Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, a exprimé ses craintes quant aux départs des soignants qui refuseraient de se plier à l’obligation vaccinale. Une telle situation pourrait entraîner selon lui une «catastrophe sanitaire».

Le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, a mis en garde le 2 septembre contre une possible «catastrophe sanitaire» dans les hôpitaux, si «5 ou 10% du personnel s’en va» en raison de l’obligation vaccinale. Pour cette raison, il a appelé au dialogue.

«J’ai rappelé au Premier ministre que nous sommes pour la vaccination, mais que l’obligation de vaccination plus le pass sanitaire créent de nombreuses tensions», a déclaré Philippe Martinez à la presse après une rencontre avec Jean Castex à Matignon.

«J’ai fait remarquer que même si 5 ou 10% des salariés de la santé ne se faisaient pas vacciner et quittaient [leur poste], les hôpitaux ne tournaient plus et que donc il fallait prendre les choses différemment ; plutôt que de contraindre il fallait continuer à discuter, parce que si 5 ou 10% du personnel des hôpitaux s’en va, c’est une catastrophe sanitaire», a déclaré le leader syndical.

La CGT-Santé a appelé à manifester le 14 septembre contre l’obligation vaccinale et les sanctions qui s’appliqueront à partir du 15 aux personnels des hôpitaux et des Ehpad qui ne s’y conformeront pas.

Philippe Martinez a par ailleurs réitéré au Premier ministre et à la ministre du Travail Elisabeth Borne son désaccord concernant la décision du gouvernement de repasser totalement la main aux entreprises pour l’organisation du télétravail. «Dans une situation sanitaire difficile, il y a besoin de refaire des préconisations […], d’un message fort du gouvernement», a-t-il estimé.

La CGT rejette également un allongement de l’âge de la retraite

Autre sujet brûlant, celui des retraites : Philippe Martinez a, comme ses homologues de la CFDT, de FO et de la CFE-CGC, la veille rejeté le principe d’une concertation sur le sujet. «Il n’est pas question de se concerter sur les retraites. C’est un sujet de tensions, et si c’est pour discuter de l’allongement de l’âge de la retraite, on n’y sera pas», a-t-il déclaré. Une position déjà tenue la veille au micro de RTL.

La CGT s’affirme en revanche disponible pour discuter de l’emploi des seniors. La question de la réforme de l’assurance chômage a elle aussi été rapidement évacuée: «On a dit qu’on est contre cette réforme et qu’on fera tout pour qu’elle ne puisse pas aboutir au 1er octobre.», a-t-il résumé.

S’agissant des salaires, Philippe Martinez a comme Yves Veyrier (FO) appelé l’Etat à donner un coup de pouce au Smic, soulignant que «le premier problème pour les emplois non pourvus, c’est l’attractivité des salaires».

La CGT, FO, Solidaires, la FSU et des organisations de jeunesse ont appelé à une grande journée de grève et de manifestations le 5 octobre, pour défendre l’emploi et les salaires, et demander l’abandon des réformes de l’assurance chômage et des retraites. Le Premier ministre a entamé le 1er septembre des discussions bilatérales avec les partenaires sociaux, qui doivent s’achever le 3 septembre, occasion de balayer l’ensemble des sujets d’actualité en cette rentrée.





-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *