Le réchauffement climatique a des conséquences sur l’ensemble de la planète, y compris les océans. À cause de la montée des températures, les courants océaniques de l’Atlantique sont sur le point de se détraquer. Or, ils ont un rôle fondamental dans l’équilibre du climat mondial, et leur bouleversement pourrait entraîner des catastrophes naturelles dramatiques, comme l’accélération de la fonte des glaces, la montée des eaux ou encore l’augmentation des périodes de sécheresses et des tempêtes. Explications.

La Circulation méridienne de retournement Atlantique, aussi appelée Amoc, est un système qui englobe plusieurs courants dans l’océan. Ces derniers font circuler l’eau dans l’Atlantique, ce qui crée un parfait équilibre et permet de réguler le climat de la planète. Cependant, selon une étude publiée dans la revue scientifique Nature Climate Change, ces courants sont sur le point de se dérégler, ce qui pourrait engendrer des catastrophes dramatiques sur Terre.

Le climat qui nous permet de vivre sur Terre est régulé grâce à la présence de plusieurs écosystèmes, dont les océans. Dans l’Atlantique, on retrouve la Circulation méridienne de retournement atlantique (Amoc) qui englobe plusieurs courants océaniques, comme le Gulf Stream qui traverse l’océan d’est en ouest. En effet, l’eau se déplace dans l’océan sous la forme de courants. Ce déplacement varie selon la salinité, la masse, la densité et la température de l’eau.

Source : Pixabay, Dimitris Vetsikas

Ces courants océaniques permettent de transporter les eaux tropicales chaudes vers le nord de l’Atlantique. Une fois au nord, cette eau se refroidit, devient plus dense et plus lourde, et s’enfonce dans les profondeurs de l’océan, pour ensuite retourner vers le sud, et ainsi de suite. Ce courant déplace chaque seconde 20 millions de mètres cubes d’eau, et crée un parfait équilibre qui permet de réguler le climat mondial et la température des océans. 

Les courants océaniques se dérèglent

Ainsi, l’Amoc joue un rôle de thermostat mondial. Cependant, selon une étude publiée le 5 août dans la revue scientifique Nature Climate Change, ces courants sont sur le point d’être bouleversés et pourraient, à terme, se détraquer. Durant le siècle dernier, les courants sont devenus de moins en moins stables, et ils circulent désormais plus lentement qu’avant. Ce dérèglement est une conséquence du réchauffement climatique et de l’arrivée d’eau douce venue de la fonte des glaces.

« Je ne m’attendais pas à ce que l’excès d’eau douce ajouté au cours du dernier siècle cause déjà un tel retournement de la circulation. Il est urgent que nous revoyions nos modèles à la lumière de ces observations, afin d’estimer dans quelle mesure l’Amoc est sur le point de franchir ce seuil » a affirmé Niklas Boers, auteur de l’étude et chercheur à l’Institut de recherche sur l’impact du changement climatique.

L’Amoc a deux états : un puissant et rapide, qui permet de maintenir le climat actuel, et un plus faible et plus lent. Actuellement, la hausse des températures provoquée par l’augmentation des gaz à effet de serre risque de faire basculer l’Amoc de son premier état vers le second. Cette transition peut rapidement devenir critique si elle se met en place, car elle entraînerait un grand bouleversement climatique.

« La perte de stabilité dynamique impliquerait que l’Amoc a atteint un seuil critique, au-delà duquel une transition possiblement irréversible vers son mode de fonctionnement faible pourrait avoir lieu. Je ne m’attendais pas à ce que des signes de déstabilisation soient déjà visibles, et je trouve cela effrayant. Nous ne pouvons pas laisser cela arriver » a déclaré Niklas Boers.

Des conséquences dévastatrices sur l’ensemble du globe

L’effondrement des courants atlantiques pourrait avoir des conséquences dévastatrices sur le monde entier. Toutes les régions du globe pourraient être impactées par une multitude de catastrophes naturelles. En effet, ce bouleversement entraînerait une accélération de la fonte des glaces. Déjà menacés, les glaciers de l’Antarctique pourraient fondre encore plus vite qu’à l’heure actuelle.

Source : Pixabay, Полина Андреева

En Inde, les périodes de moussons pourraient se raréfier ou se déplacer, alors que des millions de personnes en dépendent pour se nourrir. Encore plus d’habitants seraient exposés à des périodes de sécheresse importantes. L’Europe subirait quant à elle de nombreuses catastrophes naturelles, avec une forte augmentation du nombre de tempêtes. Le niveau de l’eau pourrait s’élever, notamment en Amérique du Nord, et l’équilibre de la forêt amazonienne serait également en danger.

Une solution : réduire les émissions de CO2

Malgré ces résultats alarmants, les auteurs de l’étude affirment que des solutions existent pour freiner le dérèglement des courants atlantiques et éviter ces conséquences dévastatrices. La principale solution consisterait à diminuer les émissions de CO2 sur l’ensemble de la planète.

« La seule chose que l’on puisse faire est de garder les émissions de CO2 au plus bas possible. La possibilité que cette catastrophe se produise augmente avec chaque gramme de gaz à effet de serre que l’on rejette dans l’atmosphère » a déclaré Niklas Boers.

Pour le moment, les scientifiques ne savent pas la date à laquelle les courants vont se dérégler, ni quand le point de non-retour sera atteint. L’effondrement des courants océaniques pourrait avoir lieu dans une ou cinq décennies, ou même dans plusieurs siècles. Cette incertitude, qui agit comme une vraie menace sur la planète, prouve que des mesures radicales et immédiates doivent être prises rapidement pour éviter ce grand dérèglement.

Lisa Guinot


Nos travaux sont gratuits et indépendants grâce à vous. Afin de perpétuer ce travail, soutenez-nous aujourd’hui par un simple thé 😉

Donation



-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *