Joe Biden a averti le 28 août qu’une attaque était «très probable» contre l’aéroport de Kaboul «dans les 24 à 36h», tout en affirmant que la frappe américaine qui a tué deux membres de Daesh ne serait pas «la dernière».

Une nouvelle attaque contre l’aéroport de Kaboul, après l’attentat meurtrier du 25 août, est «très probable […] dans les 24 à 36h», a déclaré le président américain Joe Biden le 28 août, à quelques jours de la fin des évacuations menées par les Etats-Unis, alors que de nombreux Afghans espèrent encore quitter leur pays après l’arrivée au pouvoir des Taliban.

«La situation sur les lieux reste extrêmement dangereuse et la menace d’une attaque terroriste contre l’aéroport demeure élevée. Nos commandants m’ont informé qu’une attaque était très probable dans les 24 à 36 heures», a écrit le chef de l’Etat dans un communiqué publié dans la soirée. Quelques heures après, l’ambassade américaine à Kaboul a exhorté tous les Américains à quitter les abords de l’aéroport, comme elle l’avait fait ces derniers jours, «en raison d’une menace précise et crédible».

La menace concerne tout particulièrement «la porte sud, le nouveau ministère de l’Intérieur et la porte près de la station essence du Panshir au nord-ouest de l’aéroport», précise l’ambassade américaine dans la ville. Des alertes à la bombe en série sont venues perturber ces derniers jours les opérations d’évacuation d’urgence que mènent les Américains à l’aéroport, les contraignant à coopérer plus étroitement avec les Taliban, qui contrôlent désormais le pays, pour tenter d’éviter un autre attentat sanglant.

Cinq des 13 soldats américains tués avaient 20 ans

Des responsables sanitaires de l’ancienne administration afghane ont déclaré à l’AFP qu’environ 90 personnes amenées dans des hôpitaux de Kaboul étaient décédées, et 150 blessées, à la suite de l’attentat perpétré le 25 août près de l’aéroport de la capitale. Certains médias locaux ont fait état d’un bilan de 170 morts. Treize soldats américains et deux Britanniques ont également péri. «Cette frappe n’était pas la dernière. Nous continuerons à traquer tout individu impliqué dans cet attentat odieux et les ferons payer», a prévenu Joe Biden.

Cette attaque, revendiquée par l’Etat islamique au Khorasan (Daesh-K), a déclenché une frappe de représailles de l’armée américaine. Deux «cibles importantes» du groupe terroriste, des «organisateurs» et «opérateurs», ont été tuées, et une autre blessée dans une frappe de drone en Afghanistan, a annoncé le 28 août le Pentagone, sans révéler de noms.

Le Pentagone a publié le 28 août dans l’après-midi l’identité des 13 militaires tués dans l’attentat trois jours plus tôt. Parmi eux, cinq avaient 20 ans, soit la durée de la plus longue guerre des Etats-Unis, lancée en 2001 en Afghanistan. «Leur courage et leur altruisme ont permis jusqu’ici à plus de 117 000 personnes en danger de se retrouver en sécurité», en quittant l’Afghanistan depuis fin juillet, a salué Joe Biden. Leurs dépouilles étaient en route vers les Etats-Unis, selon le Pentagone, qui n’a pas précisé quand elles arriveraient.





-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *