États-Unis : Suicide des libéraux blancs



Il est suicidaire de sympathiser avec ses ennemis déclarés. Les libéraux blancs, même ceux qui sont à la tête des villes pillées et incendiées, s’entendent bien évidemment avec les ennemis de la loi et de l’ordre. La sympathie des libéraux blancs ne leur rapportera que dalle. La politique identitaire et les Antifas ne font pas de distinction entre les Blancs. Ils ont abattu la statue de Lee [général sudiste] et celle de Grant [général nordiste]. Pour les Antifas, tout Blanc est un agresseur et tous sont racistes, libéraux compris.



Mike Whitney avance des raisons de croire à l’existence d’une révolution bolchevique à Seattle.



Il décrit l’énormité de la violence et du vandalisme, que la presse fait passer pour des ‘manifestations pacifiques’. Il relève que la presse ment pour faire croire que le président Trump s’oppose aux manifestations pacifiques. Il faut que vous ayez cela à l’esprit en vous abonnant à des journaux et en regardant les émissions télévisées de la pressetituée, qui vous bourrent le mou avec des salades.



Mike Whitney signale aussi que les organisations Antifa et Black Lives Matter (financées par des fondations et des sociétés libérales blanches), qui sont en grande partie composées de Blancs, sont de véritables entités de type bolchevique, dont l’objectif est le soulèvement révolutionnaire. Que ce soit ou non le cas, il est vrai que le pouvoir naît là où il n’y en a pas. Le vide de pouvoir est laissé par les administrations démocrates des villes et des États, qui croient, à l’instar de leurs alliés de la presse, que les ‘manifestations pacifiques’ desserviront la réélection de Trump. Pour faire durer les pillages et les émeutes, les démocrates maintiennent les forces de l’ordre à l’écart, et cela humilie et démoralise la police.



Mike Whitney pense que la plaisanterie peut devenir incontrôlable. C’est possible, mais peut-être uniquement dans les villes gérées par des libéraux blancs.



La question est de savoir si, lors des élections, les démocrates pourront vraiment bénéficier des pillages et des émeutes dans tant de villes. Il n’est pas impossible que les libéraux blancs qui ont élu les démocrates qui laissent incendier et piller leurs propres villes, voient de la ‘justice’ dans ce qui se passe. Par contre, ne prenant aucun risque, la pressetituée s’ingénie à faire passer les émeutes pour des manifestations pacifiques. Ça marche avec les libéraux blancs, mais si l’on se fie à l’explosion des ventes d’armes à feu et de munitions, peu de gens croient la presse. Témoins de l’incroyable décomposition de la loi et de l’ordre, les gens s’arment pour se protéger.



Si Trump est réélu, il devra prendre des mesures draconiennes contre la sédition laissée faire par les démocrates et la presse, et il devra sévir contre l’establishment républicain qui s’est allié aux démocrates pour le discréditer, lui et son programme. Si Trump ne le fait pas, la situation ne fera qu’empirer.



Si Biden est élu, l’establishment démocrate sera probablement balayé par les gauchistes qui ont désormais le mors aux dents. Les citadins blancs ne seront plus protégés par la police. Comme les Blancs ne sont pas organisés et que les Antifas le sont, les citoyens blancs, libéraux blancs inclus, auront du mal à se sortir du pétrin.




Paul Craig Roberts, 3 août 2020



Original : White Liberals Are Committing Suicide


Adaptation en français de Petrus Lombard




Alter Info
l’Information Alternative



-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *