Alors que des armées de mercenaires comme Blackwater ont déjà fait l’objet d’une enquête, rendant le nom de l’entreprise tristement célèbre dans le monde entier, l’organisation Creative Associates International est largement passée sous les radars – exactement là où le conseil d’administration de l’organisation veut qu’elle soit.

Vous n’en avez probablement jamais entendu parler, mais Creative Associates International (CAI) est l’une des organisations non gouvernementales les plus importantes et les plus puissantes au monde. Pilier de la puissance douce des États-Unis, le groupe a été l’architecte de la privatisation du système éducatif irakien, a conçu des applications de messagerie destinées à renverser le gouvernement cubain, a servi de groupe de façade à la tristement célèbre force mercenaire Blackwater (rebaptisée Academi) et a assuré la liaison avec les escadrons de la mort Contras au Nicaragua. En tant que telle, elle a fonctionné « à la fois comme un instrument de politique étrangère et comme une manifestation d’un projet impérial plus large », selon les termes du professeur Kenneth Saltman de l’Université de l’Illinois à Chicago.

Une OG se faisant passer pour une ONG

Une personne ordinaire qui consulterait le site web de Creative Associates – orné d’images d’enfants africains souriants, d’enfants asiatiques apprenant à lire et d’agriculteurs latinos heureux de récolter leurs champs – conclurait probablement que l’organisation est une sorte d’organisation caritative progressiste à but non lucratif qui travaille sans relâche à l’autonomisation des personnes vulnérables dans le monde.

Pourtant, en soumettant l’organisation à un examen un peu plus approfondi, certains signaux d’alarme commencent immédiatement à apparaître. Tout d’abord, la salade de mots indéchiffrables qu’elle utilise pour décrire ce qu’elle est réellement dans sa section « Nous en bref ». « Creative Associates International fournit des services de développement exceptionnels sur le terrain et forge des partenariats pour apporter des solutions durables aux défis mondiaux », peut-on lire, comme s’il s’agissait d’une réponse à la question « Qui êtes-vous ? Le document poursuit en affirmant que « Creative est reconnue pour sa capacité à s’adapter rapidement et à exceller dans des environnements conflictuels et post-conflictuels » – une déclaration qui ressemble de manière inquiétante à celle que les armées mercenaires privées utilisent pour faire la publicité de leurs services.

Dans le monde d’aujourd’hui, le gouvernement des États-Unis n’utilise pas seulement des méthodes ouvertement violentes (guerres, invasions, coups d’État, formation d’escadrons de la mort nationaux, etc.) pour obtenir un changement de régime ; il utilise également des techniques dites de « puissance douce » – formation de dirigeants, éducation, coercition économique, etc. Et Creative Associates International est un élément crucial de ce système.

La société a été fondée en 1979 par M. Charito Kruvant, descendant d’une riche famille bolivienne propriétaire de terres qui a fui le pays après la révolution progressiste de 1952. Aujourd’hui, elle est devenue un mastodonte à but lucratif qui travaille dans au moins 85 pays avec un personnel à temps plein d’environ mille personnes (et d’innombrables autres contractants). Et bien qu’il s’agisse techniquement d’une institution privée, la grande majorité de son financement provient directement de Washington. Au cours des 20 dernières années, le gouvernement a accordé à Creative Associates 1 998 138 515 dollars de contrats, selon Tracey Eaton, une journaliste qui a étudié les activités de l’entreprise à Cuba. Sur ce montant, l’USAID a fourni plus de 1,8 milliard de dollars.

Leland Kruvant, président par intérim de la CAI, s’exprime lors d’un symposium de la CAI sur l’extrémisme violent en présence de hauts responsables du gouvernement américain.

En outre, le conseil consultatif mondial de l’organisation souligne qu’il ne s’agit pas exactement d’une organisation caritative artistique progressiste, comme son nom et son image de marque le laissent souvent entendre. Sur les sept membres de son conseil, six sont des hauts fonctionnaires américains. Parmi eux, le secrétaire d’État adjoint de Barack Obama pour l’Asie du Sud et l’Asie centrale, un général quatre étoiles et l’ancien sous-secrétaire d’État à la Sécurité civile, à la Démocratie et aux Droits de l’Homme.

« Creative Associates fait partie des principaux contractants du gouvernement américain chargés d’aider à organiser les transitions politiques. La société fait partie de cette entreprise lucrative surnommée le “complexe industriel de la démocratie“ », a déclaré Eaton à Mintpress.

D’une manière détournée, l’ancien chef de l’USAID Andrew Natsios (un autre membre du conseil d’administration de la CAI) semble être d’accord avec Eaton. Lorsque l’administration Trump envisageait de réduire le budget de l’aide étrangère, Natsios s’y est opposé avec véhémence. « Ce que vous faites essentiellement, c’est éviscérer l’outil le plus important de l’influence américaine dans le monde en développement, qui est notre programme de développement », a-t-il déclaré. « Je ne pense pas qu’ils comprennent ce qu’est le rôle de l’USAID, ce que sont les directeurs de mission de l’USAID. Les directeurs de mission de l’USAID sont parmi les étrangers les plus influents du pays », a-t-il ajouté, confirmant apparemment que l’objectif de l’organisation est moins d’aider les autres que de promouvoir les intérêts de Washington par le biais du pouvoir social et économique américain.

« Même perdre des guerres rapporte de l’argent »

L’Afghanistan est de loin le pays où les projets de Creative Associates ont obtenu le plus de fonds. Si l’on ajoute à cela ses activités en Irak, la société a récolté plus d’un demi-milliard de dollars de contrats gouvernementaux.

« Même perdre des guerres rapporte de l’argent. Si vous allez dans la région de D.C., dans les banlieues de la Virginie et du Maryland, il y a tous ces types d’entreprises qui existent à cause de la guerre. Et l’industrie du développement s’est beaucoup enrichie grâce à elle », a déclaré Matthew Hoh, ancien capitaine des Marines et fonctionnaire du Département de la Défense et du Département d’État. « L’ensemble de l’arnaque était tout simplement époustouflant », a-t-il ajouté. En 2009, Matthew Hoh a démissionné de son poste au Département d’État en Afghanistan pour protester contre l’escalade de la guerre par les États-Unis.

Creative Associates a obtenu un certain nombre de contrats lucratifs dans le cadre de la reconstruction des deux pays, notamment en ce qui concerne leurs systèmes éducatifs – notamment la construction d’écoles, la rédaction et l’impression de manuels scolaires, la formation des enseignants, ainsi que l’administration et la gestion des systèmes éducatifs. Engager une société américaine pour faire ce travail plutôt que de donner aux gouvernements locaux le financement et le pouvoir de planifier leur propre avenir remplit une fonction très importante, selon Saltman, qui note que cela permet aux États-Unis de conserver essentiellement un contrôle total sur la société irakienne et afghane. Qualifiant le remodelage de la société irakienne d’exemple classique de « capitalisme du désastre », Saltman le décrit comme « une expérience radicale de marché libre visant à démolir le secteur public et à transférer le contrôle de la société civile presque entièrement au secteur privé » et « une tentative de livrer essentiellement une nation aux entreprises ».

Les manuels scolaires de Creative Associates en Afghanistan ont purgé toute mention des dernières décennies de l’histoire afghane ou des Taliban de ses manuels. « Vous ne pouvez pas acheter ce genre de contrôle de la pensée – à moins que vous ayez quelques centaines de millions », a écrit un éducateur américain.

Saltman a également fait remarquer que le travail dans les zones de guerre nécessitait un haut degré de sécurité, et que des entreprises comme CAI étaient susceptibles de céder directement des dizaines de millions de dollars de leurs contrats à des groupes de mercenaires privés comme Blackwater.

Hoh a tenu à souligner que de nombreuses personnes travaillant aux niveaux inférieurs de ce type de programmes étaient bien intentionnées, mais qu’à mesure que l’on s’élevait dans la hiérarchie, l’engagement en faveur des autres diminuait considérablement. « Des groupes comme CAI font le travail [authentique], mais ils sont aussi une façade. C’est un moyen pour la CIA et d’autres services de sécurité de faire entrer des personnes dans des pays », a-t-il déclaré. En 2009, il a été signalé que le siège de Creative Associates à Peshawar, au Pakistan, servait de couverture à Blackwater pour organiser des opérations militaires le long de la frontière afghano-pakistanaise.

Creative Associates a également obtenu des contrats lucratifs pour travailler dans d’autres zones de guerre, comme la Libye et le Yémen.

Cuba : rappeurs et changement de régime

Pendant des années, Creative Associates International a travaillé en étroite collaboration avec la CIA et d’autres agences gouvernementales, gérant et supervisant un ensemble complexe de projets visant Cuba, dans un but précis : le renversement du gouvernement communiste (ou « le changement sociopolitique qui se produit à Cuba », comme ses propres documents préféraient décrire sa mission).

Le projet le plus tristement célèbre de Creative Associates est peut-être la création d’une application de type Twitter appelée ZunZuneo. ZunZuneo a d’abord fonctionné comme un outil de communication très utile mais, lentement, ses créateurs y ont injecté des messages de changement de régime, dans le but d’inciter tous les utilisateurs à participer à des manifestations et à fomenter une révolution de couleur caribéenne. La base d’utilisateurs de l’application s’est rapidement développée, attirant 55 000 personnes en 2012 – un chiffre énorme pour un pays pauvre ayant peu accès à Internet. Le gouvernement américain a tenté de cacher son propre rôle dans la création de l’appli, en essayant secrètement de convaincre le PDG de Twitter, Jack Dorsey, d’acheter l’entreprise en tant que prête-nom. On ne sait pas exactement quelle a été l’issue de ces négociations. Cependant, le projet ZunZuneo a été brusquement abandonné, laissant les Cubains se demander pourquoi leur fournisseur de services a soudainement cessé de fonctionner. Ce n’est que deux ans plus tard, grâce à une enquête de l’Associated Press, que la vérité a été révélée.

Les documents de subvention de l’USAID montrent l’implication de CAI dans le projet ZunZuneo. source : Cuba Money Project

Ce fut loin d’être le dernier projet infâme dans lequel Creative Associates a été intimement impliqué, cependant. Entre 2009 et 2014, elle a été chargée de recruter des agents de changement de régime sur l’île. Creative Associates a fait venir à Cuba de jeunes militants de toute l’Amérique latine sous le couvert d’une fausse campagne de sensibilisation au VIH/sida, que des notes internes décrivent comme « l’excuse parfaite » pour faire entrer et sortir ses employés du pays.

Creative Associates a également tenté d’utiliser la communauté hip-hop cubaine comme vecteur de changement de régime dans ce pays des Caraïbes. En 2009, elle a envoyé sur l’île le promoteur musical serbe et expert en révolution colorée Rajko Bozic, qui a tenté d’identifier et de soudoyer des rappeurs pour qu’ils rejoignent son projet.

Le rap avait explosé en tant que genre sur l’île au cours des décennies précédentes, en partie à cause de son nouveau son et en partie parce que les rappeurs afro-cubains utilisaient ce média pour attirer l’attention sur des sujets tabous comme le racisme. Les Creative Associates – impérialistes intersectionnels par excellence – ont flairé l’occasion de s’en servir comme d’un sujet de discorde.

Bozic a trouvé une poignée d’artistes prêts à participer au projet et a immédiatement commencé à les promouvoir de manière agressive et à faire passer leur musique sur les stations de radio occidentales. Il a également soudoyé de grandes stars de la musique latino pour qu’elles autorisent les rappeurs à faire la première partie de leurs concerts, leur offrant ainsi une crédibilité et une exposition supplémentaires. ZunZuneo a contribué à cette entreprise en envoyant aux utilisateurs des liens vers cette nouvelle musique passionnante dont toute l’île semblait parler.

Si le rôle de Creative Associates dans cette affaire a été révélé, la tactique générale consistant à utiliser les rappeurs pour changer le régime est toujours clairement active. Les publications de subventions de l’USAID et de son organisation sœur, la National Endowment for Democracy (NED), montrent que les deux groupes utilisent le hip-hop pour atteindre leurs objectifs. Par exemple, un projet figurant dans les dernières publications de la NED, intitulé « Renforcer les capacités des artistes hip-hop cubains en tant que leaders dans la société », indique que son objectif est de « promouvoir la participation des citoyens et le changement social » et de « sensibiliser au rôle des artistes hip-hop dans le renforcement de la démocratie dans la région ». Bien entendu, pour les États-Unis, « démocratie » à Cuba est synonyme de « changement de régime ».

En juillet de cette année, des rappeurs cubains ont mené une insurrection ratée. Le visage du mouvement était l’expatrié cubain Yotuel, un artiste qui travaille ouvertement avec le gouvernement américain et dont la chanson « Patria y Vida » a été immédiatement promue dès sa sortie par des politiciens et des hauts fonctionnaires américains à Washington. « Patria y Vida » est régulièrement citée dans les rapports américains comme un exemple de réussite dans les activités de « promotion de la démocratie ».

Il n’est pas certain que Creative Associates ait été directement impliqué dans les manifestations de juillet à Cuba. L’entreprise semble relativement embarrassée par la presse dont elle a fait l’objet ; en fait, le site web de l’entreprise ne fait aucune mention de quelque activité cubaine que ce soit – historique ou actuelle.

Amérique latine : impérialistes intersectionnels

Les États-Unis ont envahi le Nicaragua en 1933, mettant en place la dictature de Somoza pour veiller à leurs intérêts. Avec la révolution sandiniste en 1979, les États-Unis ont perdu le contrôle de ce petit pays d’Amérique centrale. Dans un effort pour revenir en arrière, Washington a financé, armé, entraîné et soutenu les escadrons de la mort d’extrême droite des Contras, tristement célèbres pour leur brutalité. Le soutien direct aux Contras a pris fin en 1989. Mais exactement au même moment, les États-Unis ont commencé à employer des associés créatifs pour mener toutes sortes d’opérations impliquant l’organisation paramilitaire, efforts qui ont aidé la candidate soutenue par les États-Unis, Violetta Chamorro, à remporter les élections de 1990. Les lois locales interdisant le financement étranger des partis politiques ont été contournées par la création d’un large éventail d’organisations non gouvernementales axées sur l’inscription des électeurs et l’éducation politique, ainsi que des programmes visant à unir l’opposition anti-sandiniste (dont les Contras) derrière Chamorro.

Maintenant que les Sandinistes sont revenus au pouvoir, Creative Associates est de retour pour se venger. Comme l’a déclaré à MintPress le journaliste Ben Norton, basé au Nicaragua :

« Creative Associates a été très actif dans les opérations de déstabilisation visant le gouvernement sandiniste. Avec un financement abondant de l’USAID, cette filiale de la CIA a cyniquement exploité des questions sensibles pour accroître les divisions sociales, creusant intentionnellement un fossé entre les Nicaraguayens et leur gouvernement sandiniste avec des programmes ciblant les minorités raciales et ethniques, les personnes handicapées, la communauté LGBT et les jeunes à risque ».

Un Nicaraguayen pose lors d’un événement de l’USAID sur les questions LGBT en 2018. source | CAI

Norton a noté que, alors que Creative Associates prétend travailler purement pour améliorer la société nicaraguayenne, elle collabore exclusivement avec des groupes alignés sur l’opposition, subventionnant ainsi efficacement la droite du pays. « L’un des nombreux programmes de l’USAID gérés par Creative Associates au Nicaragua a ciblé les groupes vulnérables de la côte caraïbe du Nicaragua. La division de la CIA y joue sur les différences entre la communauté indigène Miskito et la population afro-nicaraguayenne », ajoute-t-il.

De même, au Salvador, les efforts des États-Unis sont présentés comme non partisans. Mais plutôt que d’aider le parti de gauche FMLN, Washington injecte des millions dans le pays par le biais d’une myriade d’ONG qui promeuvent des solutions néolibérales et privées aux problèmes. « Derrière les séances de photos réconfortantes, les projets de l’USAID au Salvador servent furtivement les intérêts de la classe des entreprises salvadoriennes », écrit le magazine Jacobin. Creative Associates a été au cœur de cet effort : depuis 2001, l’organisation a reçu plus de 51 millions de dollars pour des projets au Salvador. Elle a également joué un rôle de premier plan dans le soutien à la dictature du Honduras, soutenue par les États-Unis, en aidant le gouvernement à militariser sa réponse aux troubles et autres problèmes sociaux.

Et alors que l’organisation se décrit comme étant dans le domaine de la promotion de la démocratie, elle est souvent impliquée dans tout le contraire. Saltman note que la société a participé au coup d’État de 1991 en Haïti, qui a chassé du pouvoir le président démocratiquement élu, Jean-Bertrand Aristide. Lorsqu’Aristide est revenu au pouvoir par une victoire écrasante en 2000, Creative Associates s’est remis au travail, tentant de remodeler le système médiatique haïtien sur la base du modèle américain des entreprises à but lucratif.

Sans surprise, au Venezuela, Creative Associates soutient également le leader de l’opposition Juan Guaidó, soutenu par les États-Unis. Son conseiller principal Jeff Fischer a appelé le « régime » de Nicolas Maduro à acquiescer à une élection organisée par l’OEA, un groupe basé à Washington qui a joué un rôle clé dans le renversement du président bolivien de gauche Evo Morales en 2019. Dans ses recommandations, Fischer a suggéré qu’une force « internationale » devrait être envoyée par avion pour assurer la sécurité de toute élection, et que le processus devrait être conçu par des personnes extérieures et non soumis aux lois vénézuéliennes.

Des solutions créatives

Creative Associates International fait essentiellement office de gouvernement semi-privatisé dans de nombreux pays, supervisant les systèmes d’éducation et de santé, les services de sécurité et la gestion locale. Elle fournit également un large éventail de services clandestins : espionnage, renseignement et opérations de changement de régime.

Autrefois réservé à la CIA et à d’autres agences en trois lettres, ce type de travail est aujourd’hui largement réalisé par le secteur privé. Comme l’a déclaré Allen Weinstein, cofondateur du National Endowment for Democracy, au Washington Post, « une grande partie de ce que nous faisons aujourd’hui était réalisée secrètement il y a 25 ans par la CIA ».

L’utilité de cette démarche est multiple. Tout d’abord, le fait de confier le travail de construction de la nation à des tiers basés aux États-Unis permet à Washington de maintenir son contrôle sur un pays sans occupation officielle. Dans d’autres nations, cela permet de former une classe entière de personnes à voir le monde d’une manière favorable aux intérêts de l’État et des entreprises américaines. En outre, ces projets offrent de nombreuses possibilités de réaliser d’énormes profits (privés). L’externalisation des activités sales à des sociétés privées permet également au gouvernement américain de se distancer de tout scandale. Mais ce qui est peut-être le plus important, c’est qu’il n’y a pas de contrôle public avec les entreprises privées. Comme l’explique Hoh :

« Vous pouvez cacher des choses en utilisant ces sociétés privées. Les sociétés privées ne sont pas soumises aux demandes de la loi sur la liberté d’information. Donc, si vous travaillez au Nicaragua avec l’USAID, théoriquement, tout votre travail devrait être accessible aux citoyens américains par le biais de la loi sur la liberté d’information et d’autres mécanismes. Mais si vous êtes une entreprise privée, vous n’avez pas cette possibilité sous aucune forme. Il y a donc beaucoup de choses que l’on peut faire avec ces sociétés privées et que le gouvernement ne peut pas faire, notamment en ce qui concerne le déni plausible ».

En fin de compte, Creative Associates International est devenu un élément important du complexe militaro-thinktank-industriel américain. Bien qu’il s’agisse techniquement d’une société privée, le fait que la quasi-totalité de son financement provienne de Washington et que son conseil d’administration soit composé de hauts fonctionnaires américains démontre que l’organisation fait partie intégrante de la stratégie mondiale de Washington. Toutefois, le vernis de la privatisation lui permet d’éviter l’examen public auquel serait soumis un ministère. Alors que des armées de mercenaires comme Blackwater ont déjà fait l’objet d’une enquête, rendant le nom de la société tristement célèbre dans le monde entier, Creative Associates International est largement passée sous les radars – exactement là où le conseil d’administration de l’organisation veut qu’elle soit.

Alan Macleod

https://www.mintpressnews.com/creative-associates-international-cai-it…

traduit par Réseau International





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *