Le prix d’une dose de Pfizer est passé de 15,50 à 19,20 euros, et celui de Moderna de 19 à 21,50 euros. Les géants pharmaceutiques augmentent progressivement leurs revenus déjà gigantesques.

La hausse du prix des vaccins Pfizer et Moderna a été entraînée par une “hausse des craintes” face au nouveau variant Delta. C’est ce qu’écrit le journal français Les Echos, alors que le britannique Financial Times, se référant à une source anonyme de l’UE, rapporte que “les compagnies ont tiré profit de leur pouvoir sur le marché”.

Pfizer et Moderna publient des rapports sur leurs revenus. Les résultats financiers de la compagnie Pfizer “ont dépassé les attentes en termes de bénéfices nets et ont de nouveau fait augmenter les prévisions pour 2021”. Le géant pharmaceutique étasunien a rapporté un bénéfice net de 5,56 milliards de dollars avec des recettes de 18,98 milliards de dollars au deuxième trimestre 2021 essentiellement grâce à son vaccin contre la Covid-19. Le BNT162b2, appellation officielle de ce vaccin, représente 41% des recettes de Pfizer. La compagnie compte livrer pour 2,1 milliards de doses du vaccin ARNm cette année, en revoyant à la hausse les pronostics des recettes du vaccin de 26 à 33,5 milliards de dollars (une augmentation de 90% par rapport à la même période l’année dernière).

“Le deuxième trimestre a été remarquable sur plusieurs points. La rapidité et l’efficacité de nos efforts pour vacciner le monde entier contre la Covid-19 étaient sans précédent : plus d’un milliard de doses du BNT162b2 ont été livrées à travers le monde”, déclare avec prétention le patron de Pfizer Albert Bourla dans le rapport financier.

“Moderna affiche une hausse grandiose des revenus au deuxième trimestre en vendant 199 millions de doses de son vaccin contre la Covid-19”, indique MarketWatch.

Le bénéfice net de la compagnie au deuxième trimestre se chiffre à 2,78 milliards de dollars par rapport aux pertes de 117 millions de dollars en glissement annuel. Les recettes trimestrielles ont augmenté jusqu’à 4,35 milliards de dollars contre 67 millions de dollars au deuxième trimestre 2020, soit une hausse de 65 fois ! Moderna a signé des accords préalables sur la vente de son vaccin pour un montant de 20 milliards de dollars et compte vendre 1 milliard de doses de son vaccin d’ici la fin de l’année et 3 milliards l’an prochain.

Les indicateurs financiers élevés des géants pharmaceutiques pèsent comme un lourd fardeau sur le budget de l’UE. Les dizaines de milliards de dollars gagnés par Pfizer et Moderna viennent de la poche du contribuable. Et c’est dû à l’alliance corrompue des géants pharmaceutiques avec les gouvernements de l’UE.

“Tandis que Pfizer augmente le prix de ses vaccins, il convient de rappeler le lourd passé judiciaire derrière cette compagnie”, rappelle le site français Planètes360. Pendant le procès, en 2016, de l’ancien ministre français des Finances Jérôme Cahuzac, ce dernier a déclaré que l’alliance corrompue entre Pfizer et les autorités de la Ve République s’était établie dans les années 1990.

En 1993, Pfizer a financé la campagne politique du secrétaire général du parti socialiste français, l’ancien premier ministre Michel Rocard, en échange des garanties d’achat des produits Pfizer. Jérôme Cahuzac était conseiller du ministre de la Santé Claude Evin et était responsable des achats de médicaments. Pfizer vendait des médicaments en étant persuadé que les achats seraient “subventionnés par des programmes sociaux”, c’est-à-dire financés par le budget public aux frais du contribuable. Pfizer a viré, en 1993, plus de 1,3 million de francs suisses sur un compte secret de Michel Rocard dans une banque suisse.

Les liens de corruption entre Pfizer et les gouvernements de l’UE n’ont pas disparu, de toute évidence. Un scandale a éclaté en Europe concernant des contrats secrets entre l’UE et Pfizer. Le quotidien suisse Blick écrit que “les fuites des contrats secrets avec Pfizer ont provoqué un scandale et la confusion” à cause d’une “hausse exorbitante des prix” du vaccin.

Les géants pharmaceutiques placent leurs intérêts financiers au-delà des intérêts de la société, écrit Libération. Les prix des vaccins sont artificiellement exagérés par les compagnies pharmaceutiques. Avec un trop versé d’au moins 4,6 milliards d’euros pour la France et de 31 milliards pour l’Europe dans l’ensemble.

Les Européens ont été victimes d’un chantage du Big Pharma en se retrouvant entre l’enclume de la “pandémie” et le marteau de la vaccination organisée par les autorités. Les géants pharmaceutiques parlent actuellement de l’élaboration d’une troisième version de leurs vaccins et du travail sur des vaccins pour enfants.





-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *