par Vincenzo Costa.

« Le libéralisme n’est pas un terrain de rencontre possible pour toutes les cultures, il est l’expression politique d’un certain ensemble de cultures et semble être complètement incompatible avec d’autres ensembles ». C’est ce qu’écrivait Charles Taylor, offrant une leçon déjà oubliée, et sur laquelle il convient de réfléchir pour comprendre ce qui se passe actuellement.

1. Valeurs et pouvoir : hypocrisie et complicité

La conquête et l’extermination des indigènes américains après la découverte de l’Amérique ont été justifiées par les Espagnols sur la base de valeurs, de vraies valeurs, comme un acte d’humanité, pour éliminer ces cultures inhumaines, ces coutumes aberrantes. Une tâche de civilisation.

L’extermination des Amérindiens en Amérique du Nord a été justifiée par les mêmes motifs: sauvages, égorgeurs, incapables de respecter les femmes et les enfants.

L’impérialisme et le colonialisme ont toujours été justifiés sur la base de valeurs, d’une mission prétendument civilisatrice, pour apporter aide et réconfort aux faibles et aux opprimés.

Puis vint une critique démystificatrice du colonialisme, qui montrait que derrière les valeurs se cachaient des intérêts féroces, qu’il y avait une lutte entre puissances impérialistes, une lutte géopolitique. Aucune trace de cette prise de conscience ne subsiste aujourd’hui dans la culture progressiste : tout a été effacé d’un coup de balai.

L’anéantissement est toujours le même : les valeurs universelles, qui bien sûr sont si peu universelles qu’elles varient : les valeurs universelles et absolues qui ont justifié l’extermination des Indiens ne sont pas celles qui ont justifié le colonialisme et celles qui justifient la propagande de guerre aujourd’hui envers l’Afghanistan et, en réalité, envers la Chine et envers 5 autres milliards de personnes qui ne sont pas tout à fait disposées à considérer les valeurs de l’Occident comme universelles.

Après tout, les valeurs ne sont jamais évoquées que lorsque cela convient : contre l’Afghanistan, contre la Chine, contre la Russie. En Arabie Saoudite, cependant, on assiste à une nouvelle renaissance. Les valeurs montrent la dent d’or, elles sont guidées par les dollars. Ils deviennent non négociables en fonction du marché et des intérêts. Les valeurs sont un fonds de commerce à enrôler dans la grande entreprise libérale-progressiste, qui promet des récompenses à tous ses propagateurs.

2. Contre les Taliban ou contre le peuple afghan ?

Dans cette nouvelle campagne de propagande de guerre, prélude à une campagne globale qui finira par impliquer la Chine et la Russie et nous conduira à nous casser les dents, une chose est mise en avant : il faut être du côté du peuple afghan. Et j’aime ça, j’aime beaucoup ça, ça fait partie de ma culture, qui n’est pas universelle et je ne prétends pas qu’elle le soit, mais c’est ma culture : être du côté du peuple.

Mais ce que veut le peuple afghan est précisément ce qui n’est pas clair, et de nombreux analystes, les plus sérieux (pas Botteri ou Saviano) indiquent que les Taliban bénéficient du soutien d’une énorme partie du peuple afghan. Je ne sais pas, je ne sais pas comment les choses sont réellement, mais au moins certaines questions devraient être posées :

a) La majorité du peuple afghan se sent-elle opprimée par les Taliban ou par les Occidentaux ?

b) Perçoivent-ils les Taliban ou l’Occident comme une force d’occupation ?

c) Considèrent-ils la démocratie occidentale comme une force permettant d’organiser le consensus ou ont-ils d’autres moyens d’organiser le consensus ?

d) Perçoivent-ils les valeurs occidentales comme émancipatrices ou comme oppressives et étrangères ?

e) Les femmes afghanes, ou la majorité d’entre elles, celles qui vivent en dehors des grandes villes, désirent-elles des droits occidentaux ? Leur a-t-on demandé ce qu’elles désirent, ce qu’elles considèrent comme une vie digne et souhaitable pour elles ?

f) N’est-il pas vrai qu’en donnant la parole à certaines femmes, nous la retirons à beaucoup, beaucoup trop d’autres femmes ? Il est certain que de très nombreuses femmes ressentent les actions des Taliban comme une oppression et une mutilation de leurs droits. Mais le conflit ne devient-il pas alors entre ces femmes et d’autres femmes ? Et pourquoi ces derniers n’ont-ils pas voix au chapitre dans nos journaux ?

g) S’agit-il d’imposer à ces femmes des valeurs occidentales, s’il y en a ? Pour les « rééduquer » ? Botteri est-il le modèle universel de la femme ?

Mais surtout : un régime peut-il tenir debout s’il a l’hostilité de la grande majorité de la population ?

3. L’Occident est-il la Raison qui se déploie dans le monde ?

Il fut un temps où l’Occident s’interprétait comme un point avancé, un leader, un modèle pour toute l’humanité. Il s’est interprété comme l’incarnation de la Raison universelle. Une revendication exorbitante : il avait choisi un lieu particulier pour se manifester : l’Occident. La Raison absolue, avec un rugissement assourdissant, choisissait un coin particulier de la terre pour s’y installer. D’où sa fonction légitime de guide, sa responsabilité de « racheter » les autres peuples de leurs erreurs, de leurs superstitions. Les peuples non occidentaux sont devenus de temps en temps des homoncules, des sauvages, des dégénérés, en tout cas placés à un niveau intermédiaire entre l’animal et l’homme, qui était évidemment l’homme rationnel de l’Occident.

Ce modèle (massivement présent chez Hegel, dans le positivisme, dans la théorie des valeurs, dans le néo-kantianisme) a été démoli au cours du 20ème siècle d’un point de vue théorique. Leví-Strauss, parmi beaucoup d’autres, a montré qu’il n’y a pas LE récit, mais des récits, qu’il n’y a pas une direction unitaire, un telos auquel toutes les cultures doivent adhérer, mais un ensemble de récits, chacun avec son propre dynamisme, son propre schéma évolutif. Les autres cultures ne sont pas des cultures en retard, ce n’est pas le « Moyen Âge » (comme on l’a encore dit, avec un peu d’ignorance massive), ce n’est pas un arrêt du développement : c’est un processus de développement différent, avec son propre dynamisme, que nous devons comprendre si nous voulons dialoguer avec elles.

Et pour ce faire, nous devons abandonner l’idée que toutes les autres cultures n’ont qu’à adopter nos valeurs, abandonner les leurs et devenir occidentales.

Ce qui se passe aujourd’hui, c’est la reproposition, naïve et sans cohérence théorique, de l’ancien modèle téléologique : nous avons les vraies valeurs universelles, et nous les offrons généreusement aux autres (et certains disent même avec des bombardements), qui doivent les accepter avec gratitude. Ces valeurs sont les valeurs libérales, tout le monde doit devenir libéral, et celui qui n’aime pas les valeurs libérales est arriéré, loin du but ultime.

C’est le retour d’un arsenal théorique que beaucoup d’entre nous croyaient définitivement archivé, et d’autres pensées apparaissaient déjà, la nécessité de regarder, comme l’a dit Patocka, l’après-Europe. Mais non, il faut compter avec cette gigantesque régression culturelle qu’est la culture libérale-progressiste, avec la re-proposition de sa mythologie, son incompréhension de l’histoire. La nouvelle mythologie est celle des valeurs universelles : chaque culture a ses mythes, ses autels, et notre époque a cette mythologie, ses autels et ses prêtres.

Mais c’est une mythologie qui ne nous permet pas de comprendre ce qui se passe. Il s’agit d’une simple couverture idéologique qui masque le dynamisme de la réalité et produit des actions folles et inutiles, destinées à ne produire que du sang et des morts inutiles.

4. Il existe un noyau philosophique, qui revient aujourd’hui avec force sur le devant de la scène : les valeurs occidentales sont des valeurs universelles. Cette affirmation est-elle légitime ? D’où tire-t-elle sa légitimité ?

En fait, les valeurs universelles de l’Occident ne sont pas seulement relativement mais extrêmement récentes. Jusqu’à il y a quelques années, ils n’étaient même pas des valeurs en Occident. Les valeurs universelles sont donc celles qui, MAINTENANT, au cours de ces mêmes années, se sont imposées comme des valeurs pour nous. Qui, je tiens à le préciser, sont aussi mes valeurs, des valeurs que je défends, dans lesquelles je me reconnais. Mais il faudrait que je sois abandonné par tous les dieux pour penser qu’ils sont universels. Ils ne sont pas universels pour une raison simple : ils ne sont pas universels pour quelque cinq milliards de personnes.

5. Faut-il viser une européanisation du monde ?

La seule façon de sauver l’universalité des valeurs occidentales, étant donné qu’elles sont si récentes, est de présupposer une téléologie de l’histoire. Et en fait, c’est cette approche qui, de manière obscure, sous-tend la façon dont les événements contemporains sont interprétés et aussi les actions qui se sont terminées de manière si désastreuse : ces valeurs sont si belles qu’elles ne peuvent qu’être accueillies chaleureusement par d’autres peuples, elles peuvent être exportées, il suffit de détruire les égorgeurs et les obscurantistes.

Une idée qui était déjà derrière la tentative d’occidentalisation en Iran, dont on sait comment elle s’est terminée, et maintenant en Afghanistan, et que nous verrons bientôt en Libye, en Irak, etc.

Une revendication énorme : l’Occident pense à l’histoire universelle comme à une sorte d’occidentalisation de toute l’humanité. Les autres peuples ont tendance à s’occidentaliser, tandis que nous, si nous sommes conscients de nous-mêmes, ne souhaitons pas devenir des Indiens. L’histoire universelle signifie que d’autres peuples adoptent la culture et les valeurs occidentales, entrent dans l’histoire universelle. Un point caractérise cette idée : l’Occident est le dépositaire des valeurs universelles. L’Occident, cette culture particulière, c’est l’universalité.

Ce modèle ne peut que produire une série généralisée de conflits armés et violents : ce n’est pas un mode de pensée à la hauteur de la réalité historique.

Cette pensée est la pensée talibane de l’Occident. Cela nous mettra en conflit avec la Chine (encore une fois pour les droits universels), la Russie et l’Inde.

6. L’histoire universelle commence aujourd’hui

Ce qui se passe, avec le déclin économique et militaire de l’Occident, c’est une marginalisation progressive de l’Occident, qui cesse d’être à la pointe et devient une culture parmi d’autres. Ce qui s’achève, c’est l’idée que l’histoire universelle consiste en l’occidentalisation de l’ensemble de l’humanité, que le progrès est l’extermination des différences et des cultures non occidentales : celles-ci résistent. Parfois ils le font pacifiquement, au prix de sacrifices, comme en Nouvelle-Zélande, en Australie, parfois en cherchant leur propre voie, comme en Chine, parfois en réagissant violemment, comme dans le monde islamique.

Mais le message est clair :

Les peuples entrent dans l’histoire universelle avec leur identité, sans accepter l’effacement de leur différence.

L’histoire universelle qui ne fait que commencer est un jeu de contamination, de relations entre les différences, et non la réduction des différences à l’unité et au modèle occidental.

Pour commencer à y réfléchir, il faut se débarrasser de cette crampe intellectuelle qu’est l’idée de l’universalité des valeurs, cette folie qui nous conduit à considérer nos valeurs comme si elles étaient les valeurs universelles que tout le monde doit assumer. Chaque culture et chaque époque historique considère ses propres valeurs particulières comme si elles étaient les valeurs universelles, parce que dans un certain horizon historique certaines valeurs apparaissent évidentes, absolument évidentes.

Mais l’évidence aveugle, elle cache les processus de mise en évidence : quelque chose devient évident en supprimant les processus qui le font devenir évident. Les Taliban sont victimes de cet aveuglement, tout comme les libéraux le sont ici.

L’idée de valeurs universelles est une rechute dans le mythe, car le mythe est l’incapacité à se distancier de son propre point de vue, à saisir la différence entre notre représentation du monde et la vérité.

L’Occident à redécouvrir est – pour citer Husserl – l’Occident comme conscience de la différence entre son propre monde et la vérité, la conscience que la vérité est soustraite, et que c’est précisément parce qu’elle est soustraite qu’il y a une histoire. Lorsque cette conscience de la différence est perdue, il n’y a qu’une rechute dans le mythe : l’idée d’Europe est perdue.


source : https://www.ariannaeditrice.it

via http://euro-synergies.hautetfort.com



-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *