Nigeria (206 millions d’hab.), l’Ethiopie (115 millions d’hab.) ou le Congo (84,1 millions) dans le groupe Ivermectine et l’Egypte (100 millions d’hab.) ou l’Afrique du Sud (59,3 millions d’hab.) dans le groupe sans Ivermectine.

Une étude japonaise du professeur Hisya Tanioka, datée du 26 mars 2021, clarifie le contexte. L’étude indique :

« Une analyse statistique rétrospective des effets de l’Ivermectine contre le COVID-19 entre les 31 pays endémiques à l’onchocercose utilisant le traitement officiellement assisté par l’Ivermectine (TIDC) et les 22 pays non endémiques d’Afrique. »

Dans le manuel MSD, nous en trouvons la description suivante :

« L’onchocercose (cécité des rivières) est une infection par le nématode Onchocerca volvulus. Elle provoque des démangeaisons, une éruption cutanée, parfois accompagnée de cicatrices, et des symptômes oculaires pouvant conduire à la cécité. Cette infection se transmet par la piqûre de mouches noires femelles qui se reproduisent dans les rivières. »

Il y a aussi la vidéo devenue virale dans laquelle Haruo Ozaki, président de l’Association médicale de Tokyo, recommande au ministre japonais de la santé l’utilisation non autorisée de l’Ivermectine sur la base des données de l’étude japonaise qui a donné de bons résultats en Afrique.

KBirb a produit deux graphiques intéressants sur la base de l’étude et de la présentation à la presse d’Ozaki :

afrique ivermectine

Les cas pour 100 000 habitants sont 7,1 fois plus nombreux dans les pays sans ivermectine que dans ceux qui en ont.

afrique ivermectine

Deuxièmement, une comparaison des décès pour 100 000 habitants entre les groupes IVM et non IVM montre une différence massive de 13,3 fois. Ces données (cas et décès) sont cohérentes avec les résultats des données plus récentes, jusqu’en août 2021, inclus du tableau de bord de la Johns Hopkins.

La question logique est, bien sûr, celle du taux de vaccination dans les pays africains. Voici la réponse :

afrique ivermectine

La différence est de 6,4 fois, ce qui est très similaire à la différence entre les « cas ». Avec 1,94 %, le taux de vaccination dans le groupe ivermectine est très faible, tandis que dans le groupe sans IVM, il est nettement plus élevé (12,4 %), mais il reste aussi nettement inférieur à ce que l’on trouve dans les pays industrialisés.

Conclusion

Grâce à la prophylaxie et à un traitement précoce, le SRAS-CoV-2 peut être rendu aussi inoffensif que les autres coronavirus endémiques qui sévissent dans notre pays depuis des centaines d’années. La prophylaxie et le traitement précoce fonctionnent quel que soit le variant que l’industrie des tests et du séquençage vient de découvrir à grands frais et en gaspillant l’argent des contribuables et que l’OMS a déclaré variante préoccupant (VoC).

En Europe et aux États-Unis, c’est surtout le traitement précoce du covid qui permet d’éviter la maladie. Ce qu’il persiste encore, bien trop souvent, c’est l’intubation. De nombreux médecins sont extrêmement frustrés par cette situation :

Il existe un certain nombre de protocoles de traitement avec l’Ivermectine. On ne mentionnera ici que celle de la Front Line Covid-19 Critical Care Alliance (FLCCC), qui publie toujours une mise à jour de ses recommandations. La version française du protocole de prophylaxie et de traitement précoce est disponible ici.

Par P. F. Mayer pour TKP, traduit avec DeepL pour commentaires en goguette. Étude originelle sur medrxiv, le pdf.





-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *