Emmanuel Macron a condamné fermement les attentats survenus plus tôt dans la journée près de l’aéroport de Kaboul et ayant fait, selon diverses sources, plus de 60 morts et des dizaines de blessés.

Le Président français a condamné jeudi 26 août au soir «avec la plus grande fermeté les attaques terroristes» survenues près de l’aéroport de Kaboul.

Dans un communiqué, il exprime «ses condoléances aux familles des victimes américaines et afghanes, adresse son soutien aux blessés, et salue l’héroïsme de celles et ceux qui sont sur le terrain pour mener à bien les opérations d’évacuation», avant de promettre que «la France les mènera à leur terme et maintiendra dans la durée l’action humanitaire et de protection des Afghans menacés».

Série d’explosions

Plusieurs explosions à Kaboul ont été évoquées par les médias dans la soirée. La dernière (a priori la sixième) a secoué la capitale afghane jeudi 26 août vers minuit, selon l’AFP.

Les causes de l’explosion restaient inconnues dans l’immédiat, faute notamment de communication de l’administration afghane, à l’arrêt depuis le renversement du gouvernement par les talibans* le 15 août.

Leur porte-parole, Zabihullah Mudjahid, a indiqué peu après sur Twitter que cette explosion n’était pas due à une attaque mais à des destructions d’équipements par l’armée américaine, ce que celle-ci n’a pas confirmé jusqu’ici.

Daech* avait peu auparavant revendiqué l’attaque meurtrière perpétrée dans l’après-midi près de l’aéroport de Kaboul, où les Occidentaux poursuivent leur évacuation massive d’étrangers et d’Afghans désireux de quitter le pays.

Les États-Unis, qui s’attendent à ce que les attaques de Daech* «continuent», ont menacé le groupe terroriste de représailles.

M.Macron, alors en visite à Dublin, a promis que la France allait tenter d’évacuer encore «plusieurs centaines» d’Afghans de Kaboul, ajoutant que Paris faisait «le maximum» pour y arriver mais sans garantie en raison de la situation sécuritaire «extrêmement tendue» à l’aéroport.

*Organisation terroriste interdite en Russie





-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *