par Tom Luongo.

Le gouvernement dépend, essentiellement, de la confiance. Son pouvoir repose sur l’idée que l’application des édits émis par la pression publique et le maintien de l’ordre est incontestable.

Ce pouvoir, cependant, est tout sauf cela. Le maintien de l’ordre est un bluff, et un bluff dangereux. Ce bluff est maintenu par l’évaluation rationnelle des risques que nous prenons tous lorsque nous décidons de contester ou non les exigences du policier.

Cette tension est au cœur de tous les systèmes de gouvernement, qu’ils soient répressifs ou constructifs. Ceux qui sont au pouvoir ne le restent en fin de compte qu’avec le consentement des gouvernés. Et une fois que la confiance dans les aspects constructifs du gouvernement (quels qu’ils soient) fait défaut, c’est là que le chaos s’installe.

Charles Lipson, écrivant dans Real Clear Politics, a a enfin cerné l’ampleur de la perte de confiance des Américains dans leurs institutions. Franchement, il arrive un peu tard, mais bon, je n’ai jamais snobé quelqu’un qui voulait se joindre à cette fête.

Le problème auquel nous sommes confrontés, au-delà des spécificités de la criminalité, du COVID, de la duplicité et de la division sociale, est un effondrement palpable de l’ordre public au moment même où le public a perdu confiance dans nos responsables gouvernementaux et dans les institutions qu’ils dirigent. Les deux méta-problèmes – l’effondrement de l’ordre et l’érosion de la confiance du public – sont profondément liés car nous comptons sur nos dirigeants et nos institutions pour nous donner des informations fiables, fournir un environnement stable (afin que chacun de nous puisse mener sa vie) et respecter les mêmes règles que nous. Ce sont les éléments fondamentaux d’une société pacifique, libérale et démocratique. Leur érosion met en péril cette société et sa gouvernance.

Lipson a raison. Et le fait qu’il soit publié sur un site favorable au régime comme RCP indique qu’il existe une réelle inquiétude au sommet de la hiérarchie dominatrice. Les lecteurs de longue date savent que la chronique de ce déclin de la confiance est en quelque sorte la raison d’être de ce blog, il est donc bon de voir ces idées filtrer dans le « monde réel ».

Les 4 étapes du deuil

Mais c’est aussi une façon de dire que parce que nous pouvons désormais parler de cela avec des personnes qui ne partagent pas nos points de vue, on justifie ainsi les mesures prises en ce moment pour boucler la boucle, verrouiller les portes et pousser leur contrôle sur nous jusqu’à un niveau critique.

Cette justification, cependant, est fragile et n’est avancée que par ceux qui sont tellement imbus d’eux-mêmes qu’ils refusent d’accepter que quiconque ne se conforme pas à la loi. Je suis tombé sur un tweet qui exprimait succinctement l’état actuel des choses en ce qui concerne le COVID-19 et le croque-mitaine qu’est le Variant Delta.

La semaine dernière, je vous ai dit que nous étions entrés dans l’œil du cyclone de Davos. Nous accélérons vers un futur qui, vu de l’extérieur, ressemble au film « Brazil » de Terry Gilliam, mais qui, vu de l’intérieur, ressemble à l’interprétation par Steven Spielberg de « Minority Report » de Philip K. Dick.

Davos et ses agents ont atteint la 4ème étape.

Et la 4ème étape peut durer plus longtemps que ce que beaucoup de gens accepteront.

Les choses ne seraient jamais arrivées à la 4ème étape si nos dirigeants avaient été des courtiers honnêtes.

Les choses n’auraient jamais atteint la 4ème étape s’ils n’avaient pas été engagés dans la plus grande psy-op de l’histoire de l’humanité.

Les choses ne seraient pas arrivées à la 4ème étape s’ils faisaient réellement le travail que nous leur avons confié et s’ils respectaient la relation entre le gouvernement et les gouvernés.

Aujourd’hui, passer à la 4ème étape, c’est susciter le chaos alors qu’ils devraient rétablir l’ordre. Le problème de la bande du Davos, c’est qu’elle a toujours profité du chaos qu’elle suscitait dans le passé.

Parce que, dans le passé, l’hallucination consensuelle du gouvernement était toujours là. Nous croyions encore, à tort, qu’ils avaient nos meilleurs intérêts à cœur. Donc, tout chaos inséré dans la Matrice pouvait être utilisé comme une opportunité pour faire avancer leurs plans, parce que la masse critique de scepticisme n’était pas là.

Mais, ce n’est plus le cas maintenant. Susciter le chaos alors qu’ils nous ont tout pris et ont exposé leur rapacité, c’est susciter quelque chose qu’ils n’ont jamais vu auparavant.

Alors que les États-Unis n’ont pas encore touché le fond, nous ne voyons pas le vrai soulèvement. En France, en Italie et maintenant en Pologne, ceux qui n’ont plus rien à perdre l’ont perdu (merci à Gerald Celente). Quelqu’un veut-il voir ce qui se passera lorsque 6 millions d’Américains supplémentaires seront mis à la porte de leur maison par Blackrock ?

Il n’est pas étonnant que Biden ait désespérément cherché à faire prolonger le moratoire sur les expulsions, même s’il était inconstitutionnel.

Mais lorsque vous mélangez ce niveau de répression sociale et financière avec le manque total de confiance dans (et par) les institutions, comme l’a souligné Lipson, vous obtenez quelque chose de très volatile. C’est pourquoi les Italiens ont brûlé leurs certificats de vaccination ce week-end.

C’est pourquoi les pompiers français et les responsables de la santé publique font grève contre les mandats du président Macron. Et c’est pourquoi, peu importe la façon dont nos médias, le gouvernement et les Karen du COVID dans les banlieues nous menacent, le plus probable est que lorsque quelqu’un se lève et dit simplement « Non », tout s’écroule.

Bienvenue à la 5ème étape

En raison de cette instabilité, de cette fragilité, il nous incombe dès maintenant de dire « Non », partout. Des menaces de perte d’emploi à cause de la vaccination ? Non, obligez-les à vous licencier. Des dizaines d’avocats défileront pour porter votre affaire en justice.

À Moscou, les restaurants ont perdu 80% de leur chiffre d’affaires du jour au lendemain après que la ville a institué un passeport vaccinal pour manger au restaurant. La réponse ? Les Russes ont juste dit « Non » et ont cuisiné. C’est votre modèle.

Pendant toute la durée de la « pandémie » dans ma ville, j’ai évité les endroits où le port d’un masque était obligatoire et j’ai ignoré les avertissements des endroits qui essayaient de me forcer à en porter un.

Je suis entré, j’ai été poli, j’ai fait mes affaires et je suis parti.

J’ai porté des masques par politesse envers les habitants en dehors de ma ville d’origine. Mais, c’est tout.

Aujourd’hui, nous sommes contraints d’accepter d’être des citoyens de seconde zone parce que nous ne nous faisons pas vacciner, alors que les vaccins ne font rien pour arrêter la propagation du virus. Cela est présenté comme de l’irresponsabilité, alors que les personnes vaccinées ont une charge virale plus élevée, ce qui fait d’elles des vecteurs potentiels mettant en danger tous les autres.

Je n’ai pas besoin de bénéficier d’une thérapie génique expérimentale pour valider vos choix de vie.

J’ai besoin que vous voyiez qu’il y a plus à faire dans la vie que de suivre le mandat de psychopathes et de menteurs pathologiques et de pécher par excès de prudence.

Pas étonnant qu’il y ait une cohorte croissante de personnes qui passent à la 5ème étape, en disant simplement « Non ». Le temps des gages de vertu est terminé. Le temps des mensonges sur les masques, les statistiques de décès et les bases de la virologie est révolu. C’est une opération politique et nous devons la traiter comme telle.

Si vous avez reçu la piqûre, très bien. Si vous n’avez pas eu d’effet secondaire, tant mieux !

Si vous avez contracté le COVID par la suite, que vous avez eu des symptômes légers et que vous vous êtes rétabli, c’est encore mieux. Je suis heureux que vous ayez survécu.

Mais, ça s’arrête là. Ne vous inquiétez pas pour moi. Il vous incombe maintenant de comprendre les véritables enjeux et de trouver un avenir qui ne se termine pas par un dérèglement, une sous-classe marginalisée en permanence et une mort massive.

Alors, arrêtons de prétendre que tout cela concerne la santé publique, et ce depuis plus d’un an. En fait, il a toujours été question de votre santé personnelle et, par conséquent, se faire vacciner devrait être un choix personnel.

Tout ce qui va au-delà de cela n’est que pure politique servant les intérêts de ceux qui ont été pris en flagrant délit de mensonge sur tout cela et qui profitent de notre détresse commune de manière flagrante.

Il s’agit de l’incapacité de l’État à tenir ses promesses fondamentales pendant des décennies et de l’obligation de l’assumer honnêtement. Maintenant, les mensonges de l’État sur la Covid-19 et les vaccins détournent l’attention de leurs échecs, nous divisant pour non seulement maintenir ce pouvoir mais l’étendre de façon exponentielle.

Notre confiance en eux a disparu. C’est clair comme de l’eau de roche. Ce qui n’est pas évident pour beaucoup, c’est que leur confiance en notre volonté de les suivre a également disparu. C’est pourquoi ils passent si rapidement à la 4ème étape.

Parce que c’est la situation la plus effrayante pour eux.

Plus nombreux nous serons à passer simplement à la 5ème étape et à dire « Non », plus vite toute cette opération s’effondrera et nous pourrons passer à la 6ème étape, réparer ce qui a été cassé.


source : https://tomluongo.me

traduit par Zineb, relu par Wayan, pour le Saker Francophone

via https://lesakerfrancophone.fr





-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *