On en reparle dans 3 mois quand il dira qu’il faut rempiler pour 3 mois…

Convaincu que la vaccination est notre seule chance de sortie de la crise sanitaire, le ministre Olivier Véran fait toutefois un aveu dans les colonnes de Society. Il assure qu’il est dépité de devoir présenter “un QR code pour entrer dans un resto”.

L’instauration du pass sanitaire dans la quasi-totalité des lieux publics est considérée comme une privation de liberté pour les personnes non vaccinées ou par celles qui refusent purement et simplement la vaccination. Face à la crise de confiance des Français, le gouvernement s’arme de patience et utilise les moyens les plus incitatifs pour que le maximum de personnes prennent ses doses, dans le but d’atteindre la fameuse immunité collective. Le ministre de la Santé Olivier Véran est en première ligne, à la fois sur le front de la prévention et celui des critiques. Il profite néanmoins d’un long entretien accordé au magazine Society pour remettre un coup de boutoir et faire comprendre tout l’enjeu de la vaccination.

Olivier Véran aurait voulu se passer du pass sanitaire

“Contrairement à ce que disent certains, l’état d’esprit du pass n’est pas du tout de pousser les non-vaccinés à se faire vacciner ou les punir. C’est de permettre à ceux qui sont vaccinés d’avoir une vie la plus normale possible malgré le contexte”, assure le mari de Coralie Dubost. Olivier Véran reste persuadé qu’il s’agit de la seule solution viable pour sortir de la crise tout en évitant des formes plus dures de restrictions, comme le confinement général notamment. Il est toutefois conscient qu’après une année de contraintes lourdes, le fait de “QR coder” les Français peut être assez mal perçu. “Je l’ai dit et je le redis : le pass sanitaire, ce n’est pas mon truc, à la base”, concède le ministre.

“Dans le droit jusqu’au 15 novembre, puis il s’autodétruit”

Il va plus loin : “Je n’ai aucune envie de vivre dans un pays où il faut montrer un QR code pour entrer dans un resto”. De quoi balayer un peu l’argument des plus farouches antivax qui voient en l’État une réelle forme de dictature. Toutefois, Olivier Véran rappelle que les options qui se présentent face à la pandémie sont très limitées. Et qu’il est de son devoir d’agir pour le bien commun. “Mais gouverner, c’est faire des choix pour protéger, dans l’intérêt général (…) La vaccination, c’est la meilleure logique de prévention de l’histoire de la médecine”. L’ancien neurologue conclut : “Le pass sanitaire, il existe dans le droit jusqu’au 15 novembre, puis il s’autodétruit. On n’est pas en train d’instaurer quelque chose dans la durée”.

Source: Télé 2 semaines

Pour rappel, moins d’un mois après cette déclaration, Macron annonçait la mise en place du pass. C’est dire si leurs paroles ont une quelconque valeur…





-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *