Comme moi, vous êtes infoutus de dire d’où nous vient le Covid-19. Cependant, vous pouvez amorcer une conversation avec n’importe qui en prononçant les mots « pangolin, chauve-souris, Wuhan », alors qu’en disant « Fort Detrick », vous allez faire hausser des sourcils, arrondir des yeux et, au mieux, réveiller les fantômes de Sitting Bull et de John Wayne. C’est la force des médias états-uniens qui ont les nôtres pour vassaux.

Avec près de 600 bâtiments, Fort Detrick, situé à 80 km de Washington est un centre de recherche biomédicale abritant un laboratoire P4, contenant 67 agents et toxines dont Ebola, la variole, l’anthrax, la peste, et le poison ricin.

Fermé à l’été 2019 pour cause de failles de sécurité, le site est de nouveau opérationnel depuis le 27 mars 2020.

Les autorités chinoises font un lien entre cette fermeture et le Covid-19 et elle précisent qu’ «  en juillet 2019, des maladies respiratoires inexpliquées sont apparues dans le nord de la Virginie, une épidémie massive de la maladie pulmonaire liée au vapotage s’est produite dans le Wisconsin, qu’est-ce qui s’y cache ? Quand les États-Unis publieront-ils […] les données et les informations détaillées sur les cas de ces maladies ? [Ils] doivent une explication à la communauté internationale. »

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères chinois, Lijian Zhao, déclare que « les Etats-Unis ont fait état de 34 millions de cas de grippe et 20 000 morts. Dites-nous s’il vous plaît combien sont dus au Covid-19 ? » Et il ajoute « De quand date le patient zéro aux Etats-Unis ? Combien de personnes sont infectées ? Dans quels hôpitaux ? Cela pourrait être l’armée américaine qui a amené cette épidémie à Wuhan. Soyez transparents ! Rendez vos données publiques ! Les Etats-Unis nous doivent une explication ! ».

Plutôt que de se lancer dans une deuxième enquête à Wuhan, ne faudrait-il pas que l’OMS en ouvre une première à Fort Detrick ?

Théophraste R. lecteur de « La Chine sans œillères » (éditions Delga, juillet 2021).





-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *