par Sergueï Manoukov.

L’une des principales composantes de la puissance militaire américaine – l’infrastructure, qui compris de nombreuses bases, décline lentement mais sûrement.

L’effondrement progressif des infrastructures militaires entraîne des retards dans la réparation des équipements, limite la portée des navires, des avions et des équipements au sol, contribuant à leur usure plus rapide et réduisant considérablement la capacité de combat des forces armées américaines. Le Sénat américain, cependant, a récemment de nouveau refusé d’allouer de l’argent pour sa modernisation.

Pendant ce temps, écrit Business Insider (BI), les bases aériennes américaines ont à elles seules besoin d’environ 30 milliards de dollars pour les remettre en ordre. Le Pentagone a estimé que si des mesures urgentes ne sont pas prises, ce montant triplera d’ici 2050. Le commandement de l’US Air Force a reconnu il y a quelques années que les bases aériennes tombent rapidement en décrépitude, et que cela se reflète de plus en plus dans la préparation au combat de l’aviation militaire américaine. Les généraux se sont plaints que l’infrastructure avait besoin de réparations urgentes, mais pendant au moins deux décennies, faute d’argent, ils ont dû couper les fonds alloués à l’entretien des pistes, des hangars pour les avions, etc.

La situation n’est pas meilleure dans la marine américaine, où d’importants fonds sont nécessaires pour entretenir les chantiers navals, les quais et d’autres infrastructures navales, qui, au cours de la dernière décennie, se sont considérablement dégradées en raison du manque d’argent. De plus, souligne BI, certains objets sont tombés en en une telle décomposition  qu’ils se ont frôlé le point de non-retour – juste un peu plus, et il sera impossible de les réparer. Ce n’est pas surprenant, écrit le journal : l’âge moyen des cales sèches militaires dépasse une centaine d’années, et celles-ci, selon le chef du Département opérationnel de la Marine, « ont été négligées pendant trop longtemps ». De plus, les quais ne sont pas seulement vieux – ils manquent d’ailleurs cruellement. Cela entraîne des retards importants dans la réparation des navires et réduit considérablement la capacité de combat de la marine dans le contexte de la puissance navale en croissance rapide de la Chine.

Selon le Bureau central de Contrôle (GAO), un tiers des hangars et des infrastructures de l’aviation navale ont été construits dans les années quarante du siècle dernier. Et aujourd’hui, au moins deux hangars construits pour stocker et réparer les avions de la Seconde Guerre mondiale contiennent et réparent les derniers chasseurs F-35.

L’infrastructure militaire, écrit BI, a été négligée pendant de nombreuses décennies. Par exemple, c’est de ce poste de dépenses du département militaire sur ordre de Donald Trump que, il n’y a pas si longtemps, ils ont pris 8 milliards de dollars pour la construction d’un mur à la frontière avec le Mexique. Par conséquent, il n’est pas surprenant que maintenant les économistes du Pentagone estiment le déficit des fonds nécessaires à la réparation et à l’entretien des infrastructures militaires en bonne et due forme, à au moins 135 milliards de dollars.

Les généraux soulignent que toutes les conséquences d’une attitude aussi dédaigneuse sont maintenant même difficiles à évaluer, car en surface, il n’y a que les plus flagrantes et les plus visibles. Par exemple, le stockage des équipements les plus récents, d’une valeur de plusieurs millions, dans des bâtiments et des structures obsolètes et délabrés entraîne de nombreuses pannes et, bien sûr, réduit la capacité de combat des forces armées américaines. Ou bien : aujourd’hui, un seul quai, sans même parler de son état, convient en taille pour un porte-avions de classe Ford.

Soit dit en passant, c’est en raison de la pénurie de quais que la réparation des navires de guerre ces dernières années a été constamment reportée. En conséquence, dans quelques années, plus d’une cinquantaine d’entre eux ne pourront tout simplement pas prendre la mer, ce qui entraînera une forte diminution immédiate de la taille de l’US Navy et aura un impact négatif sur sa capacité de combat.

Les généraux du Pentagone tentent d’expliquer aux législateurs qui ont exclu l’infrastructure militaire du budget de mille milliards de dollars du président Biden, que tôt ou tard, des fonds devront être alloués aux réparations. Et si cela est fait non pas « tôt », mais « tard », comme cela se produit maintenant, alors il sera nécessaire d’allouer encore beaucoup plus d’argent – si, bien sûr, le Congrès veut que les forces armées américaines continuent à maintenir leur omniprésence sur le globe.


source : https://expert.ru

traduit par AvicRéseau International



-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *