Au creux de l’été, le 29 juillet, un titre parmi dautres qui pourrait inquiéter : « Selon la police, manifestations anti-passe sanitaire : plus de 200.000 manifestants en France selon l’Intérieur, dont 14.250 à Paris ». Depuis, les défilés se multiplient et enflent. Il faut bien comprendre que ce niveau de participants, qui nest pas anodin, cache en réalité la très mauvaise humeur des Français, et bien au-delà de la seule question du passe sanitaire. 

Mais qui sont ces manifestants ? 

On observe clairement que la composition sociologique des manifestants nest pas celle des Gilets Jaunes (G.J). Autant les G.J représentaient le « petit peuple » travailleur ou déclassé, autant les manifestants de cet été sont des Français de tous bords, souvent accompagnés de leurs enfants. Certes la période des vacances favorise dun certain point de vue cette représentation, encore que cette période inciterait plutôt à la démobilisation. Mais il ne faut pas négliger le fait quaujourdhui, tous les Français sont inquiets pour leur avenir. Cette inquiétude est certainement un élément substantiel de leur participation. 

Le fait que près d’un tiers des français soutiennent le mouvement n’est pas négligeable.

Il y a bien quelques idiots pour attaquer de centres de test ou de vaccination, ou brandir des pancartes avec des slogans bêtes ou méchants, mais on voit bien quils restent minoritaires. Les slogans visent essentiellement les mesures liberticides et la main-mise de nos autorités sur lopinion. On nobserve pas, en tout cas pour linstant, lintervention de casseurs ou black-blocs cherchant laffrontement avec les forces de lordre. Lesprit bon-enfant et convivial semble dominer les rassemblements. Enfin les tentatives de récupération du Rassemblement National ne semble pas opérer. 

Des manifestations de ce niveau en plein été, auxquelles se mêlent les sapeurs-pompiers, doivent nous interroger. 

Les raisons de la mobilisation 

Le prétexte de ces manifestations est le passe sanitaire, devenu un sésame qui cache mal linstitution programmée de la vaccination obligatoire. Mais on voit bien que cest lextension continue de mesures ressenties comme étant liberticides qui est refusée. Car enfin, plutôt que dopter pour une information des citoyens sur la Covid, les mesures sanitaires individuelles à adopter, la recherche systématique des foyers dinfection appelés « clusters », et linvestissement massif sur les vaccins, nos autorités avaient choisi la mise en place dun confinement sévère, accompagné de dispositions aussi strictes que faciles à contourner, ainsi la ridicule auto-attestation. 

Ces mesures nont pas incité les Français à prendre leurs responsabilités car ils ont plongés dans un dispositif contraignant et généralisé. Nos concitoyens ny comprenaient plus rien, tant la communication gouvernementale était chaotique ; les déclarations irresponsables de ministres (au premier chef Olivier Véran) à propos de linutilité du port du masque parce quau fond aucun stock suffisant n’était disponible ont institué un climat de méfiance. 

Un traitement médiatique devenu prudent

Les G.J avaient été méprisés par lessentiel des médias, puis carrément dénoncés comme des fauteurs de trouble. Ces médias nont pas compris la profondeur de la contestation qui il est vrai prenait la forme d’émeutes non véritablement organisées, ni armées au plan conceptuel. Très vite, les parasites habituels, ainsi les blacks blocs, sagrègeront au mouvement dès quil se développera dans la région parisienne. 

La répression d’état y trouvera les motifs dun développement extraordinaire, jamais vu jusque-là. Pain béni pour les médias, le phénomène leur offrait des violences systématiques contre les forces de lordre ainsi que des destructions à un niveau jamais atteint, même en mai 1968. Au fond, les motivations des manifestants, qui protestaient en fait pour obtenir sinon un partage équitable des richesses du pays, en tout cas une réduction des charges et taxes, n’étaient pas comprises par les médias. 

Comment espérer que la classe journalistique, au diapason des médias mainstream parisiens, sintéresse aux problèmes de fond alors que le spectacle urbain leur assurait une audience garantie ? 

La seule réponse de l’État, qui comptait jusque-là sur un essoufflement du mouvement, consistera à déverser quelques millards en mesures sociales ponctuelles et organiser une grande consultation nationale, sans en tirer une réelle réflexion sur des réformes à mettre en œuvre. 

Cette fois-ci, les choses ne se présentent pas de la même manière, et les médias semblent lavoir compris. Mais les récentes déclarations d’Emmanuel Macron, assimilant les protestataires à des ignorants, ne feront pas baisser la pression de la rue.

La limitation des libertés pour tous

Un fait doit interpeller. L’essentiel des arguments développés à l’encontre la vaccination sont globalement inexacts. Il n’y a pas d’effets secondaires significatifs, et rien ne permet de dire que le vaccin n’est pas efficace. Il faut donc chercher ailleurs les causes de ces manifestations.

Ce qui ulcère les manifestants, c’est bien cette manière jacobine des autorités de gérer la crise sanitaire. Les mesures de contrôle et de traitement médical ont été, depuis le début, été décidées à Paris dans le cadre d’un Conseil de défense, lequel n’est pas, au plan légal, fait pour cela. Alors que ces mesures devraient être adaptées aux situations locales qui sont diverses, l’autorité s’exerce au centre du pouvoir, et lorsque de dernier s’occupe de la province, c’est grâce au faux nez des Agences Régionales de Santé ou des préfets qui prennent en réalité leurs ordres à Paris.

C’est ainsi qu’un dispositif légal et législatif a été mis en œuvre en s’assurant systématiquement de son caractère coercitif sur tout le territoire national. Emmanuel Macron s’était engagé à ce que la vaccination ne serait jamais rendue obligatoire. Il est cependant de fait que le passe sanitaire, délivré aux seuls vaccinés, devient progressivement indispensable à l’exercice de droits fondamentaux.

On pense que l’objectif de la vaccination généralisée de l’ensemble de la population est la seule manière de traiter cette pandémie. Cependant des voix s’élèvent, dans le corps médical, pour dénoncer cet objectif, dès lors que l’apparition de variants est manifestement corrélée avec l’extension de la vaccination.

Quoi qu’il en soit, personne ne peut aujourd’hui prédire l’évolution de cette pandémie, ni dire quelle est la meilleure manière de la traiter. Tous les pays européens ont chacun leur politique en la matière, alors par ailleurs que l’O.M.S est incapable d’imposer des règles communes, si ce n’est d’exhorter les nations riches à diffuser leurs vaccins aux pays pauvres en la matière. Ces incohérences, quand ce ne sont pas des contradictions flagrantes, nourrissent la défiance de nos concitoyens. 



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *