Les talibans* veulent que tout le monde coopère avec eux et n’ait pas peur, lance pour «rassurer» un présentateur d’une émission politique sur une chaîne afghane, alors que deux djihadistes armés sont installés derrière lui.

Une séquence d’une émission sur une chaîne afghane, où un présentateur invite tout le monde à «ne pas avoir peur» et coopérer avec les insurgés alors que deux talibans* armés restent derrière lui, a fait le tour des réseaux sociaux. La vidéo a été publiée sur Twitter le 29 août par un journaliste de la BBC qui souligne qu’il s’agit d’une émission politique.

Dans une vidéo plus longue, le présentateur interviewe un combattant qui est probablement plus haut placé dans la hiérarchie que les autres talibans* présents dans le studio, explique le journaliste de la BBC partageant cette séquence.

Le sort des médias en Afghanistan reste incertain

L’Afghanistan que les talibans* ont pris sous leur contrôle a une culture médiatique dynamique avec environ 170 stations de radio dans le pays et des dizaines de chaînes de télévision seulement à Kaboul.

Toutefois, alors que les djihadistes rassurent que les médias pourront continuer à travailler, certains journalistes ont déjà sonné l’alerte contre des signes qui indiquent que le sort des médias dans l’Afghanistan des talibans* reste incertain.

Par exemple, le New York Times évoque l’histoire d’un journaliste de la chaîne allemande Deutsche Welle, chassé par les talibans*, qui ont tué un membre de sa famille et en ont blessé un autre. Le journaliste a toutefois réussi à quitter le pays. En outre, un journaliste et un caméraman de Tolo, la première chaîne d’information afghane, avaient été battus par cinq terroristes à bout portant alors qu’ils faisaient des reportages. Le média précise que les terroristes* ont confisqué leur matériel et leurs portables.

Qui plus est, l’AFP a partagé une interview ce week-end avec le photographe afghan freelance Massoud Hossaini, lauréat du prix Pulitzer en 2012, qui a raconté que les djihadistes verrouillent déjà la presse, ciblant en particulier les femmes journalistes.

«Les talibans* vont totalement liquider les médias, ils couperont aussi complètement Internet pour probablement devenir une nouvelle Corée du Nord de la région», a-t-il déclaré le 27 août lors d’une exposition du World Press Photo à Amsterdam.

Massoud Hossaini assure avoir reçu beaucoup de messages d’autres journalistes se plaignant du comportement des talibans*.

*Organisation terroriste interdite en Russie





-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *